Un p'tit tour du monde, et puis... p'têt pas !

Publié le 1er-Juin-2019, par Christophe.

BD un petit tour du monde - 1

BD un petit tour du monde - 2

BD un petit tour du monde - 3

Quel voyageur n'a jamais eu envie de faire un (vrai) tour de monde ? Voilà une idée bien séduisante mais pour cela, il faut être capable de répondre à la question cruciale qui se transforme vite en casse-tête : où passer pendant ce voyage exceptionnel qu'on ne fera peut-être qu'une seule fois dans sa vie, en prenant par exemple une année sabbatique (même si aujourd'hui, un tour du monde peut-être effectué en moins de 80 heures ; mais dépenser plus de 5.000 euros de billets d'avion pour moins d'une semaine, ou même moins de deux semaines, est une hérésie complète ou un délire d'égocentrique narcissique à tendance mégalomaniaque) ? Le choix des escales dépend énormément des goûts de la personne qui va entreprendre un tel voyage mais je pense qu'elles doivent être à la hauteur de l'événement. Alors, forts de notre expérience de plus de 23 ans de voyages, saurions-nous composer un vrai tour du monde exceptionnel, en profitant de bonnes conditions du point de vue météorologique (car des routes ou des aéroports bloqués par la neige ou un cyclone, n'est pas spécialement ce que l'on espère pour un tour du monde) ?

Prenons tout d'abord, comme exemple, un itinéraire standard «Europe ➔ New-York ➔ Los Angeles ➔ Tokyo ➔ retour maison» que doivent réaliser beaucoup de «tour du mondistes» européens (trop pressés) car il est optimisé pour le prix de billets d'avion (par exemple, «Star Alliance» propose un billet «tour du monde» avec deux escales)... Sauf qu'un tel tour du monde me déprimerait ! Certes, New-York et Tokyo sont des escales très intéressantes mais Los Angeles est une ville très «superficielle» qui n'est pas spécialement séduisante. Puis, ce tour du monde ne passe que par des grandes villes, sans le moindre espace de nature, sans le moindre animal sauvage (sauf peut-être à Los Angeles où sa faune peut se révéler très dangereuse). Faire un tel voyage n'a pour moi aucun intérêt, à part le fait de se la péter auprès de ses amis en clamant haut et fort qu'on a fait un tour du monde !

Redevenons donc plus sérieux et essayons de bâtir un vrai tour du monde qui ressemble à quelque chose. Disons que l'on commence par l'Amérique du Sud, continent aux paysages et aux sites archéologiques exceptionnels. Première étape : «Buenos Aires» (pour se délecter au passage d'un bon «bife de chorizo» arrosé d'un délicieux Malbec). La capitale argentine est un point de passage obligé pour la Patagonie, l'une des plus exceptionnelles régions de la planète. On peut alors commencer par un petit aller-retour en avion depuis «Buenos Aires» pour se rendre aux chutes d'Iguaçu (c'est strictement nécessaire car ce sont les plus belles chutes du monde), avant de descendre en Patagonie pour visiter le parc national argentin «Los Glaciares» (le parc compte une multitude de glaciers, dont le magnifique «Perito Moreno») et le parc national chilien «Torres Del Paine»... Après deux ou trois semaines en Patagonie, il serait alors intéressant de prendre la direction du nord du Chili, dans la région de «San Pedro de Atacama», pour rejoindre ensuite le «Salar de Uyuni» dans le sud de la Bolivie, puis les rives du lac Titicaca, Cusco au Pérou et finir par le «Machu Picchu». En théorie, ce programme répond parfaitement aux critères d'exception, sauf qu'il y a un petit hic : la météo ! En partant mi-décembre pour profiter d'un climat avenant en Patagonie, on arriverait alors mi-janvier sur l'altiplano où c'est le tout début de la saison des pluies. Quant à début février pour le «Machu Picchu», cette période n'est pas vraiment ce qu'il se fait de mieux en matière de météo.

Et si on tentait dans l'autre sens : Lima (avec un bon «ceviche mixto» accompagné d'un délicieux «pisco sour»), puis Nasca, Cusco, le «Machu Picchu», le lac Titicaca, la Bolivie et enfin la Patagonie, en partant mi-novembre de Lima, pour arriver mi-décembre en vue de la Patagonie ? Côté météo, c'est bien mieux (bien que ce ne soit pas le top du top pour le «Machu Picchu») ! Mais ce tour du monde ne va tout de même pas s'arrêter à Buenos Aires ? L'étape suivante pourrait être la péninsule du Yucatan et ses cités Mayas : «Chichen Itza», Uxmal, Palenque... Côté météo, pas de problème, celle-ci est clémente début février au Yucatan. Par contre, il serait ensuite logique de continuer par «San Francisco», point de départ pour un grand tour de l'ouest américain : Yosemite, «Death Valley», «Las Vegas», «Bryce Canyon», «Monument Valley», Arch, «Grand Canyon», «Mesa Verde» et ainsi de suite jusqu'aux parcs nationaux de «Grand Teton» et de Yellowstone, avant de passer la frontière canadienne pour continuer le périple en passant par les parcs canadiens de Banff, Jasper, Kootenay... Ce périple dans l'ouest américain commencerait logiquement fin février, voire début mars : pour visiter «San Francisco» ou la Vallée de la Mort, pas de problème côté météo, mais visiter le parc national de Yosemite à cette époque de l'année doit être difficile à cause de la neige. On peut certes prendre l'avion pour rejoindre Las Vegas depuis San Francisco, pour éviter ce parc californien, mais ce problème se posera tout de même à nouveau deux mois plus tard, de manière encore plus cruelle, lorsque l'on arrivera début mai à Banff où la neige n'aura pas encore fondue... Bref, ce périple dans l'ouest américain ne peut se réaliser à cette époque de l'année !

On peut alors imaginer partir en Asie puisqu'en Amérique du Nord, ce n'est pas le pied ! Par exemple, en se rendant à Kyoto et Tokyo ? Mais la neige tombe aussi au Japon en février. Même si les temples de Kyoto sous la neige peuvent se révéler sous des atouts bien sympathiques, et que se délecter d'un bon okonomiyaki peut se faire qu'il neige ou pas, ce n'est tout de même pas la période la plus agréable pour le Japon. Hanoi, la baie d'Halong ou encore «Siem Reap» au Cambodge pour découvrir Angkor ? C'est une possibilité qui doit être jouable côté météo, si on évite le nord Vietnam. Les Philippines, superbe destination pour la plongée, seraient aussi une belle étape pour un tour du monde passant en mars dans les parages de cet archipel. Par contre, en plein été austral (donc en hiver boréal), ça serait une mauvaise idée de descendre trop au sud de l'Asie, en se rendant par exemple à Bali, car la saison des pluies sévit jusqu'au mois de mars dans cette île. De même, l'Afrique Australe qui serait l'étape parfaite pour un tour du monde exceptionnel qui passerait par le parc Kruger en Afrique du Sud, les chutes Victoria et les parcs nationaux de Chobe et de Moremi (situé dans le delta de l'Okavango) au Botswana, sans oublier le parc national d'Etosha en Namibie et les dunes de Sossusvlei, n'est pas recommandée en mars car en pleine saison des pluies, ce n'est pas évident que l'on puisse passer partout, même en 4x4, dans ces différents parcs nationaux d'Afrique Australe (ça serait ennuyeux de faire tant d'heures d'avion, juste pour un braai et une bonne bouteille de Shiraz sud-africaine). Quant à Madagascar, mars est la pleine saison cyclonique, il convient donc d'éviter cette grande île à cette période. Idem pour l'île de la Réunion qui serait l'étape obligée pour un tour du monde exceptionnel : c'est mieux d'attendre fin juin, début juillet, pour s'y rendre car c'est alors le plein hiver austral, les journées sont fraîches mais ensoleillées, parfait pour randonner dans les cirques !

Après un programme hivernal (pour l'hémisphère nord) déjà difficile à boucler, la suite du programme n'est guère plus facile à concevoir (sans prendre en considération, qu'après avoir séjourné sur l'île de la Réunion, on n'aura plus envie d'en repartir ;-)) ! Il serait à mon avis nécessaire de visiter l'Egypte, la Jordanie avec Pétra (destinations qu'il faut peut-être éviter en plein été, à cause de la chaleur étouffante ?), puis la Grèce, l'Italie, l'Espagne pour bien évidemment finir ce tour du monde en Islande, en novembre (période parfaite pour les aurores boréales, bien moins pour visiter des endroits comme les chutes de Dettifoss car beaucoup de routes sont fermées en hiver), en ayant visité au préalable l'Ecosse et l'Irlande... Mais ce ne sont peut-être pas des destinations pour un tour du monde, juste des destinations pour des vacances de quelques semaines car elles sont seulement situées à quelques heures d'avion de Paris ? Ou alors, après l'Asie et l'Afrique Australe, il faudrait retourner en Amérique du Nord, ça ferait alors un «1,3 tour du monde» ? Finalement, le mieux est de rester sur l'île de la Réunion car je n'ai pas trouvé de programme idéal sans faire de zigzags dans tous les sens. La Terre est ronde, on peut certes en faire le tour en un voyage, mais son axe de rotation n'est pas perpendiculaire par rapport au plan de l'écliptique, ce qui génère des saisons qui rendent quasi-impossible l'élaboration d'un tour du monde exceptionnel avec des conditions acceptables côté météo, sans tomber dans le ridicule dans «Europe ➔ New-York ➔ Los Angeles ➔ Tokyo ➔ retour maison».

PS : En tous cas, voici une liste d'endroits que nous considérons exceptionnels, classés par thèmes, pour vous aider à trouver des étapes (hors France métropolitaine) pour votre tour du monde, mais à vous de voir comment les enchaîner ;-) car moi, j'ai jeté l'éponge :

➔ Animaux sauvages : Kenya, Afrique Australe, Madagascar, Rocheuses Canadiennes, Islande (baleines).

➔ Plongée : Philippines, Nouvelle-Calédonie, Mayotte, Bonaire, Mer Rouge (Thistlegorm), Bali.

➔ Paysages grandeur nature : Namibie, Patagonie (Chili & Argentine), Ouest Américain, Rocheuses Canadiennes, Vietnam, nord de l'Europe (Ecosse, Irlande, Islande...), Grèce, île de la Réunion.

➔ Sites historiques : Italie (Rome), Pérou, Yucatan, Cambodge, Jordanie, Grèce, Andalousie, Chine (Pékin).

➔ Gastronomie : Italie, Espagne, Grèce, Pérou, Japon, Vietnam, île de la Réunion, Guadeloupe.

➔ Œnologie : Chili, Italie, Espagne, Argentine, Afrique du Sud.

-- Accueil du blog --
-- Article précédent du blog --
-- Article suivant du blog --
-- Carnet de voyage --
© 2018 AMVDD.FR