-- Retour acceuil --
-- Retour carte --
-- Calendrier, jeu, etc... --
-- Livre d or --
-- Nous contacter --
-- Nous suivre sur Facebook --
-- Photos de Plongées --
-- Photos de Week-ends --
-- fourre-tout de Voyage --
BALI du 13 au 27 mars 2016
Voyage du 13 au 27 mars 2016
-- Retour sommaire --
Remarque importante : dans nos recits de voyages, nous indiquons des restaurants, des hébergements, des agences de voyage, des clubs de plongée, etc... Simplement, nous avons été satisfaits (ou pas) par les prestations offertes par ces établissements et nous voulons faire partager nos expériences. Ceci n'est pas de la publicité pour ces établissements, ce n'est que notre avis personnel !

preambule

De retour de Bonaire, Christophe avait deux potentiels projets de voyages "terrestres" qui ne pouvaient se faire qu'en juin et septembre pour profiter d'une météo optimale. Comme nous voulions repartir en vacances avant le mois de juin, Christophe a pensé que nous pourrions partir en mars pour éviter les périodes de congés scolaires de février et avril (où il nous est quasi-impossible de partir si nous voulons trouver quelqu'un pour garder notre chat) et surtout, pour réaliser un vieux rêve de voyage "plongée" : les Visayas aux Philippines ! En plus, en mars, nous aurions peut-être la chance de croiser quelques requins baleines ?

Anne-Marie a donc essayé d'organiser le voyage elle-même mais contacter différents hébergements et clubs de plongée aux Philippines ne s'est pas révélé très facile. De plus, prendre les transports en commun avec les bagages nécessaires pour transporter notre caisson photo sous-marin et notre matériel de plongée (nous préférons partir avec notre matériel qui est adapté à la pratique de la photographie sous-marine) est totalement à exclure (et louer un scooter, avec tout ce barda, ça relève carrément de la psychiatrie ;-)). Elle n'arrivait pas, non plus, à trouver une agence locale. Il fallait donc nous résoudre à passer par une agence "européenne" qui proposerait un circuit organisé "plongée" d'environ 2 semaines (partir une seule semaine, aussi loin, avec 7 heures de décalage horaire, c'est pire que boire un Perrier ; et oui, Perrier, c'est fou...) et nous nous sommes vite aperçus qu'une grande partie des tours opérateurs "plongée" revendaient les séjours d'Abyssworld qu'Anne-Marie a fini par contacter fin décembre 2015.

Malheureusement, les séjours aux Philippines étaient déjà complets jusque fin mars ! Les premières disponibilités n'étaient qu'en avril. Notre contact d'Abyssworld nous a donc proposé de partir à Bali, pour un safari "plongée" entre terre et mer... Nous n'avions trop pensé à cette destination. Plusieurs de nos amis plongeurs y étaient partis et revenus enchantés mais nous hésitions. Christophe ne voulait pas partir sur une destination où l'on pouvait rencontrer de forts courants comme aux Maldives. Notre contact d'Abyssworld nous a affirmé qu'il n'y en avait pas au nord de Bali où nous devrions réaliser la plupart des plongées (ce qui n'est pas tout à fait vrai, même si le courant est resté modéré).

Mais il a aussi indiqué qu'il y en avait autour de "Nusa Penida", là où nous pourrions rencontrer des poissons lunes, les "mola-mola" (sauf qu'en mars, ce n'est pas du tout la saison des poissons lunes). De plus, si pour les Philippines, le mois de mars est une période favorable pour y voyager, à Bali, mi-mars, c'est la fin de la saison des pluies. Si les pluies persistaient, les plongées sans soleil, avec une visibilité potentiellement médiocre, risquaient de ne pas être si bien que ça. De surcroît, le phénomène climatique "El Niño", particulièrement fort cette année, pouvait tout chambouler en Indonésie !

Nous avons donc essayé de nous renseigner auprès de nos amis, sauf que c'était déjà le début des congés scolaires de Noël et qu'ils étaient partis en vacances... Par contre, il fallait prendre une décision assez vite si nous voulions partir en mars. Nous avons fini par accepter la proposition d'Abyssworld pour Bali (ce que Christophe a un peu regretté par la suite quand un de nos amis lui a décrit une de ses plongées à "Nusa Penida", avec de violents courants descendants). Au moins, Bali avait un avantage par rapport aux Philippines : il n'y a pas de paludisme à Bali, alors que dans les Visayas, le risque existe. Puis, filmer le vol subaquatique des raies Manta, ça remplacerait bien les requins baleines ?

Notre contact d'Abyssworld nous a donc envoyé un premier devis en incluant un vol avec "Qatar Airways" au départ de Paris, ce qui ne nous convenait pas car, même avec une compagnie low-cost (avec un bagage en soute de 30 kg pour correspondre au poids autorisé sur le vol Paris - Denpasar), ça nous faisait rajouter environ 400 euros de billet d'avion par personne ! Sans compter qu'en bagage cabine, avec une compagnie low-cost, on n'a le droit qu'à un seul article (alors que sur une compagnie "normale", on a le droit à un bagage cabine et un accessoire comme un appareil photo). Puis, il aurait fallu prévoir un temps d'escale important à Paris, pour avoir le temps de récupérer les bagages et de les réenregistrer sur le vol suivant, en prenant un compte un potentiel retard... Bref, dans ce cas, utiliser une compagnie low-cost revient au final assez cher (alors que les pré-acheminents avec les compagnies "normales" sont souvent bon marché) et ça prend beaucoup de temps ! Quant à prendre le train avec les bagages, pour rejoindre Paris depuis Toulouse (c'est à dire 8 heures de train, au bas mot) et ensuite prendre le RER ou le taxi pour rejoindre Roissy, ça relève carrément de la psychiatrie, surtout si on essaie de gérer les retards "pas vraiment potentiels" de la SNCF :-$ !

Page n° 1 sur 35 :

"Préambule (1 / 2)"
-- Page suivante --
© 2021 AMVDD.FR
ATTENTION :Site testé avec Firefox, Safari et Google Chrome sur Mac OS X, iOS, Android et Windows. L'affichage du site est loin d'être optimum sur smartphone (Apple !) mais c'est comme ça et puis c’est tout (puis, sur tablette, il n'y a pas de souci) ! Le Javascript doit être autorisé et dans un ancien navigateur, vous devrez peut-être installer un plug-in, comme par exemple Quicktime, pour visionner les vidéos encodées en mpeg-4.