-- Retour acceuil --
-- Retour carte --
-- Calendrier, jeu, etc... --
-- Livre d or --
-- Nous contacter --
-- Nous suivre sur Facebook --
-- Photos de Plongées --
-- Photos de Week-ends --
-- fourre-tout de Voyage --
JAPON du 8 au 24 mai 2015
Voyage du 8 au 24 mai 2015
-- Retour sommaire --
Remarque importante : dans nos recits de voyages, nous indiquons des restaurants, des hébergements, des agences de voyage, des clubs de plongée, etc... Simplement, nous avons été satisfaits (ou pas) par les prestations offertes par ces établissements et nous voulons faire partager nos expériences. Ceci n'est pas de la publicité pour ces établissements, ce n'est que notre avis personnel !

preambule

Pour cette année, marquée par un anniversaire particulier pour Anne-Marie (elle vient de passer une nouvelle dizaine), nous cherchions une destination qui permettrait de marquer le coup. Assez rapidement, nous nous sommes tournés vers le Japon qui était dans la liste de nos voyages en perspective depuis 2010, l’année où nous avons mis la première fois le pied sur le sol japonais pour une simple escale lors de notre vol vers la Nouvelle Calédonie (où nous avons rencontrés quelques plongeurs japonais forts sympathiques). Le Japon allait être une vraie découverte pour nous, côté culturel (même si on connaissait finalement beaucoup plus qu’on ne le croyait de la culture japonaise, par exemple, par le biais des dessins animés, ou "animé", tel que "Le voyage de Chihiro" des studios Ghibli) mais aussi et surtout côté gastronomique : avant ce voyage, nous avions dû manger seulement deux sushis dans notre vie, dans l’avion qui nous menait à Ōsaka lors du voyage en Nouvelle Calédonie (même si nous avions aussi mangé quelques sashimis en Nouvelle Calédonie, que nous avions appréciés).

Quand nous avons commencé à préparer le voyage en fin d’année dernière (2014), en recensant l’ensemble des sites japonais inscrits au patrimoine mondial de l’Humanité, nous nous sommes très vite aperçus qu’il faudrait y partir longtemps, ce qui était impossible vu l’état de notre solde de congés, au plus bas suite aux voyages de 2014 (au fait, où en est Gollum et son précieux ? Peter Jackson a fini sa seconde trilogie mais Gollum cherche toujours son précieux...). Il nous fallait donc attendre le mois de mai et ses ponts, pour partir au moins 15 jours au pays du soleil levant (un tel voyage représente plus de 11 heures de vol et 7 heures de décalage horaire : y partir une seule semaine est quand-même assez absurde) mais en évitant quand-même tout début mai qui correspond à 4 jours fériés au Japon (nous aurions alors eu du mal pour trouver des hébergements et nous aurions dû subir beaucoup de monde dans les lieux touristiques).

Nous ne pourrions donc pas assister à la fleuraison des cerisiers qui a lieu fin mars, début avril, mais nous espérions pouvoir profiter d’une météo plus clémente qu’en avril, avant les chaleurs humides de l’été japonais (et les typhons de l’océan pacifique nord-ouest). Autre difficulté : la langue ! "Ginkaku-ji, Kinkaku-ji, Nijō-jō, Senso-ji, Shibuya, Tsukiji..." : tous ces noms étaient difficiles à retenir et se mélangeaient sans cesse dans notre tête... Cela a été un vrai casse-tête (japonais, pas forcément chinois) pour savoir ce que l’on voulait voir, et donc pour définir un programme de visites qu’il nous fallait restreintdre au minimum vital pour une première découverte du Japon.

Nous allions commencer par la visite de Kyōto, ancienne capitale impériale du Japon aux multiples monuments historiques, sans oublier de prévoir une journée pour une excursion au château d’Himeji qui devait rouvrir ses portes au public en mars, après une longue restauration. Puis, nous avions prévu une petite halte à Hakone, histoire de s’intoxiquer dans les fumerolles volcaniques du mont Hakone, si la météo ne nous permettait pas de contempler le mont Fuji tout proche. Hakone nous permettrait aussi de nous se détendre dans les "onsen", les bains chauds japonais avec une eau d’origine volcanique. Et enfin, après cette petite halte relaxante, nous avions prévu d’être regonflé à bloc pour entreprendre la découverte de Tōkyō, actuelle capitale du Japon aux 13 millions d'habitants (intra-muros ; 37,7 millions de personnes dans l'agglomération, soit plus de la moitié de la population française cohabitant sur une surface représentant seulement 1,43 % de la surface de la France métropolitaine).

Fin décembre, Anne-Marie a donc réservé les billets d’avion pour le Japon et dans la foulée, elle a réservé une nuit d’hôtel à Ōsaka où nous allions atterrir (histoire de se laisser une demi-journée pour visiter le château de la ville), 7 nuits d’hôtel à Kyōto (près de la gare centrale pour nous permettre d’accéder rapidement ensuite aux différents quartiers de Kyōto et de ne pas avoir à se lever aux aurores pour prendre le train pour Himeji), deux nuits à Hakone (dans une chambre de style japonais, avec futons sur tatamis et "onsen" privé) et enfin 5 nuits d’hôtel à Tōkyō (à coté du marché aux poissons où nous comptions assister à la criée aux thons rouges à 5 heures du matin), ville où nous allions reprendre l’avion pour rentrer en Europe (cela nous évitait de reprendre le train pour retourner à Ōsaka et en plus, le billet d’avion était moins cher car la taxe d’aéroport du "Kansai International Airport" à Ōsaka est assez onéreuse).

Page n° 1 sur 59 :

"Préambule (1 / 2)"
-- Page suivante --
© 2021 AMVDD.FR
ATTENTION :Site testé avec Firefox, Safari et Google Chrome sur Mac OS X, iOS, Android et Windows. L'affichage du site est loin d'être optimum sur smartphone (Apple !) mais c'est comme ça et puis c’est tout (puis, sur tablette, il n'y a pas de souci) ! Le Javascript doit être autorisé et dans un ancien navigateur, vous devrez peut-être installer un plug-in, comme par exemple Quicktime, pour visionner les vidéos encodées en mpeg-4.