-- Retour acceuil --
-- Retour carte --
-- Calendrier, jeu, etc... --
-- Livre d or --
-- Nous contacter --
-- Nous suivre sur Facebook --
-- Photos de Plongées --
-- Photos de Week-ends --
-- fourre-tout de Voyage --
BONAIRE du 10 au 26 janvier 2019
Voyage du 10 au 26 janvier 2019
-- Retour sommaire --
Remarque importante : dans nos recits de voyages, nous indiquons des restaurants, des hébergements, des agences de voyage, des clubs de plongée, etc... Simplement, nous avons été satisfaits (ou pas) par les prestations offertes par ces établissements et nous voulons faire partager nos expériences. Ceci n'est pas de la publicité pour ces établissements, ce n'est que notre avis personnel !

preambule

Notre dernier voyage plongée remontait à mars 2017 et depuis, pour diverses raisons plus ou moins indépendantes de notre volonté, nous n’avions pu faire que deux week-ends plongée à l’Estartit en Espagne (avec notre club de plongée). N’ayant donc réalisé que 6 plongées en l’espace de 20 mois, il nous fallait une grosse orgie de plongées et pour ça, rien de mieux que Bonaire, une île des Antilles Néerlandaises située juste au dessus du Venezuela et qui possède une réserve marine protégée depuis 1979 (en 2019, c’est donc le 40ème anniversaire de la réserve).

Nous savions que Bonaire répondrait parfaitement à nos attentes car les plongées se réalisent à partir du bord, sans la moindre contrainte de temps. Il suffit de chercher sur la route qui longe le littoral, les pierres peintes en jaune où sont inscrits les noms des sites de plongée, pour savoir où plonger (au passage, ces pierres jaunes sont bien plus attrayantes que les décorations jaunes des ronds-points en France ; c’est une juste blague à deux balles mais nous souhaitons tout de même à ces citoyens français de ne jamais souffrir d’une grave maladie, même s’ils pourraient à cette occasion découvrir comment est utilisé une grande partie de l’argent des impôts, cotisations et autres taxes récoltés par l’état français...).

Le billet d’avion pour cette île néerlandaise est assez cher (car, en partant d’Europe, il n’y a pratiquement que la KLM pour s’y rendre et cette compagnie, en quasi-absence de concurrence, pratique des prix assez élevés tout le long de l’année ; certes, il est possible de passer par les USA, au prix de 3 escales au départ de Toulouse, mais il faut alors se prendre la tête avec les Américains et leurs délires en matière de sécurité aéronautique et d’immigration) mais nous comptions nous rattraper sur le prix des plongées car après avoir acheté un forfait relativement peu onéreux pour le gonflage illimité des bouteilles de plongée (incluant le prêt de plombs), il est possible de plonger autant de fois qu’on le souhaite, dans la limite du raisonnable (Il ne faut pas oublier qu’en plongeant en autonomie du bord, on ne dispose pas du matériel de sécurité équipant habituellement les bateaux des clubs de plongée).

Le principal problème a été de fixer la date du départ. Initialement, ce voyage était prévu pour mars mais Anne-Marie a eu la possibilité de partir en janvier car cela ne posait plus de problème pour son travail. Elle aurait bien aimé partir le week-end juste après le nouvel an et elle avait commencé les démarches par internet en ce sens, mais nous ne pouvions pas faire garder nos chats avant la fin des congés scolaires. Pour profiter de meilleurs tarifs pour le billet d’avion, Anne-Marie avait ensuite trouvé un vol le mercredi 9 janvier, mais en comptant deux semaines sur place (à titre informatif, la location d’un appartement à Bonaire est bien moins excessive que celle d’un mobile-home dans un immense camping de la côte méditerranéenne en août), nous serions rentrés au travail un vendredi, après un vol de nuit.

En partant le jeudi 10 janvier, le tarif n’était pas beaucoup plus élevé et en rajoutant un jour de congés supplémentaire (certes sans pouvoir plonger une journée de plus, mais en profitant tout de même d’une journée supplémentaire sous le soleil des Antilles), nous pouvions revenir le samedi en milieu de journée et ainsi profiter du dimanche pour rattraper le vol de nuit et le décalage horaire (en faisant la sieste avec nos chats à nos côtés). De plus, en décalant notre départ, l’appartement "Pelikan" où nous avions séjourné en 2013 et 2015, devenait disponible !

Fin novembre (2018), Anne-Marie a tout réservé en moins d’une semaine : vol par KLM, appartement au "Coco Palm Garden" (avec un transfert en taxi le soir de notre arrivée) et location de pick-up auprès d’"AB Car Rental" (avec toutes les assurances, ce qui nous semble maintenant préférable suite à l’expérience malheureuse survenue lors de notre dernier voyage en Guadeloupe, et récupération de la voiture prévue le lendemain de notre arrivée à Bonaire, à 8 heures du matin). Le premier jour de notre séjour, il ne nous resterait donc plus qu’à nous rendre à l’un des centres de "Dive Friends Bonaire" pour prendre les forfaits plongée.

D’ailleurs, pour éviter de devoir faire deux plongées de réadaptation avec le club car nous n’avions pas plongé depuis plus de 6 mois, nous avons fait mi-décembre une plongée avec notre club à la fosse de l’Argonaute à Ramonville, afin de tester et reprendre en main le caisson photo et la "Go Pro" (avec un nouveau phare de plongée grand angle pour l’éclairage vidéo). Grand bien nous a pris car le gilet stabilisateur d’Anne-Marie avait besoin d’une révision que nous avons heureusement pu faire réaliser dans la foulée. Malheureusement, le capteur de pression de son ordinateur de plongée était aussi hors service !

Page n° 1 sur 36 :


"Préambule (1 / 2)"
-- Page suivante --
© 2018 AMVDD.FR
ATTENTION :Site testé avec Firefox, Safari et Google Chrome sur Mac OS X, iOS, Android et Windows. L'affichage du site est loin d'être optimum sur smartphone (Apple !) mais c'est comme ça et puis c’est tout (puis, sur tablette, il n'y a pas de souci) ! Le Javascript doit être autorisé et vous devez installer dans votre navigateur un plug-in, comme par exemple Quicktime, pour visionner les vidéos encodées en mpeg-4.