-- Retour acceuil --
-- Retour carte --
-- Calendrier, jeu, etc... --
-- Livre d or --
-- Nous contacter --
-- Nous suivre sur Facebook --
-- Photos de Plongées --
-- Photos de Week-ends --
-- fourre-tout de Voyage --
BONAIRE du 31 octobre au 15 novembre 2015
Voyage du 31 octobre au 15 novembre 2015
-- Retour sommaire --
Remarque importante : dans nos recits de voyages, nous indiquons des restaurants, des hébergements, des agences de voyage, des clubs de plongée, etc... Simplement, nous avons été satisfaits (ou pas) par les prestations offertes par ces établissements et nous voulons faire partager nos expériences. Ceci n'est pas de la publicité pour ces établissements, ce n'est que notre avis personnel !

preambule

Pour clore cette année 2015 jubilatoire, il manquait donc un voyage "plongée". Anne-Marie avait initialement pensé retourner à Mayotte, en août, mais les prix des billets d'avion sont assez chers en cette période de congés scolaires et, en plus, le tarif des plongées sur l'île est assez élevé (puis, cette année, l'observation des baleines n'a pas été exceptionnelle, c'était donc sans regret). Nous avions finalement opté pour l'Afrique du Sud, pour visiter le parc Kruger (en surface) mais nous avions quand-même prévu de partir plonger en novembre, histoire de fuir l'hexagone au moment où l'on repasse à l'heure d'hiver, au moment où le soleil est à peine levé quand on part au travail et où il se couche quand on quitte le travail, la période la plus déprimante de l'année où il faut faire le deuil des longues soirées d'été ensoleillées !

Où partir ? La réponse a vite été trouvée : Bonaire, une île des Antilles néerlandaises située à une centaine de kilomètres des côtes vénézuéliennes, pour plonger dans sa réserve marine créé en 1979 ! Malheureusement, le prix du billet d'avion pour cette île néerlandaise est assez exorbitant (voire prohibitif) car, en partant d'Europe, il n'y a pratiquement que la KLM pour s'y rendre (en passant par Amsterdam) et cette compagnie, en quasi-absence de concurrence, pratique des prix élevés tout le long de l'année (sauf lors des fêtes de fin d'année où les prix atteignent alors des hauteurs stratosphériques). En surveillant attentivement l'évolution des prix des billets d'avion, Anne-Marie avait bien observé une petite période où KLM avait fait une offre promotionnelle très intéressante mais nous n'étions pas encore fixés sur nos dates de départ et nous n'avions pas pu en profiter.

Par contre, le prix des plongées dans la réserve marine, à partir du bord, est très attractif (pour rentabiliser le prix des billets d'avion, il vaut mieux partir plonger deux semaines à Bonaire qu'une seule !). En pratique, on ne paye qu'un forfait pour le gonflage illimité des bouteilles de plongée. On peut donc plonger autant de fois que l'on veut par jour (d'où l'avantage de plonger au Nitrox, un mélange enrichi en oxygène permettant de diminuer les risques d'accidents de décompression dus à l'azote, mais aussi et surtout, de se sentir moins fatigué après une plongée), à partir du bord, à condition d'avoir un niveau d'autonomie en plongée (niveau III FFESSM ou 3 * CMAS) et un binôme sous la main. Sinon, il faut plonger en bateau avec le club et cela revient bien plus cher. Puis, il faut alors potentiellement subir un des désavantages du système PADI, c'est-à-dire être intégré à une palanquée PADI : un "Dive Master" devant, suivi par une dizaine de plongeurs de niveaux divers et variés, ce qui est très loin d'être idéal pour faire de la photo sous-marine ! En autonomie, à partir du bord, il n'y a pas de "Dive Master" à suivre, on peut donc observer les poissons comme on veut et, par exemple, rester une dizaine de minutes près d'une famille de chevaliers ponctués, ce qui est quasi-impossible à faire dans une palanquée PADI.

Anne-Marie a pris les billets d'avion le week-end juste avant de partir en Afrique du Sud. Nous avons choisi un vol Toulouse - Amsterdam - Bonaire (avec une escale technique d'une heure à Aruba) à l'aller et au retour, un vol Bonaire - Curaçao - Amsterdam - Toulouse qui nous permettrait d'atterrir plus tôt à Toulouse qu'en prenant le vol direct Bonaire - Amsterdam, même si nous allions devoir patienter 3 heures dans l'aéroport de Curaçao.

Dans la foulée, Anne-Marie a envoyé un mail au "Coco Palm Garden" où nous étions allés en 2013 pour leur demander un devis pour un package location d'appartement, location de pick-up (obligatoire pour plonger du bord) et forfait plongée avec "Dive Friends Bonaire". Le 11 août, à "White River" en Afrique du Sud, nous avons reçu le devis qu'Anne-Marie a aussitôt accepté juste avant que nous n'ayons plus d'internet pendant une dizaine de jours... Nous allions avoir le même appartement qu'en 2013, l'appartement Pélican qui est vraiment très bien avec sa varangue, et nous ne récupérerons la voiture de location que le lendemain de notre arrivée, ce qui nous permettrait d'économiser une journée de location inutile (puisqu'en arrivant à 20 heures à Bonaire, nous allions nous coucher aussitôt arrivés).

Page n° 1 sur 34 :

"Préambule (1 / 2)"
-- Page suivante --
© 2021 AMVDD.FR
ATTENTION :Site testé avec Firefox, Safari et Google Chrome sur Mac OS X, iOS, Android et Windows. L'affichage du site est loin d'être optimum sur smartphone (Apple !) mais c'est comme ça et puis c’est tout (puis, sur tablette, il n'y a pas de souci) ! Le Javascript doit être autorisé et dans un ancien navigateur, vous devrez peut-être installer un plug-in, comme par exemple Quicktime, pour visionner les vidéos encodées en mpeg-4.