-- Retour acceuil --
-- Retour carte --
-- Calendrier, jeu, etc... --
-- Livre d or --
-- Nous contacter --
-- Nous suivre sur Facebook --
-- Photos de Plongées --
-- Photos de Week-ends --
-- fourre-tout de Voyage --
YUCATAN du 24 janvier au 10 février 2010
Voyage du 24 janvier au 10 février 2010
-- Retour sommaire --
Remarque importante : dans nos recits de voyages, nous indiquons des restaurants, des hébergements, des agences de voyage, des clubs de plongée, etc... Simplement, nous avons été satisfaits (ou pas) par les prestations offertes par ces établissements et nous voulons faire partager nos expériences. Ceci n'est pas de la publicité pour ces établissements, ce n'est que notre avis personnel !

preambule

Fenêtre de départ : entre fin janvier à début février, nous avions un peu plus de 2 semaines pour partir en voyage. Mais où ? Nous revenions d'un voyage "plongée" (en septembre 2009, tout est relatif), c'était logiquement le tour au voyage "découverte". Retourner en Asie, au Cambodge, pour finir de découvrir les temples de la civilisation Khmer ? Oui, peut-être mais ça faisait faire trop d'avion pour trop peu de jours sur place. Le Mexique ? Si on s'en tient aux dires des affaires étrangères, c'est un des endroits les plus coupe-gorges de la planète et pourtant l'offre des tours opérateurs inclue de nombreux autotours : ils n'envoient pas leur client à l'échafaud tout de même ? Après l'offre "autotour", il ne reste que des voyages organisés (dans un bus trop rempli de Français ronchons, trop peu pour nous) et quelques circuits "aventures" qui proposent de l'accrobranche pour teinter d'aventure un emploi de temps trop peu consacré aux sites archéologiques, lors d'une semaine trop vite passée. Et pourtant, tant (voire trop) d'attraits dans ce pays que nous ne connaissons que trop peu ? (Au fait, le style Frédéric M. : vaudrait peut-être pas trop en abuser, au risque de trop vite lasser nos lecteurs ? Non ? Encore heureux que le chapitre ne commence pas par "Bonsoirs !").

Alors, oui ! Le Mexique. Mais en nous débrouillant par nous même, en évitant de passer par Mexico (puisque d'après les affaires étrangères, nous devrions être trucidés dès la sortie de l'aéroport ; si on en réfère aux guides comme celui du Routard ou les récits de voyageurs sur les forum, même un simple plein d'essence semble être un véritable challenge pour ne pas se faire arnaquer) et avec un vol direct pour le Mexique sans passer par la case USA (où il faudra à Barack une très longue vie, et nous la lui souhaitons, pour faire comprendre à ses concitoyens qu'on n'évite pas les bombes en bombardant les autres ; si ça n'ennuie personne de se prendre une dose de rayons X en passant dans un scanner corporel, ce n'est pas notre cas ; même si pendant le vol à 30.000 pieds, on s'en prend plus que si l'on reste à la maison, il faut mieux éviter l'abus de rayons X ;-), surtout quand on voit à quoi ressemblent les frères Bogdanoff, présentateurs de l'émission "Rayons X", ça fait peur !).

Cela a donc donné beaucoup de fils à retordre à Anne-Marie pour trouver un vol direct Europe - Yucatan ou "Quintana Roo", puisque la péninsule du Yucatan se divise en trois états : l'état du Yucatan, l'état du "Quintana Roo" et l'état du Campeche. Mais elle a fini par trouver la perle rare (enfin, presque) : la compagnie Martinair, filiale d'"Air France - KLM", qui n'a rien à voir avec la Martinique mais avec Martin, un Néerlandais qui a fondé la compagnie. Martinair propose un vol direct Amsterdam (qui possède un aéroport très fonctionnel avec des sièges et des salles d'embarquement pourvues de toilettes, contrairement aux aéroports Parisiens) - Cancun (qui n'est pas au Yucatan mais dans le "Quintana Roo"). D'après l'avis des internautes-voyageurs, seuls les Belges reprochent aux hôtesses et stewards de ne pas parler français et le "score" de la compagnie comporte moins de crashs que celui d'Air France (qui est pourtant une compagnie plutôt sérieuse).

Il ne restait donc plus qu'à définir nos dates exactes de vol, en bâtissant un circuit en voiture (pour nous rendre sur des sites non accessibles en transport en commun) partant de Cancun et finissant à Cancun. Et là, rien de mieux que de singer les circuits des tours opérateurs, passant pratiquement tous aux mêmes endroits, mais en vérifiant que les sites visités correspondaient bien à nos goûts, c'est à dire, principalement des vielles pierres estampillées "mayas". Au passage, si nous pouvions faire une plongée bouteille en cénote, au lieu d'une descente en tyrolienne, ça nous serait encore plus agréable. Et bien sûr, hors de question de faire la visite de 4 sites archéologiques et 300 km dans la journée. Ne riez pas, c'est ce que proposent certains circuits, comme par exemple, quitter Mérida le matin, faire 80 km, visiter Uxmal ainsi que les sites de la route Puuc et rejoindre ensuite Campeche à 150 km de là, ce qui revient à consacrer moins de 2 heures à la visite d'Uxmal. Le but était d'en voir un maximum mais en prenant le temps d'apprécier les sites.

Les conditions météorologiques étant difficilement prévoyables (même si certaines prévisions "mayas" indiqueraient une grosse tempête pour 2012), nous avons opté pour une version "longue" incluant des jours de relâche, afin de pouvoir moduler le programme en fonction de la météo (qui en passant, donne statistiquement trois jours de pluie par mois à cette période de l'année) et ne pas avoir à visiter un site sous la pluie. La version "longue" nous permettait aussi de nous reposer à Tulum avant de reprendre l'avion après une virée en voiture de plus de 2.400 km.

Page n° 1 sur 38 :

"Préambule (1 / 2)"
-- Page suivante --
© 2020 AMVDD.FR
ATTENTION :Site testé avec Firefox, Safari et Google Chrome sur Mac OS X, iOS, Android et Windows. L'affichage du site est loin d'être optimum sur smartphone (Apple !) mais c'est comme ça et puis c’est tout (puis, sur tablette, il n'y a pas de souci) ! Le Javascript doit être autorisé et dans un ancien navigateur, vous devrez peut-être installer un plug-in, comme par exemple Quicktime, pour visionner les vidéos encodées en mpeg-4.