-- Retour acceuil --
-- Retour carte --
-- Calendrier, jeu, etc... --
-- Livre d or --
-- Nous contacter --
-- Nous suivre sur Facebook --
-- Photos de Plongées --
-- Photos de Week-ends --
-- fourre-tout de Voyage --
BONAIRE du 24 janvier au 8 février 2013
Voyage du 24 janvier au 8 février 2013
-- Retour sommaire --
Remarque importante : dans nos recits de voyages, nous indiquons des restaurants, des hébergements, des agences de voyage, des clubs de plongée, etc... Simplement, nous avons été satisfaits (ou pas) par les prestations offertes par ces établissements et nous voulons faire partager nos expériences. Ceci n'est pas de la publicité pour ces établissements, ce n'est que notre avis personnel !

preambule

Bonaire est une île des Antilles néerlandaises, située à une centaine de kilomètres des côtes vénézuéliennes. Son appellation de "Divers Paradise" (qui doit bien être mise à avant pour toute zone du globe terrestre accueillant des plongeurs) n’a pas été notre motivation première pour s’y rendre mais bien le fait que la réserve marine de Bonaire a été créé en 1979 (la zone protégée part du rivage et s’étant jusqu’à la profondeur de 60 mètres). Nous avons fait des plongées extraordinaires dans des réserves sous-marines de plus de 10 ans l’existence (réserve Cousteau en Guadeloupe, celle de l’Hermitage sur l’île de la Réunion mais aussi celle de Port Cros dans l’hexagone), on pouvait espérer qu’une réserve de plus de 30 ans d’existence allait parfaitement combler nos vœux de belles observations sous-marines.

De plus, Bonaire a la particularité d'offrir plus d'une centaine de sites de plongée accessibles du bord. Les clubs de plongée de l’île proposent donc des forfaits plongée illimités, c'est à dire un forfait location de bloc / gonflage illimité : il suffit de passer chercher des blocs remplis au club avec un pick-up et de se rendre ensuite sur le site de plongée choisi, ceux-ci étant repérés par des pierres jaunes au bord des routes. Les forfaits plongées sont relativement bons marchés (un peu plus de 110 euros pour 6 jours, soit l’équivalent de deux ou trois jours de forfait remontée mécanique au ski), Bonaire est donc une destination où la plongée ne coûte pas trop cher (nous avons fait 27 plongées en 12 jours, dont deux à partir d’un bateau donc avec un supplément par rapport au forfait, ça nous est donc revenu à moins de 10 euros la plongée, prix imbattable quelque soit l'endroit sur terre).

Le seul hic : le prix du billet d'avion presque comparable à celui d'un billet pour la Nouvelle Calédonie (sauf qu'en Nouvelle-Calédonie, c'est 50 euros la plongée et que l’hébergement y est aussi hors de prix). En gros, pour aller à Bonaire, il n'y a que la KLM (en passant par Amsterdam) et devant le manque de concurrence et de demande, la compagnie a donc fixé le prix haut (on peut peut-être trouver des vols par les Etats-Unis ou le Venezuela ou en utilisant la compagnie néerlandaise de charter "ArkeFly" mais sincèrement, on ne doit pas pouvoir gagner grand-chose sur le prix du séjour). Anne-Marie surveillait depuis un certain temps l'évolution du prix des billets qui était encore relativement abordable jusqu’en fin d'été 2012 mais, mi-octobre 2012, ils ont pris une grosse claque avec 50 % d'augmentation et cela quelque soit la date de départ (ou presque, car c’est encore plus cher à Noël) ! Nous avons quand-même pris la décision de partir : Anne-Marie a pris un billet avec les miles accumulés depuis quelques années mais pour Christophe qui n'en avait pas assez, son billet était donc plein tarif.

Pour le séjour sur place, Anne-Marie a choisi un package du "Coco Palm" : location d'appartement (ils ont plusieurs villas en location dans le même quartier, dont la plupart sont divisées en plusieurs appartements), location de pick-up (quasi-obligatoire pour plonger) et forfait plongée (avec un rabais de 10 %). Anne-Marie a tout réservé fin octobre. "Coco Palm" a juste eu un peu de problème pour trouver une location de pick-up pour les deux semaines. Il faut dire que début février (nous nous en sommes rendus compte sur place), la destination est très prisée par les plongeurs (certainement américains, en tout cas anglophones), il n'y avait plus de pick-up disponible auprès des loueurs habituels de "Coco Palm". Heureusement, ils ont fini par nous en trouver un chez un loueur un peu moins cher que celui prévu initialement dans le devis (mais avec une voiture dans un état très limite et au moteur pas vraiment bien réglé, donc un peu gourmant en essence).

Il ne restait plus qu'à acheter des adaptateurs "étrier" pour nos détenteurs DIN pour être prêt à plonger à Bonaire, et acheter un bagage supplémentaire pour nous permettre de partir avec nos équipements de plongée (dont le caisson photo), ce qui n’a été faisable par internet que sur le vol retour mais pas sur le vol aller à cause d'incompatibilité du système informatique d'Air France et de KLM.

Page n° 1 sur 35 :

"Préambule"
-- Page suivante --
© 2021 AMVDD.FR
ATTENTION :Site testé avec Firefox, Safari et Google Chrome sur Mac OS X, iOS, Android et Windows. L'affichage du site est loin d'être optimum sur smartphone (Apple !) mais c'est comme ça et puis c’est tout (puis, sur tablette, il n'y a pas de souci) ! Le Javascript doit être autorisé et dans un ancien navigateur, vous devrez peut-être installer un plug-in, comme par exemple Quicktime, pour visionner les vidéos encodées en mpeg-4.