-- Retour acceuil --
-- Retour carte --
-- Calendrier, jeu, etc... --
-- Livre d or --
-- Nous contacter --
-- Nous suivre sur Facebook --
-- Photos de Plongées --
-- Photos de Week-ends --
-- fourre-tout de Voyage --
NOUVELLE-CALEDONIE du 21 octobre au 13 novembre 2010
Voyage du 21 octobre au 13 novembre 2010
-- Retour sommaire --
Remarque importante : dans nos recits de voyages, nous indiquons des restaurants, des hébergements, des agences de voyage, des clubs de plongée, etc... Simplement, nous avons été satisfaits (ou pas) par les prestations offertes par ces établissements et nous voulons faire partager nos expériences. Ceci n'est pas de la publicité pour ces établissements, ce n'est que notre avis personnel !

preambule

La Nouvelle-Calédonie, nous en rêvions depuis plusieurs années, surtout en tant que plongeur : 24.000 km² de lagon (dont 15.743 km² inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO) et 1.600 km de barrière de corail. C'est l'un des plus grands lagons du monde (présenté généralement comme le plus beau lagon du monde) : ça donne envie ! En 2007, nous avions commencé à organiser le voyage, mais devant le coût de celui-ci, nous avions préféré partir au Vietnam. Mais voilà depuis 2007, le billet d'avion est toujours aussi élevé et l'hébergement sur place est toujours très onéreux (soit d'un côté des hôtels de 200 à 500 $US la nuit, et de l'autre, le camping, pas vraiment de formule intermédiaire) et ça ne risque pas de baisser les prochaines années. Par contre, notre employeur s'est mis dans l'idée de baisser nos salaires, donc, si nous ne partions pas cette année en Nouvelle-Calédonie, nous n'aurions peut-être plus jamais l'occasion d'y aller !

Début avril (2010), nous nous sommes décidés d'acheter les billets d'avion. Air France : ah, oui, si cher que ça ? Une chose est certaine, notre banquier dormira mieux la nuit : il n'aura plus besoin de se remuer les méninges pour nous proposer des placements divers et avariés (alors que nous profitons du moment présent, sans l'hypothéquer pour un avenir incertain : Carpe Diem ! Et oui, personne ne peut prédire le futur, absolument personne !). Nous avions aussi trouvé un vol avec Air Austral, en passant par l'île de la Réunion, un peu plus long mais avec une franchise bagage supplémentaire de 20 kg pour le matériel de plongée et au départ de Toulouse. Puis, un ami, nouvellement établi en Nouvelle-Calédonie, nous a indiqué que les billets d'avions étaient moins chers par KLM (il s'agit pourtant du même groupe). En plus, nous passerions par Amsterdam, un aéroport bien plus pratique que les aéroports parisiens.

Que ce soit par Air France ou KLM, la dernière partie du voyage (après une escale au Japon ou en Corée) se fait avec Air Calin (et oui, Air Calin pour Air Calédonie International, et non pas parce que la compagnie est spécialisée pour des voyages au 7ème ciel). Air Calin est une filiale d'Air France - KLM qui venait de changer sa tarification pour les bagages en soute (maintenant, on a une franchise de 2 x 23 kg par personne, ça laisse de la marge pour le matériel de plongée). Par contre, nous ne savions pas ce qu'il en était pour Air Calin : c'est en cherchant cette information sur le site internet d'Air Calin qu'Anne-Marie s'est aperçue que nous pouvions prendre les billets directement par cette compagnie : exactement le même trajet qu'avec KLM mais pour 200 euros de moins, c'était toujours bon à prendre !

Après, nous avons essayé de bâtir un programme de visites et de plongées, pour savoir où chercher les hébergements, quand prévoir les transferts entre les îles, etc... D'après notre ami, plongeur lui aussi, il fallait plonger au nord (Hienghène ou Poindimié), sur Nouméa et au moins sur une des îles (île des Pins ou îles de la loyauté). Christophe avait lu que l'on pouvait voir des lamantins sur la côte ouest de la Grande Terre, mais les observations de lamantin en plongée semblent rares (ces sirènes broutent les algues dans le lagon, dans seulement quelques mètres d'eau alors que les clubs de plongée partent souvent plonger sur l'extérieur de la barrière). Nous n'avons donc pas prévu de plonger de ce côté là de la Grande Terre (puis, il fallait au moins une bonne journée de repos après le voyage et le programme était déjà surchargé, il fallait faire des choix), pour privilégier le nord, Hienghène, au pied du Mont Panié (où nous pourrions prévoir une journée de randonnée). Ensuite, nous avions prévu de partir sur les îles : Ouvéa (mince bande de sable délimitant un lagon extraordinaire) et l'île des Pins. Sur Lifou, il y avait eu un club de plongée et nous trouvions peu d'information sur l'ouverture d'un autre club. Nous avons donc hésité avec Maré où il n'y a pas de club de plongée et donc, où nous pourrions privilégier la découverte terrestre de l'île. Et nous pensions terminer par une semaine à Nouméa pour visiter le sud de la Grande Terre et finir par la visite de l'aquarium de Nouméa avant de reprendre l'avion pour l'Europe.

Page n° 1 sur 50 :

"Préambule (1 / 2)"
-- Page suivante --
© 2021 AMVDD.FR
ATTENTION :Site testé avec Firefox, Safari et Google Chrome sur Mac OS X, iOS, Android et Windows. L'affichage du site est loin d'être optimum sur smartphone (Apple !) mais c'est comme ça et puis c’est tout (puis, sur tablette, il n'y a pas de souci) ! Le Javascript doit être autorisé et dans un ancien navigateur, vous devrez peut-être installer un plug-in, comme par exemple Quicktime, pour visionner les vidéos encodées en mpeg-4.