Le temps des «cowboys» !

Publié le 23-Décembre-2017, par Christophe.

BD cowboy - 0

BD cowboy - 1

BD cowboy - 2

BD cowboy - 3

L'espèce humaine comporte vraiment des spécimens hors du commun pour leur stupidité incommensurable ! Bien évidement, dans cette catégorie se trouvent tous ceux qui tuent un être vivant (humain ou animal) pour leur plaisir personnel et macabre (les chasseurs de trophée et aficionados de la corrida rentrent dans cette catégorie), pour une quelconque cause politique ou au nom d'une entité imaginaire (en ligne de mire, les croyants des religions tuant au nom de leur «ami» imaginaire) mais aussi ceux qui commanditent ces tueries en profitant du désespoir et de l'inculture d'une partie de la population mondiale. Mais, dans le top du top de ces spécimens hors du commun, figurent également Donald Trump, Vladimir Poutine, ou encore Rodrigo Duterte et consorts, des hommes «ayant des couilles» d'après leurs supporters, qui sont ce que l'on pourrait qualifier de manière moins vulgaire, des «cowboys» (ils «dégainent» d'abord, le temps de la réflexion étant bien évidemment postérieur et souvent optionnel...). Mais pourquoi ces «cowboys» sont-ils dangereux pour l'humanité et certainement pour toute la vie sur Terre ?

Prenons d'abord l'exemple des Philippines que nous avons visitées en mars dernier. Les Philippins sont des gens charmants au demeurant, bien qu'une bonne partie de la population vive dans une grande pauvreté. Cependant, ils ont élu Rodrigo Duterte, un «cowboy», qui est devenu leur président le 30 juin 2016. Moins d'un an après cette élection, en mai de cette année, le sud du pays où réside une minorité musulmane a été mis à feu et à sang lors de violents combats entre les forces gouvernementales et des rebelles islamistes ayant prêté allégeance à DAECH, rebelles qui avaient abattu un otage allemand en début d'année et qui venaient de tenter, mi-avril, de reprendre de nouveaux otages parmi les touristes visitant l'île de Bohol (où nous étions passés 5 jours auparavant). Bien évidemment, rien, mais absolument rien, n'excuse les agissements des rebelles islamistes mais dans cette histoire, les méthodes de «cowboy» de Rodrigo Duterte sont certainement critiquables : ce n'est pas en soufflant sur des braises que l'on éteint un incendie ! Peut-être que si ce «cowboy» avait cherché à savoir pourquoi la minorité musulmane pouvait se rebeller (pauvreté, discrimination ou influence néfaste de prédicateurs, bien que ces prédicateurs de malheur ne peuvent faire fructifier leurs affaires que sur un terreau fertile comme la pauvreté ou l'injustice) et avait essayé de résoudre ces problèmes, au lieu d'y aller à l'emporte-pièce, la situation n'aurait pas dégénéré ? Je n'en sais rien et personne ne peut raisonnablement répondre à cette question. Par contre, il est certain que si cette «guerre» venait à s'intensifier à nouveau, le pays serait alors déserté par les touristes, la pauvreté gagnerait du terrain dans tout le pays et la situation ne ferait qu'empirer ! A méditer...

Passons maintenant au «cowboy» pur jus, c'est à dire l'«amazing» Donald Trump qui semble être le plus dangereux pour la planète car il pourrait déclencher une troisième guerre mondiale avec des conséquences potentiellement atomiques et, dans tous les cas, catastrophiques pour l'économie mondiale ! Oui, Trump pourrait déclencher une nouvelle guerre de Corée (ou ailleurs dans la monde), rien que pour prouver qu'il en a deux grosses et, surtout, pour détourner l'opinion américaine de ses frasques... En cela, il fait exactement comme un tas d'autres «cowboys» avant lui : pour se faire réélire, Bush Junior est entré en guerre en Irak, officiellement pour élimer les armes de destruction massive de Saddam Hussein (au passage, les usines d'armement des Bush ont tourné à plein régime pour fournir du matériel militaire lors de ce conflit). Quant à Margaret Thatcher, elle est entrée en guerre aux Malouines, contre les Argentins, en grande partie pour redorer sa popularité suite aux fermetures de mines de charbon en Angleterre. Puis, n'oublions pas David Cameron qui a été épinglé par le parlement anglais pour être rentré en guerre en Lybie aux côtés de Nicolas Sarkozy, pour d'obscures raisons mais en aucun cas humanitaires (d'après le rapport parlementaire anglais). Au passage, Marcel, ou John, son homologue anglais ou américain, qui encense ces «cowboys», devrait se souvenir qu'une heure de vol de Rafale coûte extrêmement chère, sans même parler du prix des munitions, et que ces heures de vol sont payées par ses impôts... Ceux qui trinquent des bombes larguées par les Rafales, ce sont aussi les enfants de Marcel, parce que pour financer ces actes de guerre, sans trop augmenter les impôts de Marcel, on a supprimé des professeurs dans l'éducation nationale, mais aussi des policiers, des gendarmes, etc...

Bien évidemment, certains pourraient me répondre que Trump doit réagir aux menaces de Kim Jong-un, comme à celles de DAECH. Oui, sûrement... Un pays laissé à terre suite à une guerre, l'Irak, la grande crise économique 2008 qui a déstabilisé l'économie mondiale et l'émergence d'extrémistes religieux ralliant une partie de la population à eux en prétextant qu'exterminer des mécréants leur rendrait la vie meilleure, ça rappelle bien évidemment l'Allemagne battue en 1918, la crise économique de 1929 déstabilisant l'économie allemande déjà peu flamboyante et l'accession au pouvoir du parti nazi rejetant toutes les fautes sur les Juifs et mettant en œuvre la solution finale... Si le monde avait réagi à l'ascension d'Hitler (un homme à poigne, capable d'haranguer les foules, bref, un «cowboy») au pouvoir, la seconde guerre mondiale n'aurait peut-être pas eu lieu, peut-être... Mais ce qui a surtout sauvé l'Europe après guerre, c'est le redressement de l'économie européenne à l'aide du plan Marshall (et la peur des Soviétiques de la part des Américains), puis, la création de la CEE, du marché libre européen, mais en aucun cas le repli sur soi-même et le nationalisme (ou le patriotisme) prônés des «cowboys» avides de pouvoir, des individus terriblement tentés par la dictature !

Autre particularité abjecte de ces «cowboys» et de leurs supporters : l'utilisation des «fake news» (ou «faits alternatifs») qui semble devenir une règle en politique ! Dans ce registre, Trump n'hésite pas à utiliser des «fake news» contre ses adversaires mais il qualifie aussi de «fake news» la moindre information allant à l'encontre de ses intérêts. Quoiqu'il en soit, les campagnes de désinformation en règle sur les réseaux sociaux, c'est-à-dire la diffusion de mensonges éhontés pour décrédibiliser l'adversaire politique, sont vraiment des pratiques scandaleuses. Il devient alors inutile d'avoir la moindre argumentation logique pour défendre un programme politique, puisqu'il suffit juste de relayer des «fake news» qu'un grand nombre de couillons, mais néanmoins électeurs, sont prêts à avaler comme s'il s'agissait de la vérité absolue. Et contre ceux qui tentent de rétablir la vérité, il suffit alors de sortir la théorie du complot du chapeau : on cherche à museler les «cowboys» et leurs supporters car ils dénoncent un complot mondial visant à avilir le bon peuple, au profit «d'intérêts financiers» non clairement identifiés (alors qu'en politique, la règle absolue semble être : «Tout politique sert principalement les intérêts des généreux donateurs de sa campagne électorale») ! Au passage, une des plus ahurissantes variantes de la théorie du complot entendue cette année est : «Thomas Pesquet a passé six mois dans une piscine au fond d'un hangar, en nous faisant bien croire qu'il était dans l'espace, pour que le gouvernement puisse détourner des sommes colossales de l'impôt que le bon peuple a bien du mal à payer en se saignant les veines» (et la piscine devait être remplie de rhum car Thomas Pesquet titubait lors de son «retour» sur Terre). Difficile de savoir s'il s'agit d'inculture, d'obscurantisme ou de connerie pure et dure, mais c'est navrant d'entendre ça !

En France, nous avons eu la chance d'éviter Marine Le Pen à la présidence de la République, personnalité soi-disant à poigne d'après ses supporters, mais qui était surtout la candidate rêvée des extrémistes islamistes ! Et oui, avec elle, les extrémistes islamistes étaient certains de pouvoir recruter à tour de bras parmi ceux «rejetés» par la politique de cette candidate complètement dépassée par les réalités actuelles. Heureusement, elle a été incapable de répondre intelligemment à Emmanuel Macron durant le débat du second tour de la présidentielle (alors que certains arguments du nouveau président pouvaient très facilement être démontés, comme ceux sur les accords d'entreprise qui auraient sauvés systématiquement les salariés des entreprises où de tels accords ont été conclus ; elle aurait pu lui retourner au moins un contre-exemple bien senti, largement médiatisé en 2009 et les années qui ont suivies, mais c'était trop demander à cette incompétente notoire). Au lieu de ça, elle est partie en plein délire sur les envahisseurs, ces êtres étranges venus d'une autre planète. David Vincent les a vus. Pour lui, tout a commencé par une nuit sombre, le long d'une route solitaire de campagne, alors qu'il cherchait un raccourci que jamais il ne trouva... Espérons que les Français ont compris que brandir ses grosses couilles en affirmant que «mes idées de cowboy sont meilleures et résoudront à elles seules tous les problèmes de la société» sans la moindre argumentation logique (à noter que la phrase «sinon, ça sera le désordre absolu !», c'est à dire jouer sur la peur, n'est pas un argument valable), mais à grand renfort de «fake news», est une très mauvaise manière de faire de la politique... Le seul souci est que «Français» et «compréhension» sont peut-être des mots antinomiques, comme dans beaucoup d'autres pays (alors que les mots «Français» et «râleur» forment un pléonasme).

Il est vrai que ça ne sert à pas grand-chose de s'énerver contre Trump & consorts, ça ne changera pas la marche du monde et de ses civilisations qui se sont construites sur d'énormes «fake news» : la Terre a été créée, plate, par un être imaginaire il y a 6.000 ans et au dessus de nos têtes, 70 vierges attendent au paradis ceux morts en martyrs (et sous nos pieds, est-ce qu'il y a un enfer avec 700 couguars qui attendent ceux qui ne croient pas en ces fables religieuses ? Là, ça fait vraiment peur :-$). Ce qui nous amène tout droit à l'événement de demain soir, Noël ! Une grande partie de l'humanité va alors fêter, dans un immense gâchis alimentaire, la soi-disant naissance du fils de l'être imaginaire... Pourtant, il ne s'agit que de la fête du solstice d'hiver, la date à partir de laquelle les jours rallongent dans l'hémisphère nord ! Dire que si les moines du IVème siècle avaient rédigé leur bible en Argentine ou en Afrique du Sud, Noël tomberait fin juin, ça laisse songeur... Mais, l'humanité ne devrait-elle pas plutôt en profiter pour méditer sur la question suivante : Thomas Pesquet est-il muni de branchies ? Sinon, comment faisait-il pour tenir des apnées de plusieurs minutes, au fond de sa piscine, durant les tournages des vidéos réalisées dans l'ISS ? Si la réponse est «oui», ça serait un miracle et Thomas serait le nouveau messie venu nous porter le message suivant : «il faut préserver la planète !» (et Trump serait l'archange du Diable venu détruire la planète). Il y a bien évidemment quelques indices sérieux pour répondre correctement à cette question mais quoiqu'il en soit, même si Thomas Pesquet n'a pas de branchies, il faut quand-même préserver la planète !!!

-- Accueil du blog --
-- Article précédent du blog --
-- Article suivant du blog --
-- Carnet de voyage --
© 2018 AMVDD.FR