-- Retour acceuil --
-- Retour carte --
-- Calendrier, jeu, etc... --
-- Livre d or --
-- Nous contacter --
-- Nous suivre sur Facebook --
-- Photos de Plongées --
-- Photos de Week-ends --
-- fourre-tout de Voyage --
TANZANIE du 2 au 17 novembre 2019
Voyage du 2 au 17 novembre 2019
-- Retour sommaire --
Remarque importante : dans nos recits de voyages, nous indiquons des restaurants, des hébergements, des agences de voyage, des clubs de plongée, etc... Simplement, nous avons été satisfaits (ou pas) par les prestations offertes par ces établissements et nous voulons faire partager nos expériences. Ceci n'est pas de la publicité pour ces établissements, ce n'est que notre avis personnel !

Mais quand partir ? En septembre, pour assister à la migration des gnous entre le "Masai Marra" au Kenya et le nord du Serengeti en Tanzanie (avec la traversée des rivières infestées de crocodiles par les gnous et les zèbres), ou en novembre, pour les naissances (d'après l'agence de voyage :-$) au centre du Serengeti, date à laquelle nous avions initialement prévu de repartir en voyage ? Certes, assister à la grande migration dans le nord du Serengeti doit être très impressionnant mais la date de cet événement, en fonction des conditions météorologiques, peut varier d'une année à l'autre (sur internet, beaucoup de sites ne donnent pas les mêmes dates ; puis en septembre 1998, les gnous étaient encore au "Masai Mara", et même s'ils étaient sur le départ, ils ne traversaient pas encore la rivière Mara). Ça aurait idiot d'être dans le Serengeti, en Tanzanie, alors que les troupeaux d'herbivores étaient encore en train de brouter dans le "Masai Mara", au Kenya (si les animaux n'ont pas besoin de passeport et de visa pour traverser la frontière entre ces deux pays, ce n'est pas le cas pour les êtres humains)... Nous avons donc pensé qu'il serait préférable d'attendre que les troupeaux soient bien arrivés en Tanzanie, c'est-à-dire partir en novembre, au début de la petite saison des pluies. Ça serait peut-être alors moins impressionnant car les gnous n'auraient pas de rivière à traverser, mais nous assisterions tout de même à la migration car les troupeaux continuent de descendre vers le sud du Serengeti en cette période.

Autre question : prendre ou ne pas prendre un petit avion entre le Serengeti et Arusha, pour éviter d'avoir à faire deux fois la longue route en voiture ? Le problème est que sur ce genre de vol, le poids autorisé des bagages (en soute ET bagage à main inclus) est très limité : 15 kg par passager ! Etant donné que le poids du sac photo de Christophe est déjà de 10 kg (sac photo que Christophe n'a absolument pas envie de mettre en soute, pour le voir traîner sur le tarmac d'un aéroport ou être manipulé rudement), et qu'un sac de voyage, même parmi les plus légers, pèse presque dans les 2 kg à vide, il ne restait plus que 3 kg pour les vêtements et les affaires de toilette, c'est-à-dire presque rien. Ne pensant pas que le naturisme soit autorisé dans le Serengeti (sans oublier qu'offrir son corps aux moustiques et autres mouches tsé-tsé n'est pas spécialement la meilleure idée qui soit), Christophe souhaitait éviter d'emprunter un tel vol, lui préférant les cahots des pistes du Serengeti et du Ngorongoro. Puis, voyager par la route coûtait aussi moins cher, mais au prix d'une demi-journée potentiellement perdue (car, finalement, cette demi-journée de route n'a pas été si perdue que ça).

Resté un dernier point à éclaircir car Anne-Marie voulait passer trois nuits à Zanzibar après les safaris, pour se reposer. Pour cela, il fallait emprunter le même genre de vol entre Arusha et Zanzibar que celui que nous aurions pu prendre pour le Serengeti, c'est-à-dire un vol avec la même limitation pour le poids des bagages. Comme la correspondante de "Vie Sauvage" assurait que la compagnie aérienne ne l'avait jamais empêchée d'embarquer en cabine avec un gros sac, Christophe a fini par capituler et accepter le séjour à Zanzibar.

Mais un dernier problème subsistait avec le devis, à propos du vol retour de Zanzibar : le vol initialement proposé partait à 9h50 du matin (il aurait alors fallu quitter l’hôtel bien avant 7 heures, et donc se lever entre 5 et 6 heures du matin), pour rejoindre l'aéroport de Nairobi où nous aurions dû attendre 12 heures le vol "Kenya Airways" décollant à 23h50 pour Roissy CDG. Cela signifiait que nous allions passer trois nuits à Zanzibar pour ne nous reposer finalement qu'une seule journée, avant de subir une journée bien fatigante au retour... La correspondante de "Vie Sauvage" a fini par trouver une solution plus satisfaisante avec un vol "Précision Air" décollant de Zanzibar à 19h30, ce qui ne nous faisait quitter l’hôtel de Zanzibar qu’en fin d’après-midi (on pouvait donc au moins profiter d’une matinée de repos supplémentaire, au bord de la mer, sans avoir à se lever aux aurores).

Le 18 juin, Anne-Marie a reçu le devis final, pour un voyage en novembre 2020 alors que nous voulions partir en 2019. C'était juste une simple erreur de titre du devis car tout était bien prévu pour 2019 (enfin, presque). Nous avons donc accepté le devis dans la foulée et Anne-Marie a payé l'acompte. "Vie Sauvage" (par le biais de son correspondant local "Leopard tours") a donc pu commencer à réserver les hébergements mais le 25 juin, tout le programme du devis devait être chamboulé car il y avait des problèmes de disponibilité des lodges. Pour pallier à ce problème, "Vie Sauvage" nous a surclassé gratuitement pour le lodge de la réserve de Tarangire (mais vu le niveau de luxe de certains lodges où nous avons dormi dans le Serengeti, il y avait de la marge sur leur marge ;-)). Mais au lieu de finir par le cratère du Ngorongoro, nous allions commencer par cette réserve, en espérant qu'il n'ait aucun problème avec le vol aller qui, heureusement, était assuré par KLM en passant par l'aéroport d'Amsterdam (ce qui limitait fortement les mauvaises surprises que l'on peut avoir avec Lufthansa ou Air France, ou les aéroports de Francfort ou de Roissy CDG). Le principal était que la journée complète au Ngorongoro soit préservée, ainsi que les 5 nuits dans le Serengeti.

Page n° 2 sur 47 :


"Préambule (2 / 3)"
-- Page précédente --
-- Page suivante --
© 2020 AMVDD.FR
ATTENTION :Site testé avec Firefox, Safari et Google Chrome sur Mac OS X, iOS, Android et Windows. L'affichage du site est loin d'être optimum sur smartphone (Apple !) mais c'est comme ça et puis c’est tout (puis, sur tablette, il n'y a pas de souci) ! Le Javascript doit être autorisé et vous devez installer dans votre navigateur un plug-in, comme par exemple Quicktime, pour visionner les vidéos encodées en mpeg-4.