We are the champions, no ?

Publié le 6-Juillet-2019, par Christophe.

BD we are the champions - 1

BD we are the champions - 2

BD we are the champions - 3

En quoi les Français sont-ils champions du monde ? A- bougonnerie, B- gastronomie ou réponse C- accueil ? Je crois que la réponse A caractérise le mieux les Français... non ? Vous pensiez à quoi, à la haute gastronomie française ? Est-ce certain que le steak-frites, un des plats les plus consommés en France, soit de la haute gastronomie ? Ou alors, vous pensiez à l'accueil : Paris n'est-elle pas la première destination touristique au monde ? Je me suis toujours demandé pourquoi, surtout quand on redécouvre la «politesse» (c'est ironique) de certains (rares) agents de police de l'air et des frontières en descendant d'avion à «Roissy - Charles de Gaulle» (quand on arrive du Pérou, ça fait un choc). Il faudrait vraiment que les Français prennent conscience de leurs lacunes dans certains domaines, en comparaison à d'autres pays (mais attention, je ne parle que de simples lacunes, en aucun cas, je parle de dernier de la classe toute catégorie ou de cancre international ; c'est d'ailleurs assez amusant avec les Français : individuellement, ils s'estiment tous les plus meilleurs au monde, mais les autres Français ne sont que de stupides déficients du neurone, à cause de tous les gouvernements d'incapables notoires qui se sont succédés depuis leurs 18 ans). Voici donc un petit tour d'horizon des pays que nous avons visités, pour voir ce qui est appréciable dans ces pays (à noter que certains «critères» sont absurdes, histoire de casser quelques préjugés) :

➔ Ecossais :

Le haggis : ce plat n'est pas si mauvais, loin de là, surtout avec une bonne sauce au whisky ;-). Donc, même dans un pays que les Français raillent pour sa gastronomie, celle-ci est loin d'être aussi mauvaise qu'il n'y paraît, et côté bière, les ales écossaises écrasent haut la main les «Kro» françaises. L'avarice : difficile à dire si ce cliché est avéré ou non car le coût de la vie est si élevé en Ecosse qu'il faut de toute manière faire très attention à son porte-monnaie pour éviter qu'il ne se vide en deux temps, trois mouvements. Le pouvoir d'achat des Français semble bien meilleur que celui des Ecossais, alors pourquoi les Français se plaignent-ils autant ? Par contre, ce qui est le plus appréciable chez les Ecossais, devant leur excellent accueil et leur sympathie, est leur courtoisie au volant et, de manière générale, dans la vie. C'est indéniablement leur qualité première dont tous les peuples de la Terre devraient s'inspirer !

➔ Irlandais (nord et sud confondu) :

La France, le pays du fromage... Oui, mais l'Irlande aussi, même s'il n'y a pas la même diversité qu'en France ! Certains fromages irlandais, comme le «Cashel blue», sont vraiment très bons et bien meilleurs qu'un camembert industriel français. D'ailleurs côté gastronomie, l'Irlande n'a pas à rougir car le Stew (ragoût) à la Guinness que l'on peut manger dans tous les pubs irlandais est généralement délicieux. Je conseille à tous d'y goûter lors d'un voyage sur cette île où l'on mange très bien, et pas que des «Fish & Chips» (plat qu'il ne faut pas discréditer car un bon «Fish & Chips» avec du poisson frais, c'est vraiment très bon, même s'il y a des frites). Si le temps n'était pas aussi pluvieux en Irlande, c'est une île où je passerai volontiers plus souvent mes vacances car l'accueil, en particulier dans les B&B, est vraiment l'un des points forts des Irlandais pour lequel on peut leur attribuer le premier prix mondial, d'un cheveu (bien évidemment roux ;-)), devant les Ecossais (ou d'autres peuples à travers le monde, comme les Péruviens, les Mexicains, les Jordaniens, les Japonais, etc...), mais relativement assez loin devant les Français.

➔ Amsterdamois (ce qui doit être vrai pour tous les Néerlandais) :

Les Néerlandais parlent très bien anglais, bien mieux que les Américains ;-), mais aussi mieux que les Français. Dans les musées, ou autres attractions touristiques néerlandaises, tout est généralement traduit en anglais, ce qui est très pratique quand on ne parle pas néerlandais. C'est vraiment un modèle à suivre (même si on ne peut raisonnablement pas décerner le premier prix mondial de langue anglaise aux Néerlandais devant les Anglais). Le vélo : les Néerlandais sont incontestablement les champions du monde de la petite reine, un de mes moyens de déplacement préférés mais trop souvent inutilisable en France (pistes cyclables non protégés des automobilistes «débridés» ou pistes cyclables encombrés par des véhicules mal-stationnés et, le pire, impossible de laisser son vélo sans surveillance quelque part si on veut être certain de le retrouver entier) ! Et dernier point pour lequel les Français pourraient s'inspirer des Néerlandais : l'ouverture d'esprit ! Il n'y a qu'à visiter le quartier rouge à Amsterdam pour s'en rendre compte (attention, je ne dis pas qu'il faut légaliser les drogues, même douces, je dis juste qu'un magasin de capotes ayant pignon sur rue devrait être plus facilement toléré en France, pour améliorer la lutte contre le SIDA et autres MST).

➔ Andalous (ce qui doit être vrai pour le reste de l'Espagne) :

L'Andalousie, c'est surtout une région du monde où l'on mange très bien et il faut avouer que commander en tapas du «jamón ibérico y queso» (le «jamón ibérico de bellota» est vraiment au top), avec un bon verre de Rioja (vin du nord de l'Espagne, faut pas être sectaire), c'est vraiment la perspective d'un moment inoubliable, contrairement à un steaks-frites accompagné d'un vin rosé français (je sais, je fais une fixette sur le steaks-frites, mais aussi sur le rosé piscine, le Beaujolais nouveau, le camembert industriel, la choucroute en boîte... Et je suis loin de me soigner en continuant de voyager à l'étranger ;-)). Cela dit, un de mes tapas préférés est le poulpe à la galicienne (c'est donc une spécialité de Galice, pas d'Andalousie, mais que l'on peut tout de même déguster en Andalousie ou en Catalogne), c'est à dire un morceau de poulpe sur une rondelle de pomme de terre avec du paprika et un filet d'huile d'olive : c'est un régal, avec un verre de bon vin blanc, un DO espagnol... Puis, dans les bars à tapas, l'ambiance est festive, joyeuse, comme la rue (sans que ça tourne systématiquement à la beuverie)... Séville, en particulier, est une ville magnifique où il faut bon vivre (mais il faut avouer qu'avec le climat du sud de l'Espagne, les températures nocturnes incitent à sortir le soir) !

➔ Lisboètes (ce qui doit être vrai pour tous les Portugais) :

Le niveau en anglais des Portugais n'est peut-être pas aussi bon que celui des Néerlandais, mais leur niveau est toutefois supérieur à celui des Français. Puis, les Portugais (de manière générale) parlent aussi très bien français, ce qui fait que, conjugué à un bon accueil, c'est vraiment agréable de visiter une ville comme Lisbonne ! La morue salée : ce n'est pas pour se moquer, mais pour mettre en avant l'excellente cuisine portugaise qui comprend en effet de nombreux plats à base de morue salée (plats qui sont très bons) mais aussi d'autres plats délicieux à base de produits de l'océan comme l'excellente cataplana ! Là encore, difficile de dire que la France est le pays où l'on mange le mieux au monde après avoir séjourné quelques jours dans la capitale portugaise, surtout quand on s'aperçoit que le rapport qualité / prix penche beaucoup en faveur du Portugal.

➔ Italiens :

La conduite italienne est vraiment très «artistique» (c'est ironique) mais les Péruviens les dépassent largement dans cette spécialité où les Parisiens, les Marseillais et les DOMiens se défendent aussi haut la main. Franchement, la conduite dans les grandes métropoles françaises ou certaines îles d'outre-mer est vraiment calamiteuse, voire même dangereuse ! Par contre, à Rome, il n'y a pas de «fast food» ou autres «restaurants» à burgers à tous les coins de rues, contrairement à Paris ! Personnellement, je trouve que c'est difficile de vanter la gastronomie française avec une telle densité de «fast food» dans les grandes villes françaises. Certes, on peut considérer les vendeurs de parts de pizzas à emporter comme des «fast food», mais la vraie pizza italienne, c'est bon (d'accord, ça fait un peu Lapalissade, du genre : la bonne pizza est bonne), contrairement à un burger de «fast food» composé d'un truc spongieux qu'on ose appeler «pain» (alors que la France est reconnue pour ses boulangeries et son bon pain). Puis, dans le pays qui a inventé la «slow food» (l'Italie), il ne peut pas exister de «fast food», c'est comme ça et puis c'est tout ! Et quoiqu'il en soit, les pâtes italiennes sont les meilleures au monde et il n'y a pas que les pâtes, beaucoup d'autres plats italiens décrochent les premiers prix gastronomiques !

➔ Croates :

La Croatie, pays de l'ex-Yougoslavie, ex-pays communiste du bloc de l'Est, en guerre dans les années 1990... On aurait pu imaginer un pays où ses habitants sont moroses. Et bien, ce n'est pas du tout ça car les Croates sont les champions du monde de la bonne humeur, surtout sous le beau soleil d'été croate ! En connaissant l'histoire récente du pays, on se demande bien pourquoi les Français font autant la tronche ? Côté cuisine, on mange de très bons ćevapčići en Croatie mais cette spécialité bosniaque (et non pas croate) est un bâtonnet de viande hachée, épicée et grillée, que l'on peut accompagner de frites (mais je préfère tout de même les ćevapčići au steak-frites ;-)). Côté pâtes, les Croates se débrouillent aussi très bien (influence vénitienne oblige) mais on notera surtout les langoustines à la bouzzara comme un des meilleurs plats du pays. La cuisine croate est, comme d'autres cuisines méditerranéennes, un concurrent sérieux face à la gastronomie française !

➔ Grecs :

La Grèce est l'un des plus beaux pays d'Europe où ses habitants ne travaillent pas moins qu‘ailleurs : statistiquement, c'est même l'un des pays d'Europe où ses habitant travaillent le plus ! En France, on a les 35 heures, mais ça ne veut pas dire qu'on est des gros glandeurs, cela veut surtout dire qu'en France, on a la chance de gagner notre vie sans trop travailler (prière de ne pas faire de mauvais esprit sur les chômeurs ou les fonctionnaires, ni affabuler sur un imaginaire patron de PME travaillant 140 heures par semaine) grâce à une bonne productivité (inutile d'en faire la démonstration, enfin, j'espère Vexé !). Et pourtant, bien qu'économiquement la Grèce ne soit pas dans une forme olympique, en tous cas, moins bien moins en forme que l'économie française, les Grecs semblent plus heureux que les Français ! Ca doit être grâce à l'ouzo qui rend les gens heureux et sympathiques, alors que le pastis (le p'tit jaune) les rend bougons ? Cela dit, la diversité de l'excellente cuisine grecque doit aussi y faire beaucoup : le tzatzíki avec du yaourt grec permet de garde la forme, contrairement au steak-frites !

➔ Jordaniens :

Dans certains pays, des gens nous ont aidés spontanément lorsque nous étions en galère, comme par exemple au Japon ou au Mexique, mais cela a aussi été le cas en Jordanie où quelqu'un nous a prêté son téléphone portable dans le hall d'arrivée de l'aéroport d'Amman, pour que nous puissions appeler notre hôtel ! Je vois mal un français faire de même à «Roissy - Charles de Gaulle» où personne n'avait aidé cette américaine que nous avons accompagnée au travers des méandres de l'aérogare, jusqu'au hall d'embarquement de son vol (qui était aussi le nôtre) ! Et comme dans les petites boutiques jordaniennes, les commerçants commencent généralement par offrir un thé et qu'un boulanger nous a fait goûter spontanément et gratuitement son pain qu'il cuisait au-dessus d'un drôle de four, j'ai décidé d'attribuer unanimement avec moi-même, le premier prix de générosité aux Jordaniens ! On oubliera donc que les Bédouins sont un peu obsédés sexuels :-$, car niveau obsession, les Français avec leurs impôts et taxes, remportent le premier prix !

➔ Islandais :

Côté coût de la vie : c'est horrible, tout est très cher en Islande ! J'adore quand les acariâtres français prennent en exemple l'Islande suite à la crise de 2008 : je crois qu'on (Français) râlerait sérieusement si la moindre pizza nous coûtait le prix d'un repas dans un restaurant gastronomique (même pas étoilé au Bibendum) ! Oublions aussi le prix d'une plongée dans les eaux islandaises : elle coûte l'équivalent d'un RSA ! Alors, le modèle économique islandais est-il si enviable ? A chacun de juger, en ayant connaissance du contexte, pas juste en se basant sur des slogans à deux balles véhiculés sur internet ! La géothermie : cette énergie est très largement utilisée dans cette île située sur la faille tectonique entre la plaque nord-américaine et la plaque eurasienne mais cet exemple est un peu difficile à suivre en île de France, non ? Sans oublier que même avec une énergie bon marché, le pouvoir d'achat des Islandais me semble difficilement plus enviable que celui des Français. Quant à l'informatisation avancée de la société islandaise où la vie sans carte bancaire, sans internet et sans smartphone (qui ne devrait pas tarder à remplacer la carte bancaire) est devenue quasi-impossible (c'est vraiment très impressionnant), je pense que la société française aura du mal à s'adapter sans heurt à la révolution informatique qui avance inéluctablement (par exemple, finis les paiements au black quand l'argent sera totalement dématérialisé car ça sera difficile de cacher sous le matelas des liasses de billets quand ceux-ci n'existeront plus).

➔ Canadiens (Québec et autres provinces) :

On pourrait facilement attribuer le premier prix de générosité aux Canadiens, ex-aequo avec les Jordaniens, notamment grâce à des pêcheurs québécois qui nous ont offert de la soupe, ou comme d'autres Canadiens qui nous ont offert de la viande de caribou ou de mouflon dans les territoires du Yukon. Mais comme l'accueil des Canadiens (du moins, pour les touristes) est tellement chaleureux, voire fraternel comme celui de ces pêcheurs, j'attribue le premier prix de fraternité aux Canadiens (une valeur qui devrait être française, paraît-il ?), avec un petit avantage aux Québécois (à cause de la langue ;-)) ! De plus, les grands espaces sauvages du nord du continent américain permettent de jouir d'une liberté exceptionnelle pour randonner (à pied ou en canoë), liberté que l'on retrouve difficilement en France métropolitaine mais cela ne peut être reproché aux Français (vue la superficie du territoire canadien, difficile de rivaliser ;-)). Par contre, dans les parcs nationaux, dont l'accès est certes payant, presque chaque parking au départ de sentiers de randonnée, est équipé de toilettes sèches et ça, c'est vraiment quelque chose qu'il faudrait copier en France ! Sauf que bien évidement, l'avarice de trop nombreux français, fauchés comme les blés par le poids des impôts (remarque ironique), fait que ceux-ci préfèrent se garer n'importe comment 100 mètres avant un parking payant dont le prix modique permet de maintenir propre des WC, bien utiles aux visiteurs pour éviter de déféquer partout dans la réserve naturelle.

➔ Américains (USA) :

Beaucoup d'Américains sont sympathiques, surtout parmi ceux voyageant à travers le monde à des fins touristiques (si on considère que les soiffards se bourrant la gueule à Cancun pendant le «spring break» ne voyagent pas à des fins touristiques). Ce n'est pas un pays peuplé uniquement de cow-boys prêts à tirer sur tout ce qui bouge, il y aussi des Américains civilisés (même si avec Trump, on a du mal à le croire). Par contre, beaucoup de Français les montrent en exemple pour leur libéralisme et cela m'ennuie beaucoup car les Américains ont certes toutes les libertés qu'ils veulent, mais en restant bien cadrés par une morale puritaine bien étriquée, sauf quand il s'agit de gros sous. Que chacun puisse gagner plein d'argent ne me pose pas de problème, à condition que ce ne soit pas au détriment d'autres personnes et surtout, au détriment de l'environnement car nous vivons tous sur la même planète ! Mais, paradoxalement, la gestion des parcs nationaux américains où l'environnement est généralement bien préservé, est exemplaire (on retrouve la même au Canada), surtout pour l'encadrement des visiteurs qui comprend une partie éducative importante.

➔ Mexicains :

Forcément, la tequila est quasi-synonyme de Mexique mais je ne vais tout de même pas réduire tout à peuple à son alcool national, au petit détail près que je préfère une bonne «tequila sunrise» accompagné d'un bon guacamole, à un pastis avec des cacahouètes. Et que dire des bières mexicaines, les «Kro» françaises sont d'infâmes liquides en comparaison ! Au passage, les Français sont priés de ne pas confondre la très épicée cuisine Tex-Mex (du Texas, même si elle comporte beaucoup d'influences mexicaines) avec la délicieuse cuisine mexicaine : le «chile con carne» n'est pas un plat mexicain (ni chilien) mais du Texas ! Les Mexicains sont aussi très sympathiques (bien plus que Trump) mais en l'honneur des deux Mexicaines qui ont passé une heure pour nous aider à trouver notre hôtel à Cancun, je décerne aux Mexicains la palme de l'altruisme ! On ne dirait pas comme ça, vu l'image du Mexique qui est véhiculé par les médias occidentaux (cartels de la drogue, immigrés clandestins, etc...), mais pourtant c'est un superbe pays à visiter (d'autant plus que les ruines Mayas sont d'une rare beauté).

➔ Péruviens :

Le pisco péruvien, surtout préparé en «pisco sour», est l'un de mes apéritifs préférés, très loin devant le pastis (mais j'ai quand-même du mal à le classer par rapport au ti'punch avec du rhum Neisson ou Bielle, faut tout de même pas déconner) mais cela est anecdotique. Le pisco me permet surtout d'aborder la cuisine péruvienne qui est vraiment très bonne, et la pomme de terre ! Sans les Incas, on ne mangerait peut-être pas de frites en France car on n'aurait jamais connu ce tubercule, ça laisse songeur, non ? Bien évidemment, les péruviens sont très sympathiques mais pourtant, ce qui marque le plus lors d'un voyage au Pérou, c'est la gaieté de ses habitants qui aiment faire la fête ! C'est un peu comme les Croates, les Péruviens ont connu des heures sombres (et vivent encore des moments difficiles du point de vue économique) mais ils se tournent vers l'avenir qu'ils espèrent radieux ! Les Français pourraient y prendre de la graine (comme le quinoa, céréale originaire du Pérou).

➔ Chiliens :

Les jeunes Chiliens sont assez «moqueurs» pour rester gentil, disons que ça ne nous a pas fait plaisir de nous faire traiter de «gringos» lorsque nous avons campé à «Pan de Azúcar». Mais les Chiliens un peu plus vieux (dès que jeunesse se passe ;-)) sont très sympathiques, ça compense très largement. Le problème est qu'à l'encontre des étrangers, les Français essaient souvent d'être pire que les Chiliens : pensez-y avant de traiter quelqu'un de rital, de porto ou d'espingouin, et d'ajouter que ce sont des sangsues de l'Europe ! Et encore, je n'ose même pas aborder les surnoms que donnent les Français aux étrangers originaires d'Afrique ou de la péninsule arabique. La gastronomie au Chili ? Une boutade (je me venge des moqueries, bien évidemment) ! Le «lomo a la pobre» n'est pas mauvais mais c'est un steak-frites (avec plein d'oignons caramélisés). L'«empanada queso-ostiones» est un must pour caler une petite faim d'une manière très agréable mais ce n'est quand-même pas gastronomiquement le top. Quant aux ceviches, ils ne sont pas mauvais au Chili mais ce plat est bien meilleur au Pérou qu'au Chili (après en avoir mangé au Pérou, les ceviches chiliens ont pris une grande claque car en comparaison, ils sont fades). Il reste donc le vin et là, il faut avouer que les Chiliens produisent de très bons vins au rapport / qualité prix excellent, de quoi faire vaciller le monde viticole français !

➔ Argentins :

Les Argentins sont très sympathiques, très amicaux aussi, il n'y a aucune contestation possible sur ce sujet mais cela est quelque peu nuancé du fait que les jeunes Argentins (nombreux dans ce pays jeune) imaginent facilement les plus de 40 ans (peut-être même dès 30 ans) derrière un volant de voiture que sur un chemin de randonnée (car beaucoup d'Argentins, passés un certain âge, ont quelques rondeurs, à l'image de Maradona). Une personne approchant les 50 ans peut alors ressentir quelques «frustrations» s'il veut pratiquer une activité quelque peu sportive en Argentine (alors que les Andes offrent de multiples tentations à la randonnée). Mais pour une fois, on ne rencontre pas ce problème en France. Dire que si (tous) les Français étaient aussi sympathiques que les Argentins, on vivrait dans un pays parfait, ça laisse songeur non ? Paradoxalement, les Argentins sont donc les champions du monde de ce qui leur donne des rondeurs, comme le «bife de chorizo», un morceau de viande de bœuf grillé absolument exquis et sans pareil dans le monde entier. Aucun morceau de bœuf grillé ailleurs dans le monde n'arrive à la cheville du «bife de chorizo» argentin (d'accord, peut-être que pour la qualité de la viande, les Japonais avec le bœuf de Kobe écrasent les Argentins, mais pour rapport qualité / prix, c'est le bœuf argentin qui gagne haut la main) ! Arrosé d'un bon Malbec argentin, le «bife de chorizo» ou le «cordero asado» (de l'agneau grillé, de Patagonie, c'est meilleur ;-)) sont des plats divins, mais il faut ensuite bouder sa balance ;-) !

➔ Sénégalais :

Tout d'abord, je ne pense pas que tous les immigrés sénégalais viennent en France pour profiter du système social français. Ils viennent surtout pour essayer de gagner leur vie en travaillant et subvenir aux besoins de leur famille. Je suis certain que la grande majorité d'entre eux (même si quelques-uns ont dû succomber au mirage de la corne d'abondance française), ont essayé de s'en sortir au Sénégal mais la débrouillardise dont ils font preuve, comme beaucoup d'Africains, ne suffit pas toujours ! Les Français devraient aller faire un tour au Sénégal pour comprendre pourquoi les Sénégalais quittent leur pays et surtout, pour se rendre compte de l'excellent accueil qui les attend dans les petits villages sénégalais (les villageois sénégalais mettent la barre très haute côté accueil) ! De nombreuses coopératives villageoises proposent des hébergements touristiques au top pour découvrir le pays (ce n'est pas du 5 étoiles mais l'expérience est authentique et inoubliable, loin de ce que l'on peut rencontrer dans un «All Inclusive» formaté pour recevoir des occidentaux alcooliques). Et cerise sur le gâteau, les visiteurs pourront alors découvrir l'excellente musique traditionnelle sénégalaise : j'ai rarement vu un pays qui compte autant de musiciens (principalement de l'ethnie Malinké dont sont issus les membres du groupe «Touré Kunda»), prêts à sortir leurs instruments à la moindre occasion de faire la fête. Le son du djembé est bien plus envoûtant que les «bip-bips» électronique de David Guetta ! Allez faire la fête au Sénégal, c'est bon pour le moral !

➔ Kenyans :

Le Kenya était notre premier voyage dans un pays «pauvre» (et oui, la France n'est pas le pays le plus pauvre au monde, loin de là) et nous ne savions pas comment cela se passe quand des marchands essaient de vendre jusqu'à l'acharnement, de l'artisanat à des touristes qu'ils estiment extrêmement riches (et qui sont bien plus riches qu'eux, c'est un fait indéniable, mais pas autant que l'imagination débordante des marchands). Mais dans les faits, nous avons ensuite rencontré bien pire acharnement commercial au Viêt Nam (mais ce n'était pas agressif) ou au Sénégal (à Dakar et ses alentours ; ailleurs dans le pays, il n'y a pas de problème), et c'est aux Etats-Unis que nous avons subi de plein fouet une (petite) arnaque commerciale toute à fait légale (tout le monde pense qu'il n'y a aucun risque aux USA, alors qu'un vendeur d'artisanat kenyan est moins dangereux pour le portefeuille qu'un vendeur de souvenirs américain). Par contre, nous avons eu la chance de profiter des talents de mécaniciens kenyans qui ont re-fabriqué à main levé (au sens propre du terme) un alternateur à partir de diverses pièces de récupération, chapeau ! Quant à la magie, les petits Kenyans sont les champions du monde pour prouver scientifiquement l'existence de la force de Coriolis, là où elle ne s'applique pas, c'est à dire dans une petite bassine à 20 mètres de la ligne d'équateur. Ils sont vraiment de très bons prestidigitateurs car je n'ai toujours pas compris leur tour de magie !

➔ Sud-Africains et Namibiens :

Le camping est le sport national en Afrique Australe et les équipements de camping sud-africains sont certainement la référence mondiale. Bien évidemment, lors de toute soirée en camping dans le bush d'Afrique Australe, il est absolument indispensable d'allumer le feu pour un braai, le convivial barbecue des Afrikaners, qui n'a pas son pareil dans le monde, sauf peut-être en Argentine (et bien que les Réunionnais soient les rois du pique-nique). Entre un morceau de «cordero asado» accompagné d'un Malbec, et des petites côtes de springbok grillées au barbecue, arrosé d'un délicieux Shiraz, j'aurais du mal à dire lequel je préfère car les deux sont excellents, mais les Sud-Africains et les Namibiens remportent tout de même le premier prix d'une courte tête pour la préparation des légumes du braai (c'est en Afrique Australe que nous avons découvert le butternut que nous cuisinons maintenant régulièrement). Entre un steak-frites dans une célèbre brasserie parisienne, même avec un bon Corbière, et un braai au milieu du parc Kruger ou du parc d'Etosha, inutile de dire ce que je préfère ! (Par contre, pour un rougail saucisse sur les hauteurs de le l'île de la Réunion avec de l'eau gazeuse de Cilaos ;-), je ne dis pas non, du tout !)

➔ Malgaches :

Les Malgaches sont très accueillants et fort sympathiques, mais ça fait mal au cœur de voir l'état de ce pays où ses habitants sont pourtant très méritants. Les acariâtres français parlent de corruption à la tête de l'Etat français mais ils ne savent pas de quoi ils parlent, comparativement à ce qui se pratique sur la grande île (et cela depuis de nombreuses années et même si les gouvernements ont changé plusieurs fois depuis toutes ces années). Donc, pour contrer ce pessimisme, j'ai décidé de mettre en avant la cuisine malgache : le meilleur foie gras à la vanille du monde se prépare à Madagascar (et tous les produits sont locaux) et cerise sur le gâteau, la production malgache est vraiment bon marché (d'accord, avec notre pouvoir d'achat, c'est bon marché pour les Français, car tous les Malgaches ne mangent pas du foie gras à la vanille tous les midis, loin de là) ! J'aime la cuisine méditerranéenne, antillaise et forcément réunionnaise, mais les Malgaches ont vraiment su développer une cuisine exceptionnelle, issue de diverses influences ! Quant à l'artisanat, les Malagaches fabriquent des articles exceptionnelles (et leurs techniques de vente sont soft), comme des jeux de fanorona, le jeu de dames malgache (jeu passionnant et très stratégique). Nous n'avons jamais acheté autant d'artisanat qu'à Madagascar !

➔ Balinais :

Je ne veux pas être déplaisant avec les Balinais qui ont beaucoup de qualités comme leur exceptionnel sens de l'accueil mais une plongée dans les eaux balinaises permet malheureusement de croiser un peu trop souvent des déchets plastiques. Certains sont peut-être apportés des îles voisines par les courants mais les ravines balinaises servent souvent de décharges sauvages dont le contenu finit invariablement dans la mer lors de la saison des pluies. Cependant, des pays occidentaux comme les Etats-Unis qui ont connu plusieurs marées noires (la dernière en 2010 en Louisiane), ou la France, ne sont pas des exemples à suivre aveuglement en la matière, loin de là. Malheureusement sur la planète, beaucoup trop de pays sont champions du monde des déchets (plastiques) jetés à la mer et je suis désolé de mettre en avant Bali pour ce problème alors que celui-ci est planétaire ! Alors, que ce soit lors d'un voyage à Bali ou lors qu'un pique-nique en France (à la mer, campagne ou montagne), pensez à ramener avec vous tous les plastiques avec lesquels vous êtes partis, pour éviter que ceux-ci finissent dans la mer ! Cependant, pour finir sur une note positive pour les Balinais qui ne méritent pas de passer pour les plus gros pollueurs des mers, notons que le «nasi goreng» et le «mie goreng», des plats incontournables de la délicieuse cuisine balinaise, sont excellents, les meilleurs riz frits et nouilles sautées que nous avons eus l'occasion de manger (rien que pour manger à nouveau ces plats, ça nous donne envie de retourner à Bali) ! S'il me fallait choisir entre un steak-frite au petit-déjeuner et un «mie goreng», mon choix serait forcément balinais !

➔ Philippins :

Les Philippines ont été une colonie espagnole avant d'être cédée aux Américains et rester américaines pendant plusieurs années, période pendant laquelle l'anglais a donc été enseigné. Comme cela a continué de nos jours, les Philippins parlent donc de manière générale très bien anglais, et sans accent. Et comme ils ont aussi le contact très facile, c'est très agréable de visiter ce pays où l'on fait facilement des rencontres amicales (et désintéressées), même avec des personnes pauvres croisées dans un marché qui ressemble presque à un bidonville comme le «Carbon market» à «Cebu City». C'est vraiment l'un des points forts de cet archipel (avec ses magnifiques fonds sous-marins). Anecdotiquement, le groupe Abba a beaucoup de succès aux Philippines où il est quasiment impossible de rester une heure dans un endroit (restaurants, magasins, etc...) sans qu'une sono finisse par diffuser un morceau de ce groupe, et «Dancing Queen» est celui que nous avons le plus entendu lors de notre voyage aux Philippines. Alors, qui sont les plus grands fans d'Abba, les Philippins ou les Suédois ? Il nous faudrait aller en Suède pour le savoir !

➔ Vietnamiens :

L'avantage quand on dort chez l'habitant, est d'échanger avec ses hôtes et pour ce beau pays qu'est le Viêt Nam, le maître de maison va se faire une joie de vous faire goûter son alcool de riz ou, plus souvent, de maïs (c'est à se demander si toute la production céréalière du pays ne finit pas distillée ;-)) ! Idem, si vous mangez dans une salle de restaurant à l'écart des routes touristiques classiques : il y a de fortes chances qu'il vous faudra alors trinquer à la vodka locale avec les autres convives attablés dans la salle. Les Vietnamiens ont un sens de l'accueil un peu éthylique mais néanmoins excellent ;-). Heureusement, la cuisine vietnamienne permet agréablement d'éponger tout cet alcool et les nems ne sont que la partie connue de toute la diversité de cette délicieuse cuisine (et oui, rares sont les pays où l'on mange mal et dans certains pays comme le Viêt Nam, l'Italie ou la France, on mange vraiment très bien ;-)). Quant aux spectacles de marionnettes sur l'eau auxquels tout touriste se doit d'assister, ce n'est aussi qu'un exemple de toute la diversité de la culture vietnamienne que l'on découvre dans ce très beau pays.

➔ Japonais :

Alors, je parlais de pays qui sortaient du lot côté cuisine... Le Japon s'en sort aussi très largement, et pas que pour ses sushis et ses sashimis ! Le plat que nous avons adoré lors de notre voyage au japon était l'okonomiyaki, la galette (ou crêpe) japonaise à base de choux chinois, de pâte à crêpe et de tout un tas d'ingrédients au choix. Le top, ce sont les copeaux de bonite séchée déposés par-dessus ! Mais, il a aussi les teppanyaki (des aliments cuits sur une plancha comme l'okonomiyaki) ou les tempuras (beignets). Sans oublier qu'un bon bol de nouilles (udon, soba ou ramen) est certes un repas basique mais néanmoins délicieux (ce qui n'est pas vraiment le cas des frites ; d'accord, mon jugement n'est peut-être pas objectif mais c'est comme ça et puis c'est tout ;-)). En dehors de sa cuisine, le Japon se distingue aussi par la grande propreté qui règne en maître n'importe où dans le pays (y compris dans le métro), propreté qui est principalement due au grand respect mutuel de ses habitants qui sont d'une serviabilité exemplaire (même si c'est parfois un peu trop). Le Japon est le pays que tous les touristes devraient visiter au moins une fois dans leur vie car c'est un voyage inoubliable !

➔ Chinois :

Les Chinois sont nombreux, très nombreux... Et ils voyagent beaucoup dans leur pays. Les sites touristiques sont donc submergés de touristes chinois et pourtant cela se passe plutôt bien (par exemple, il n'y a pas de longue file d'attente derrière un guichet pour prendre un ticket d'entrée, même sur les grands sites touristiques très courus), car forts de leur pragmatisme, ils ont mis en place des solutions informatiques innovantes qui résolvent la plupart des problèmes. Ainsi, une simple pièce d'identité devient un ticket d'entrée pour la Cité Interdite, après achat de ce «ticket» sur un site internet (par contre, c'est là que le système pèche un peu car le gouvernement chinois filtrant fortement internet, l'utilisation de ce réseau informatique est quelque peu perturbée pour un occidental). Autre exemple : des QR codes collés sur les tables des restaurants ! Plus besoin de serveur pour passer une commande ou régler la note, cela se fait directement sur son smartphone, c'est vraiment très impressionnant (si on parle et lit le chinois) ! Mais, revers de la médaille, sans smartphone (chargé), la vie devient difficile en Chine (du moins, dans les grandes villes). Après le smartphone, la batterie de secours au Lithium est donc le second objet indispensable pour vivre en Chine (ce qui devient un casse-tête pour prendre l'avion en Chine car conscient de la mauvaise qualité des batteries Lithium fabriquées par leurs usines, celles-ci sont interdites d'embarquement si elles ne sont pas correctement estampillées).

➔ Les Russes (en tous cas, les habitants de Moscou et Saint Pétersbourg) :

Les Russes n’ont pas bonne réputation en France (notamment dû au comportement des oligarques russes en villégiature sur la côte d’azur) mais pourtant, lors de notre voyage dans les deux plus grandes villes russes, nous avons été agréablement surpris, malgré le fait que nos premiers kilomètres parcourus sur les routes russes, m’est fait penser qu’il me faudrait revoir cet article car les Russes risquaient de piquer la première place du classement des plus mauvais conducteurs au monde (mais ouf, Chinois et Péruviens gardent les premières places haut la main). Paradoxalement, le comportement routier des Russes, loin d’être exemplaire, révèle pourtant leur qualité première : la discipline ! Les passages piétons sont (à de très rares exceptions près) scrupuleusement respectés, les conducteurs s’arrêtent dès que l’on s’engage sur un tel passage (d’un autre côté, les piétons ont aussi intérêt à être disciplinés et ne pas traverser n’importe où) ! Dans le métro, les Russes se placent naturellement de chaque côté des portes des rames pour laisser passer ceux qui en sortent (sans avoir besoin de marques sur les quais comme au Japon) : quand la discipline se perçoit comme de la courtoisie, c’est vraiment très agréable ! A noter au passage que le métro (tout comme les rues) est très propre : pas un détritus ou un mégot de cigarette ne traîne sur les voies, alors que les Russes semblent être de gros fumeurs, mais des fumeurs disciplinés ! L’efficacité et la rapidité d’exécution pourrait aussi être une des qualités russes : par exemple, au restaurant, une assiette vide ne reste pas longtemps sur la table, elle est très vite desservie, c’est vraiment très impressionnant ! Puis, les contrôles de sécurité russes (à l’entrée de la plupart des lieux publics comme le métro, les gares, aéroports ou musées) se passent sans le moindre enquiquinement : espérons qu’ils soient efficaces mais la rapidité de ces contrôles est tout de même appréciable. Enfin, je pourrais aussi évoquer la ponctualité russe mais ce paragraphe est déjà suffisamment long... Les Russes ont tout de même beaucoup de qualités appréciables !

Paradoxalement, c'est peut-être justement à cause du léger déficit d'accueil et de sympathie que l'on rencontre dans certaines régions françaises (la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion ne font bien évidemment pas partie de ces régions), que nous sommes toujours très agréablement surpris quand nous rencontrons quelqu'un qui nous aide spontanément à l'étranger. Il y a bien évidemment des exceptions qui confirment la règle (oui, quelques Parisiens peuvent être sympathiques ;-) et nous ne sommes peut-être tombés que sur ces exceptions à l'étranger), mais ça fait tout de même plaisir de passer du temps dans un pays où une grande majorité de personnes sont accueillantes comme en Croatie ou au Pérou ! Bien évidemment, mon but n'est pas d'accabler les Français en les traitant de gros racistes antipathiques (je réviserai peut-être ce jugement en 2022), mais de les pousser à voyager pour découvrir ce qui se fait à l'étranger et se rendre compte que finalement, la France est un beau pays si les Français ne faisaient pas autant la tronche (il ne manque que ça, car le catastrophisme ambiant, et totalement injustifié, joue forcément sur nos relations avec les autres ; que les Français arrêtent d'écouter les politiciens populistes à deux balles qui noircissent à outrance le tableau et ça ira déjà bien mieux) ! Alors, allez-y, les vacances sont là : profitez-en pour partir à l'étranger (ou dans les DOMs, comme à la Réunion, par exemple, c'est bien en cette saison), en évitant bien évidemment les hôtels-clubs qui ne sont que des ghettos à touristes où ces derniers ne découvrent rien des pays où ils sont implantés !

PS : Au fait, cher lecteur, si vous venez d'être choqué par ma remarque sur les hôtels-clubs (comme le «Club Med»), je n'ai qu'une question : un zoo situé en Europe ou en Amérique du nord reflète-t-il la vie comme elle se déroule dans le parc Kruger en Afrique du Sud ? Non ! Et bien, un hôtel-club est pareil qu'un zoo : il abrite des espèces étrangères avec des personnes aux petits soins pour ses pensionnaires qui sont (plus ou moins) en captivité dans l'enceinte de leur hôtels-clubs ! Sans oublier que les soigneurs leur donnent la nourriture qu'ils mangent habituellement.

Post-PS : Quant à la cuisine, puisque nous sommes très gourmands, ça fait aussi très plaisir de découvrir qu'il existe à l'étranger d'autres plats bien meilleurs que le steak-frites (et je ne m'en prend qu'au steak-frites, pas au bon magret de canard séché du sud-ouest, ni au vrai cassoulet, ni à la vraie choucroute, et encore moins à la cuisine réunionnaise ou antillaise) ! Le riz, préparé en risotto avec des asperges par exemple, ou frit comme dans le «nasi goreng» avec des légumes, est vraiment excellent. Idem pour les nouilles ou les pâtes, à l'encre de seiche (avec des morceaux de seiche) ou sautées en «mi goreng», avec des légumes, c'est un régal !

-- Accueil du blog --
-- Article précédent du blog --
-- Article suivant du blog --
-- Carnet de voyage --
© 2019 AMVDD.FR