Live and (of course) let live !

Publié le 2-Janvier-2021, par Christophe.

Dessin Verboten !

Une nouvelle décennie s'ouvre mais que va-t-elle nous apporter ? Verrons-nous la disparition des abeilles ou le retour de la biodiversité ? Est-ce que le prix du diesel n'augmentera pas trop pour nous permettre d'aller acheter du pastis bon marché au Pas de la Case ? Et si ce n'est pas le cas, est-ce que les politiques auront mis en place une zone détaxée près de Toulouse pour lutter contre le réchauffement climatique (ça éviterait aux camions de monter des milliers d'hectolitres de diesel et de pastis, à 2.000 m d'altitude) ? La Terre va-t-elle continuer de tourner sur elle-même en 16 heures (au moins, si elle tourne, ça veut quand-même dire qu'elle n'est pas plate) ? Est-ce qu'enfin, les individus utilisant les réseaux sociaux (ou écrivant des commentaires dans les journaux en ligne) vont utiliser leur cerveau ? Histoire d'en finir avec les théories de manipulation d'un virus biologique pour mettre fin aux manifestations sociales (l'utilisation d'un virus informatique serait cependant beaucoup plus plausible... Néanmoins, un virus dont les principales victimes sont les personnes âgées, pourrait avoir été fabriqué par le MEDEF, pour réduire les cotisations retraite et la durée des congés...) ou du grand remplacement organisé par un Nouvel Ordre Mondial dirigé par des reptiliens... Bref, va-t-on finir par être moins stupides en évitant de croire n'importe quoi, comme le fait que les politiques dans les pays démocratiques (et oui, il en existe encore), ont le pouvoir de sauver à eux seuls le monde, d'une manière ou d'une autre ? Va-t-on enfin se rendre compte que c'est tellement plus facile de se débarrasser de notre responsabilité dans les problèmes actuels (en particulier, les problèmes environnementaux comme les continents de plastique), en rejetant en masse la faute sur des bouc-émissaires, en l’occurence les politiques (qui, certes, donnent le bâton pour se faire battre en promettant n'importe quoi pour se faire élire) ?

La plupart des politiques des pays démocratiques ne peuvent rien faire pour sauver le monde ! Ils sont pieds et mains liés par leur électorat, par leur opposition (dont les cadors connaissent forcément mieux les mesures à prendre que le gouvernement en place, comme par exemple s’il faut acheter, ou pas, des masques pour faire face à une épidémie de H1N1 ou de Covid-19 ; mais il faut bien admettre qu’acheter des masques, même s’ils n’ont servi à rien et que cela a dû au moins coûter un ou deux d’euros par contribuable français, était moins pire que d’en manquer pour le personnel hospitalier quand ils en ont eu besoin), par les chiffres du chômage, par ceux du pouvoir d'achat, par le montant abyssal de la dette publique (enfin, quand ça les arrange, car un coup, il ne faut pas l’augmenter, et un autre coup, on ouvre les vannes à fond) ou encore par les journalistes (quels que soient leurs bords politiques) qui ne cherchent plus que la punchline bien sentie... J'allais même oublier dans cette liste, les divagations de piliers de bar que l'on peut lire sur les réseaux sociaux qui doivent néanmoins servir lors d'enquêtes d'opinion (c'est certain que les politiciens utilisent ces délires d'ivrognes). Cependant, le pouvoir de changer le monde est détenu par nous tous, plus précisément, il est partagé entre nous tous. Aucun de nous ne possède le pouvoir absolu mais nous avons chacun un tout petit peu de pouvoir et la responsabilité qui va avec, rien que par le biais des achats que nous faisons (ou pas) tous les jours. Il n'y a qu'à regarder comment l'application Yuka a fait bouger les industries agro-alimentaires, sans qu'aucune loi ne soit promulguée. Dès aujourd'hui, nous pouvons parfaitement boycotter les produits nocifs à l'environnement et privilégier les produits éthiques le protégeant. Nous pouvons tous éviter d'utiliser les plastiques à usage unique, sans même attendre une loi les interdisant, mais nous continuons pourtant de les utiliser, qui plus est, en râlant que la loi tarde à arriver ! Nous pouvons aussi très bien éviter de nous ruer sur les soldes de début d'année mais nous préférons râler sur le fait que les usines qui fabriquent dans des pays en voie de développement les vêtements très bon marché vendus lors de ces soldes, polluent et font travailler des enfants, et que nos gouvernements ne font rien pour lutter contre ça !

Si nous nous accordons tous, nous avons le pouvoir de changer le monde, au détail près que, collectivement, nous sommes bien souvent des gros cons extrémistes, croyant dur comme fer à des idées utopistes, voire fantaisistes ! Dès qu'un groupe d'un millier, voire même un million, de personnes, se met d'accord un sujet quelconque, le risque de tomber dans le ridicule est très important. Cela est principalement lié au fait que nous croyons alors que nos opinions sont partagées par l'ensemble des 66.999.000 Français restants ou des 7.699.999.000 Terriens restants, que nous nommerons alors «peuple». Pire, ce groupe croira même qu’il représente l’ensemble de la population ! Ce qui me chagrine le plus est que généralement, ces groupes de «grands penseurs universels auto-proclamés» pondent des idées qui vont impacter la vie de tous mais qui, surtout, ne les touchent pas directement (et dans ce domaine, les Français, déjà peu enclins à assumer leur responsabilité dans les problèmes actuels, sont aussi très prompts à réclamer à cor et à cri des réformes, du moment que ça ne les touche pas eux, personnellement) ! Par exemple, pour limiter le réchauffement de la planète, certains voudraient limiter très fortement, voire interdire, les importations dans l'hexagone de fruits exotiques comme les bananes ou les ananas, car ils n'en mangent pas, ça ne les dérange donc pas, en évitant toutefois d'éditer des règles à propos des smartphones qu'ils changent très régulièrement (la fameuse obsolescence programmée les arrange bien pour trouver un prétexte pour en changer) alors que ces engins sont pourtant bien importés de Chine. Puis, surtout, ces «bananaphobes», sous prétexte que c'est pour le bien de l'Humanité, évitent bien évidemment de réfléchir aux conséquences sociales pour les régions productrices comme les Antilles Françaises. Certes, le réchauffement climatique va certainement avoir des conséquences importantes pour les plus démunis, mais interdire les importations de bananes ou d’ananas impactera gravement les ouvriers agricoles qui n'ont pas vraiment de gros revenus. Bref, cherchez bien, vous en trouverez plein des idées de ce genre, à propos de la protection de l'environnement, de la mondialisation, de la crise migratoire ou de la crise sanitaire, partagées en nombre sur les réseaux sociaux.

Le fait que vos idées soient partagées par 3 millions de personnes, ne veut pas donc dire que les autres les partagent, et encore moins que vos idées soient bonnes ! Elles ne sont peut-être pas entièrement mauvaises, tout dépend d'un tas de paramètres et du contexte. Prenons un exemple concret, le titre d’un article paru en tout début d'année 2020 : «A Rouen, la calèche de ramassage scolaire s’attire les foudres des antispécistes. Une pétition en ligne, qui appelle au retrait de ce projet original de ramassage scolaire prévu pour la rentrée 2020, a déjà recueilli 33.500 signatures.» Pour ces antispécistes, il faudrait donc continuer d'utiliser un bus équipé d'un moteur diesel, réchauffer la planète et par conséquence, engendrer de monstrueux incendies comme ceux en Australie qui ont décimé plus d'un milliard d'animaux ? Et s'il n'y a plus personnes pour utiliser des chevaux, il n'y aura plus d'éleveurs et donc beaucoup, beaucoup moins d’équidés, non ? Mais d'un autre côté, remplacer le bus de ramassage scolaire par une calèche, n'est peut-être sûrement pas la meilleure idée qui soit en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre : il faut nettoyer l'écurie, enlever le fumier, apporter du foin aux chevaux, en utilisant un tracteur, diesel, peut-être plus polluant que le bus ? Et finalement, si on interdisait aux gamins de se rendre physiquement à l'école, en faisant en sorte qu'ils utilisent internet et ses serveurs informatiques énergivores pour s'instruire ? Alors, qui a raison, qui a tord ? Personnellement, je ne peux pas me prononcer car je manque d'informations comparatives quant aux dégagements de gaz à effet de serre liés à l'utilisation du bus, des chevaux ou d'internet, mais plus de 33.500 individus pensent avoir la réponse absolue. Ils ont le droit de s'exprimer, certes, mais ils ont aussi le devoir d'écouter le ou les points de vue du reste de la population et de respecter le choix qui sera fait démocratiquement, en sachant que celui-ci pourra être totalement illogique en fonction du critère pris en compte (souffrance animal, émissions de gaz à effet de serre, ou bien-être des écoliers). C'est heureusement (ou malheureusement), le jeu de la démocratie (que l'on peut aussi surnommer «tyrannie de la majorité»), où tout le monde peut donner son avis, même les imbéciles !

Aujourd'hui, les réseaux sociaux, nous submergeant de vérités et de contre-vérités, créent une atmosphère anxiogène, entretenue par de nombreux prédicateurs de mauvaise augure. Entre les études médicales qui nous promettent un cancer colorectal si on mange trop de viande, ou un AVC si on est végétarien, les analyses environnementales qui nous prédisent la transformation du village de Leucate en île à l’horizon 2300, les collapsologues (quel mot franglais horrible) qui s’en donne à coeur-joie en se délectant de l’effondrement de notre civilisation avec la pandémie (en jouant avec la théorie très chrétienne du déclin brutal de la civilisation romaine dû à la décadence des Romains qui ont été punis par un être divin imaginaire, alors que dans les faits, les Romains n’ont pas été exterminés brutalement de la surface de la planète, c’est juste l’empire romain qui s’est transformé et dissous lentement, sur une centaine d’années), les analyses financières qui annonçaient une nouvelle crise due à l’explosion d’une nième bulle spéculative, crise encore plus importante que celle de 2008, alors qu’aucun de ces Ostrogoths n'avait vu arriver la crise liée à l’épidémie de coronavirus qui a sérieusement grippé l'économie mondiale (dire que si cette crise avait été prévue, la pandémie n’aurait peut-être pas eu lieu) ou les études sociétales qui nous imaginent tous remplacés par des robots au travail (au moins, aucun animal ne nous replacera dans notre travail car les antispécistes veilleront au grain), on se demande bien comment on va arriver à la retraite, sans même se poser la question de son financement ! Pire, cette dernière question semble encore plus superflue si on prête la moindre attention aux promesses de guerres et de destructions mutuelles de Donald Trump, Kim Jong Un, Ali Khamenei ou Recep Tayyip Erdoğan (liste à compléter). Alors ? On meurt tout de suite, ou on attend un peu plus tard ? En attendant, si tout le monde pouvait se prendre par la main, assumer ses responsabilités, prendre conscience de ses limites (y compris les limites de ses connaissances), et surtout profiter de la vie (qui sera peut-être courte), en faisant bien évidemment attention à l'environnement et surtout, sans pourrir la vie du reste du monde au nom d'un dogme politique ou religieux, ou d'une quelconque croyance philosophique, ça serait déjà ça de pris !

Bonne année 2021 ! En espérant qu’elle soit bien meilleure que 2020, ce qui n'est pas gagné...

PS : Petit recueil des illogismes et autres facéties de Donald Trump et consorts...

Avant de continuer plus loin, une mise au point est néanmoins nécessaire : que personne ne parle de complotisme en lisant certains paragraphes ci-dessous ! Ceux-ci reposent juste sur le fait qu'aucun individu, épidémiologiste ou président d’un pays, ne peut prédire l’avenir d’une manière fiable et assurée, même en utilisant une intelligence artificielle ou autres modèles mathématiques qui, en aucun cas, ne peuvent refléter la complexité de la vie. Certes, on peut donner une tendance pour l'avenir, en utilisant le conditionnel, ou mettre en garde contre un événement redouté qui, puisque prévisible, ne peut être irrémédiable, mais seuls les charlatans prétendent prédire l'avenir ! De plus, ces paragraphes visent généralement les adeptes de mesures extrêmes et infantilisantes, utilisant la peur pour les justifier...

Le vendredi 7 février, le festival des créations télévisuelles de Bagnères-de-Luchon a attribué, lors de la journée climat-environnement, un prix d'honneur à Yann Arthus-Bertrand pour son action écologique. Une semaine plus tard, le 14 février, la station de ski de Luchon-Superbagnères a fait transporter 50 tonnes de neige par hélicoptère, certainement en hommage au réalisateur qui fut grand amateur de vols en hélicoptère...

Dessin En direct de luchon !

Le mardi 11 février, le Dr Donald Trump, éminent épidémiologiste, a prédit la fin de l'épidémie de coronavirus Covid-19 pour avril (2020) avec la hausse des températures. C'était évident car en avril, la planète entière allait globalement se réchauffer grâce à la politique environnementale du Dr Trump, climatologue de renommée mondiale. Pardonnons ses toutes petites erreurs au Dr Trump car un homme comme lui, président d'une des plus puissantes nations au monde, ne peut pas tout savoir, comme le nom de l'état américain où se situe la ville de «Kansas City», ou les notions de globe terrestre, d'axe de rotation, d'orbite autour du Soleil ou encore d'hiver austral...

Dessin Le monde selon Trump !

Le mardi 17 mars, pour justifier l'interdiction d'accès aux plages et forêts, le ministre de la santé français a déclaré : «Même s’ils sont au bord de la mer, qu’il y a des mouettes et qu’il fait beau dehors, ils restent chez eux. Ce n’est pas parce qu’on est au bord de la mer ou plus proche de la nature qu’on n’est pas moins proche du virus et moins proche de mettre en danger la vie des autres». Vu les moyens aériens mis en œuvre (hélicoptères et drones) pour traquer les randonneurs et promeneurs solitaires mais néanmoins contrevenants au confinement, ces «serial killers» devaient être très dangereux, bien plus que ceux ayant maintenu les élections municipales, 2 jours avant le début du confinement !

Dessin Wanted !

Le samedi 21 mars, les professionnels de la chasse (aux lions, léopards, éléphants, etc... Bref, des espèces pas spécialement en forme) ont demandé l’extension de la saison de la chasse au Botswana : beaucoup de leurs clients assassins ne pouvaient alors plus voyager pour venir dégommer les animaux sauvages (juste pour des trophées) à cause des restrictions de voyage mises en place à travers le monde pour lutter contre la pandémie de Covid-19...

Dessin Logique de chasseur, logique de connard !

Le lundi 6 avril, le Dr Donald Trump a signé un décret autorisant l’exploitation commerciale des ressources dans l’espace ! Alors, histoire d’informer cet homme, la ville de «Kansas City» n’est pas dans l’état du Kansas, mais dans le Missouri, la distance moyenne Terre - Lune est de 384.400 km et la distance Terre - Mars est de 76 millions de kilomètres... Et en avril dernier, aux USA, n’y avait-il pas un problème plus urgent à traiter qu’une potentielle exploitation des ressources spatiales qui ne pourrait pas intervenir avant quelques (dizaines d') années ?

Dessin Trump dans l

Le samedi 11 avril, Gollum cherchait toujours son précieux et ses richesses... Je ne savais pas que Gollum était devenu président du MEDEF ? Gollum voulait qu’on travaille plus après le confinement, en renonçant à nos congés, pour fabriquer plus d’avions pour permettre aux vacanciers de voyager, ou pour fabriquer plus de (grosses) voitures pour qu’elles restent stationnées lors d'un hypothétique reconfinement, ou les jours de télétravail... Et les hôteliers et les restaurateurs des zones touristiques, devaient-ils aussi travailler plus, pour accueillir les salariés retenus sur les chaînes de fabrication ?

Carte postale MEDEF !

Le jeudi 16 avril, le détenteur du prix Nobel de médecine pour la découverte du VIH, éminent professeur de médecine en manque de son petit moment de gloriole comme bon nombre de ses collègues plus ou moins impliqués dans la lutte contre le Covid-19, a déclaré que le coronavirus SARS-CoV-2 serait un virus manipulé par les Chinois avec de l'ADN de VIH ! Au moins, il a démontré que passé un certain âge, on a tous besoin de prendre sa retraite et de partir s’aérer les neurones...

Dessin Les virus - planche A

Le samedi 18 avril, un élu de la république française a déclaré : «A quelques jours de la rentrée des classes (plus ou moins prévue le 11 mai) alors que chacun peut aller acheter des croquettes pour nourrir ses chiens ou chats (...), la France ne pourrait pas honorer ses morts (lors des commémorations du 8 mai) ? C’est ahurissant et inconcevable !»... Question : pour se rappeler de la barbarie nazie, a-t-on besoin qu’un vétéran de la seconde guerre mondiale se tienne au garde à vous devant un monument aux morts ? Car, arbitrairement, les morts sont dans un état non évolutif, contrairement aux vétérans dont leur état de santé risquait d’évoluer négativement si le coronavirus venait à passer par leurs narines... De même, l’état de nos animaux domestiques risquait aussi d’évoluer négativement si on ne les nourrissait pas !

Dessin Chat, maître du monde

Le dimanche 19 avril, la carte ci-dessous a été projetée lors de la conférence de presse du 1er ministre français (vue par près de 11,5 millions de téléspectateurs). Pour information, l’accès aux plages, même situées à moins d’un kilomètre de chez eux, était aussi interdit aux habitants des Saintes ou de la Désirade pendant le (premier) confinement, alors qu’aucun cas de Covid-19 n'avait été détecté sur ces deux îles coupées du reste de la Guadeloupe dès le début du confinement. Les autorités régionales n'auraient-ils pas pu avoir autorité sur de telles décisions nationales, mises en place par un pouvoir central ignorant des spécificités locales (et des cartes des DOM), pour les adapter en fonction de la situation ? Finalement, les plages des Saintes ou de la Désirade ont tout de même été rouvertes mi-mai mais, par exemple, bien après celles de Leucate dans l'Aude, parce que l'ARS n'avait pas pu faire rapidement les prélèvements d'eau nécessaires à cause du manque de moyen maritime pour se rendre sur ces îles...

Dessin Les DOM selon le 1er ministre...

Le jeudi 23 avril, le Dr Donald Trump a récidivé en prescrivant des injections de désinfectant et des UV pour combattre le Covid-19 ! «Je constate que le désinfectant élimine le virus en une minute, une minute. N'y aurait-il pas un moyen de faire quelque chose comme ça par injection à l'intérieur ou presque, comme un nettoyage ? Comme vous le voyez, il pénètre dans les poumons, il y fait énormément de choses, il serait donc intéressant de vérifier cela», dixit le Dr Trump. Il n’avait pas tort : la cause du décès des patients ainsi traités au désinfectant ne pourrait pas être imputée au coronavirus !

Dessin Les virus - planche B

Le samedi 2 mai, la nouvelle est tombée dans les journaux : cocorico, nous l’avons enfin notre cas de chat français contaminé par le SARS-CoV-2 !!! C’était insupportable, les Belges nous avaient damné le pion en trouvant un cas avant nous... Cependant, nous avons tout de même fini au pied du podium puisque devant nous, les Hong-Kongais, les New-Yorkais et les Belges occupaient les marches du podium. Sur ce coup, sincèrement, les médias en ont fait trop, même si le laboratoire vétérinaire français ayant fait cette découverte, était un peu responsable de cette surmédiatisation !

Dessin chat et Covid-19

Le lundi 4 mai, l'éminent climatologue/épidémiologiste/virologue/biologiste, le Dr Donald Trump, a ajouté une nouvelle corde à son arc : il est aussi historien ! Et il nous a alors réexpliqué l'Histoire en déclarant que «la grippe espagnole a tué entre 50 et 100 millions de personnes... Elle a probablement mis fin à la Première Guerre mondiale parce que les soldats tombaient malades». Heureusement, le 10 août, ce grand historien s'est corrigé, en affirmant que la comparaison la plus proche avec la crise sanitaire due au Covid-19, était celle de la grippe espagnole en 1917 et que «ça a probablement mis fin à la Seconde Guerre mondiale. Tous les soldats étaient malades. C'était une situation terrible»... Et d’après le Dr Trump, en 1915, les membres du KKK portaient-ils un masque pour lutter contre la grippe espagnole ?

Dessins Les virus - planche D

Le mardi 12 mai, le «monsieur Déconfinement» du gouvernement français (devenu ensuite 1er ministre) a préconisé d’interdire les déplacements en dehors du département de résidence, lors du week-end de l'Ascension, afin de limiter la circulation du virus entre des territoires où sa circulation était très différente. Ainsi, un trajet «Toulouse - Bagnères-de-Luchon» (Luchon, petite ville de Haute-Garonne où la circulation du virus devait être extrêmement plus faible qu’à Toulouse, densité de population oblige) aurait été autorisé alors qu’un trajet «Ax-les-Thermes - Bagnères-de-Luchon» (entre deux villes où la circulation du virus devait être équivalente, c’est-à-dire très faible) aurait été interdit... De plus, cette règle n'aurait pas empêché les Perpignanais d'aller acheter leurs clopes et bouteilles d'alcool dans les magasins catalans du village transfrontalier du Perthus (village des Pyrénées Orientales à cheval entre la France et la Catalogne), ni les Parisiens de s'asseoir en groupe sur les quais du canal Saint-Martin... Bien sûr, le virus savait quand il franchissait la limite d'un département pour devenir plus contagieux. Il était très intelligent ce virus...

Dessin Les virus - planche C

Le mercredi 13 mai, deux informations importantes sont parues dans la presse : 1- «le laboratoire français Sanofi servira les Etats-Unis en premier s'il trouve un vaccin contre le coronavirus, car le gouvernement américain a investi pour essayer de protéger leur population» et 2- «le gouvernement américain a dénoncé l'intervention de pirates informatiques liés à la Chine, qui s'attaquent à des instituts de recherche américains travaillant sur le nouveau coronavirus dans le but de dérober des informations». Les connaissances des virologues et biologistes sur le coronavirus n’auraient pas dû être partagées entre les laboratoires des différents états, pour permettre de trouver au plus vite un vaccin ou un traitement efficace ? Enfin, si s'assurer que les actionnaires du laboratoire qui trouvera en premier un vaccin ou un traitement efficace contre ce virus, pourront se faire des couilles en or, s'appelle protéger la population, on est mal parti...

Dessin Hackers informatiques

Le jeudi 21 mai, le centre européen de prévention et de contrôle des maladies, l’ECDC, a estimé d’une manière très assurée qu’une seconde vague de Covid-19 en Europe serait inévitable dans les semaines suivant le début du déconfinement car, d’après eux, «le virus était autour de nous, circulant beaucoup plus qu’en janvier et février» ! Mais alors, que faire de la découverte, dans les jours qui ont précédé la déclaration tonitruante de l’ECDC, de cas de Covid-19 datant de décembre, voire même de novembre 2019 ? Le virus se serait disséminé sournoisement pendant trois mois, avant de se diffuser de façon exponentielle à partir de la mi-février. Les scientifiques qui planchaient sur ce mystérieux comportement du SARS-CoV-2, évoquaient une grande part de hasard dans la propagation de la maladie... Je suppose alors que le modèle de simulation informatique de l'ECDC se résumait à «wave_month = rand(12);» ?

Dessin Simulation informatique

Le lundi 1er juin, en 6 heures, environ 2.000 véhicules provenant de France sont entrés en Andorre pour profiter de la réouverture de ce centre commercial hors taxe géant qu’est le Pas de la Case... Re-belotte le 6 juin, premier week-end après la suppression de la limite de déplacement des 100 kilomètres en France... De plus, les ventes de tabac avaient mystérieusement et fortement augmenté en Andorre entre 11 mai (date du début du déconfinement en France) et le 1er juin, date officielle de réouverture de la frontière andorrane avec la France... Etait-ce cela le nouveau monde d’après, où tous les Français allaient consommer local pour limiter les émissions de CO2 et où le personnel de santé serait mieux payé ? A titre informatif, l'achat de cigarettes à l'étranger (principauté d'Andorre comprise) provoque chaque année, la perte de 5 milliards de recettes fiscales, c'est-à-dire l'équivalent d'une prime annuelle de plus de 7.000 euros pour chacun des 700.000 infirmiers français...

Dessin Pas de la Case

Le samedi 6 juin, le gouvernement français a annoncé un nouveau protocole sanitaire pour l'arrivée des voyageurs dans les départements d'Outre-mer : les touristes devaient réaliser un test de dépistage du Covid-19, dans les 72 heures précédant le vol (c'est-à-dire par test nasal RT-PCR qui représente 20 % de faux négatifs, soit parce que le stade de la maladie n'est pas assez avancé pour que la présence du SARS-CoV-2 soit suffisante pour être détectée, soit parce que le prélèvement a été mal effectué), puis à leur arrivée à destination, les passagers devaient effectuer sept jours de quarantaine et un nouveau test de dépistage à l’issu de cette septaine. De plus, les voyageurs devaient remplir une déclaration sur l’honneur attestant qu’ils ne présentaient pas de symptôme d’infection (liste de symptômes tellement longue, que la moindre personne allergique se retrouvait derechef avec l'un de ces symptômes) et qu'ils n’avaient pas connaissance d’avoir été en contact avec un cas confirmé de Covid-19 dans les 14 jours précédant le vol (ou alors, à l'insu de leur plein gré...). «Si on garde ce modèle, nous n'aurons pas de touristes cet été en Outre-mer», a alors déploré la ministre des Outre-mer... Mais au fait, avec la saison cyclonique qui débute principalement en août, combien de touristes se rendent aux Antilles en été ?

Dessin leçon de géographie pour hauts fonctionnaires

Le lundi 8 juin, des scientifiques britanniques ont conclu avec assurance que «3,1 millions de vies ont été sauvées, dans 11 pays d’Europe (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, France, Italie, Norvège, Royaume-Uni qui a confiné tardivement, Suède qui a peu confiné et Suisse), grâce aux mesures de confinement destinées à endiguer la pandémie», alléluia ! Cependant, ce chiffre se basait bien évidemment sur une modélisation mathématique qui ne prenait évidemment pas en compte le taux réel de létalité alors inconnu, ou une potentielle immunité croisée qui aurait expliqué un faible taux de personnes contaminées à la fin mai. Alors, pourquoi avoir conjugué cette estimation à l’indicatif, plutôt qu'au conditionnel ?

Dessin Skynet

Le lundi 15 juin, nous avons appris que la fin du monde était prévue pour le 21 juin 2020 ! Un scientifique américain a révélé qu’il y avait eu une mauvaise interprétation du calendrier Maya. Cela serait dû à une divergence entre le calendrier grégorien et julien, et ainsi, 11 jours ont été perdus chaque année, ce qui fait que le 21 juin 2020 est en fait, le 21 décembre 2012 calculé à l’origine, CQFD ! C'est quand-même dingue les séquelles neurologiques du Covid-19 sur les scientifiques...

Dessin Fées

Le mardi 16 juin, un médecin épidémiologiste français a assuré qu’une deuxième vague était inévitable en France, soit ! Mieux, ce surfeur médiatique a aussi daté précisément cette vague pour la deuxième quinzaine d’août. Pour cela, ce numérologue s’est référé aux nouveaux cas de Covid-19 apparus les jours précédents dans la capitale chinoise (la situation à mi-juin y était sérieuse, mais mi-juillet, ce rebond était sous contrôle et on ne pouvait pas le qualifier de seconde vague), mais aussi, de manière encore plus surprenante, sur un incident en Nouvelle-Zélande où, après 3 semaines sans nouveaux cas, deux femmes récemment arrivées de Grande-Bretagne, avaient pu sortir prématurément de quarantaine le 13 juin, alors qu’elles présentaient de légers symptômes du Covid-19 (elles ont finalement été diagnostiquées comme porteuses du virus, mais elles n’avaient contaminé personne puisque le 9 août, cet archipel passait le cap des 100 jours sans nouveau cas domestique de Covid-19). Le dimanche 28 juin, cet épidémiologiste a continué d’enfoncer le clou en déclarant que «si on relâche la pression sur le virus, il va vouloir terminer son cycle de vie»... Satané SARS-CoV-2, quelle volonté d’enfer à vouloir ressembler à son grand-père de la grippe espagnole, le virus H1N1 qui avait déclenché une seconde vague meurtrière en 1918, en tuant des personnes plutôt jeunes, contrairement au SARS-CoV-2...

Dessin Papy H1N1

Le mercredi 17 juin, le Dr Donald Trump, parlant des chercheurs américains, a déclaré : «Ce sont les meilleurs, les plus intelligents, les plus brillants du monde. Ils ont mis au point le vaccin contre le Sida...». Certes, il s’est rendu compte de son erreur dans la foulée, mais l’erreur fut commise... Le samedi 20 juin, lors d’un meeting électorale à Tulsa, le Dr Trump a déclaré, sans expliciter s'il était sérieux (ou pas) : «Voilà le mauvais côté : quand on fait ce volume de dépistage, on trouve plus de gens, on trouve plus de cas (de Covid-19)... Alors j'ai dit à mon équipe, ralentissez le dépistage !». La Maison Blanche a indiqué qu’il plaisantait, mais le Dr Trump a clarifié sa position le mardi suivant : «Je ne plaisante pas !». Un peu plus de deux semaines après ce meeting, il y avait plus de 200 nouvelles contaminations au Covid-19 par jour dans la région de Tulsa... Le mercredi 24 juin, à Yuma (Arizona), alors qu’un très gros rebond de Covid-19 se faisait ressentir dans le sud des Etats-Unis, le Dr Trump a une nouvelle fois fait l'éloge de son mur : «C'est le mur le plus puissant qui soit au monde, il bénéficie d'une technologie incroyable». Il a insisté sur le fait que ce mur était infranchissable à moins de disposer «d'une échelle extraordinairement longue» et il a affirmé que son mur avait été aussi très efficace pour lutter contre la propagation du Covid-19 : «Il a arrêté le Covid, il a tout arrêté !».

Dessin Hibernatrump

Le lundi 6 juillet, un épidémiologiste français a déclaré que : «On voit que ce virus est en train de s'installer dans les pays où c'est habituellement la saison grippale, où il fait froid. Cela nous dit qu'à moyen terme, quand il recommencera à faire froid dans l'hémisphère nord, le virus reviendra (...) Ce qui se passe dans l'hémisphère sud est extrêmement inquiétant, une montée de l'épidémie très forte dans les pays qui sont aujourd'hui en période hivernale : l'Australie, Madagascar, l'Afrique du Sud». Question : en juillet, au tout début de l'hiver austral, quelle est la température moyenne à Johannesburg (Afrique du Sud) ou à Antananarivo (Madagascar) ? Autour des 15 °C (minimales dans les 10 °C, mais avec des maximales au-dessus des 25 °C) ! L'hiver dans ces contrées australes est doux, sec et ensoleillé. Les températures dans la journée y sont suffisamment hautes pour que l'on ne reste pas confiné à l'intérieur d'un bâtiment, à s'échanger les virus... Pour information, à Brest en juillet, la température moyenne est dans les 16 °C, et en Guyane, où la pandémie devenait catastrophique, il fait 30 °C en moyenne en juillet, mais avec 80 % d'humidité (et ce département entre alors dans la saison sèche, mais pas en hiver, n'en déplaise aux journalistes de BFMTV)...

Dessin La solution pour vous subventions

Le 6 juillet a aussi marqué le grand retour des membres du conseil scientifique français, chefs de services hospitaliers, épidémiologistes et autres virologues dans les médias pour nous annoncer l’arrivée certaine d'une seconde vague de Covid-19, à plus ou moins longue échéance. Ces scientifiques étaient certainement en manque de leur petit shoot médiatique, mais, pourquoi faire peur avec des prédictions sur une seconde vague ? Certes, alerter sur le fait que les Français respectaient de moins en moins les gestes barrières, était bien plus que nécessaire à l'approche des congés d'été et de la fête du 14 juillet, mais jouer avec la peur d’une seconde vague, n'était-ce pas hypocrite ? Par exemple, aucune mesure sérieuse n’avait été mise en place pour l'arrivée dans l'hexagone de personnes en provenance de zones à risque, comme Mayotte ou la Guyane où l'épidémie était loin d'être maîtrisée début juillet. Résultat, le 25 juin, dans les Landes, une famille de 5 personnes est arrivée de Guyane, sans le moindre test (juste une inutile prise de température dans les aéroports), avec le SARS-CoV-2 dans ses bagages (ou plutôt, dans les narines)...

Dessin affiche film Opération Tempête

Le vendredi 10 juillet, le président turc Recep Tayyip Erdoğan (ayant eu quelques attitudes belliqueuses depuis le début de l’année envers la Russie et l'Europe) a signé un décret rendant son statut de mosquée à l'ex-basilique Sainte-Sophie d'Istanbul, c’est-à-dire l’un des plus beaux monuments de l'histoire de l’Humanité et principal attrait touristique de la ville et du pays (pour rappel, cette ancienne basilique a été convertie en mosquée en 1453 après la prise de Constantinople par les Ottomans, avant d'être transformée en musée en 1934, par Mustafa Kemal Atatürk, premier président de la république turque, pour l'offrir à 'Humanité). Une telle décision qui engendre des restrictions de visites, voire de futures et potentielles interdictions, aura un impact sur le tourisme. Elle influera négativement sur l'économie turque, mais Erdoğan, en bon petit nationaliste, cherche d'abord à renforcer son électorat pour la prochaine élection présidentielle de 2023, suite à la défaite de son parti à Istanbul et Ankara lors des élections municipales de 2019.

Dessin Trump Erdoğan

Le mardi 14 juillet, des milliers de personnes se sont massés sur les quais de la Seine et sur l’esplanade des Invalides, en oubliant les gestes barrières, pour assister au feu d'artifice tiré depuis la tour Eiffel (il en allait du prestige de la France, enfin, celui de Paris, mais la France n'existe bien évidement que grâce à Paris). Les autorités avaient pourtant lancé des appels à regarder le feu d'artifice à la télévision. Pire, en tout début d'après-midi, le président de la république française venait d'annoncer que l'épidémie repartait un peu et qu'en conséquence, le port du masque allait devenir obligatoire dans les lieux clos accueillant du public, bien qu’une loi sur l'obligation du port du masque ne serait jamais effective dans la sphère privée, et qu’elle n'empêcherait donc personne de se faire la bise lors de retrouvailles familiales et de risquer de transmettre le virus (rappel important : ce n'est pas parce que l'on appartient à une même famille, qu'on ne peut pas être porteur sain). Bref, c’était d’abord une question de responsabilité personnelle mais, entre les demandeurs de tout un tas de restrictions de circulation dignes de l'occupation allemande lors de la seconde guerre mondiale, qui, d'après eux, allaient les sauver du coronavirus, et les néo-révolutionnaires épris de liberté, qui ne prenaient strictement aucune précaution, croyant même que le Covid-19 n'était qu'une vaste fumisterie, les Français étaient surtout désespérants ! Et ils le sont encore...

Dessin dictature

Le mardi 21 juillet, concernant la dégradation de la situation sanitaire en Catalogne, le maire de Perpignan a appelé l'état français à «prendre des dispositions, comme d'autres pays l'ont fait», avec des «mesures de contrôle à la frontière» et «pourquoi pas, des prises de température» ! Encore une fois, le meilleur moyen d'éviter la transmission du Covid-19 est de maintenir une distance sanitaire de quelques mètres entre les individus, même si les individus, potentiellement porteurs sains, n’ont pas de température. Si une grande partie de la population ne comprend pas que quand on pioche dans le même bol de cacahouètes que ses potes d'apéro, la distance sanitaire n'est pas respectée, c’est un autre problème ! Donc, c’est quoi cette hystérie collective concernant les frontières européennes ? Cela dit, afin de rétablir l'équilibre entre chaque côté de l'échiquier politique, un député de l’autre bord a sorti le même jour, que «Concernant le port du masque (...), il y a aujourd’hui des surstocks, donc on nous oblige à les porter !»... Ca sentait la théorie du complot à plein nez, du genre «on laisse les gens se regrouper, se mélanger pour qu'ils se transmettent bien le virus et hop, 15 jours plus tard, on leur vend des masques pour taxer un peu plus le bon peuple français». Bref, tout ça n’était que du délire obsessionnel médiatique !

Dessin interview Maury-Arty !

Le mercredi 29 juillet, Le Dr Trump a retwitté la vidéo d’une médecin (qui possède, même si c’est difficile à croire, un vrai diplôme de médecine) qui croit aux humains «reptiliens»... D’après cette femme, des «esprits de souffrance» auraient ainsi des relations sexuelles «astrales» avec des femmes, ce qui cause «des problèmes gynécologiques, des problèmes conjugaux et des fausses couches»... Elle croit aussi que les dirigeants des États-Unis sont des «esprits reptiliens», «mi-humains, mi-extra-terrestres» et elle dénonce l’usage d’ADN extra-terrestre en médecine, causant des mélanges entre humains et démons... Mauvaise pioche Donald, ce n’est pas ainsi que tu vas te faire aimer ! La veille, il avait déclaré en parlant de l'immunologue Anthony Fauci et des autres scientifiques de la cellule de crise de la Maison Blanche : «ils sont très respectés, mais personne ne m'aime, cela doit être ma personnalité...».

Dessin Trumposaurus stultus

Le vendredi 31 juillet, Elon Musk a affolé la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par des aliens et que Ramsès II en était probablement un... A priori, ces tweets ont permis au fondateur de SpaceX de s’amuser des réactions des internautes mais ne sait-on jamais, comme il côtoie le Dr Trump : Elon, les p’tits martiens n’ont pas encore reçu ton roadster, et malheureusement pour toi, ils vont bien en rire car ils utilisent une porte des étoiles pour voyager... Le Dr Daniel Jackson pourra te le confirmer !

Dessin Trump est-il un alien ?

Le mardi 4 août, un nouveau rapport du conseil scientifique a été rendu public. Dans les faits, rien de bien nouveau sous le soleil estival, mais ce rapport ressemblait à un devoir de vacances bâclé : le mot «hautement» avait juste été rajouté devant le mot «probable» pour la prédiction d’une seconde vague en automne ou en hiver ! Mais alors, que faire de l’alerte de l’OMS sur la non-saisonnalité du coronavirus ? L’OMS niait le fait qu’une seconde vague pourrait arriver avec le changement de saison car, d’après cette organisation, le virus était bien présent à l’année, quelles que soient les conditions climatiques... Inutile de rappeler que les grands pontes de la médecine n’étaient pas d’accord entre eux : par exemple, certains voulaient laisser les jeunes se contaminer entre eux alors que d’autres réfutaient cette théorie, parfois d’un simple «c’est pas possible !» sans la moindre explication, ou parfois étayé d’une démonstration plus sérieuse... Cette cacophonie médicale se ressentait aussi dans les décisions gouvernementales et/ou préfectorales : les obligations du port du masque (grand public) en extérieur apparaissaient comme les hirondelles au printemps, mais le même jour (le 4 août), la ministre de la culture annonçait la levée de la restriction des rassemblements de plus de 5.000 personnes à partir du 15 août... La question se posait donc : une sono déversant une multitude de décibels pouvait-elle éloigner le SARS-CoV-2 ?

Dessin le SARS-CoV-2 et la musique

Le jeudi 13 août, l’administration américaine a satisfait à une demande du Dr Trump, pour lui permettre de conserver ses beaux cheveux !!! Vous ne rêvez pas, suite aux déclarations du Dr Trump de janvier dernier, «J’ai ces beaux cheveux, il me faut beaucoup d’eau (pour les laver)», et celles de juillet, «Mes cheveux, je ne sais pas vous, mais les miens doivent être parfaits (après la douche)», l'administration américaine a bel et bien assoupli une règle visant à préserver les ressources en eau douce (en imposant la présence de limiteurs de débit dans les douches). Je ne sais pas ce qui me surprend le plus, le fait que le Dr Trump ait réussi, encore une fois, à modifier une règle visant à préserver l'environnement (sincèrement, lors de mon dernier voyage aux USA en 2016, je n'ai pas trouvé que le débit et la pression des douches étaient trop faibles), ou son admiration narcissique pour l'effroyable moumoute orange qu'il arbore sur le haut du crâne (chevelure pour laquelle Donald a déduit 70.000 dollars de son revenu imposable, en frais de coiffeur, lorsqu'il présentait son émission de télé-réalité) ? En tous cas, on ne peut pas dire qu'il manque de toupet !

Dessin le toupet de Trump

Le vendredi 14 août, un chef de service d'un grand hôpital parisien a déclaré que «Si, collectivement, nous ne sommes pas plus vigilants face au virus, je crains un feu d'artifice, aux alentours du 15-20 septembre» ! Quelle précision temporelle remarquable pour cette nième prédiction... Pour ce devin, cette période se trouvait «à cheval entre la fin des vacances et le retour au travail, ce qui coïncide avec le temps d'incubation de la maladie». J'ai tout de même du mal à comprendre comment la semaine n° 38 puisse être à cheval entre deux événements (le retour des vacances et la reprise du travail) qui se sont déroulés de manière contiguë, 15 jours auparavant ? Puis, la question se pose : les Français ne seraient-ils donc que des aoûtiens qui prennent leurs vacances entre le 15 août et la rentrée scolaire ? Je sais, je joue un peu au con car cette prédiction, pour la moins confuse, n’était destinée qu’à faire peur aux Français pour qu’ils se ressaisissent, mais si ce Nostradamus du coronavirus avait parié sur la première quinzaine d'octobre, c'est à dire 2 semaines après la rentrée universitaire, il aurait gagné le gros lot !

Dessin Loto du Covid-19

Le samedi 15 août, une «rave party» a été organisée au pied du Sacré-Cœur à Paris, où de nombreux teufeurs ont été observés sans masque, collés les uns contre les autres ! Le problème est que ce n’était pas une «rave party» mais la procession de l'Assomption et que ses participants étaient (statistiquement) bien plus âgés que les teufeurs de la «rave party» qui s'était tenue quelques jours auparavant en Lozère... La question se pose donc : qui étaient les plus insouciants, les abrutis de Lozère ou les neuneus du Sacré-Cœur ? D’ailleurs, en parlant de neuneus, cela fait penser que le même jour, le haut conseil français de la santé publique (HCSP) demandait le port systématique du masque (antiprojection) en espace clos, même lors de réunions de famille ou de fêtes entre amis (événements qui étaient à l'origine, durant la période estivale, de plus de 60 % des clusters en France) ! Certes, une bonne partie des convives ne respectaient pas les gestes barrières lors de ces réunions de famille ou d'apéritifs entre amis, ils s’embrassaient, se faisaient la bise ou se servaient dans le même plat de chips, sans se laver les mains, mais comment pouvait-on croire un instant qu’ils allaient porter un masque lors de ces repas ou apéritifs ? Les membres de la secte HCSP y croyaient pourtant, tout comme les neuneus du Sacré-Cœur croyaient que leur dieu allait les sauver du SARS-CoV-2... Bref, autant croire au Père Noël !

Dessin Père Noël et HCSP

Le lundi 17 août, une pétition en ligne demandant de rendre la septaine et le dépistage Covid-19 à J+7 obligatoires pour tous les voyageurs (européens) se rendant sur l'île de la Réunion, avait recueilli plus de 6.000 signatures en quelques jours ! Inutile de préciser que cette mesure tuerait le tourisme sur l'île où, en 2018, 432 millions d’euros de recettes avaient été générés par ce secteur prépondérant dans l’économie réunionnaise. Mais, au fait, les infirmières ou les médecins travaillent-ils bénévolement ? Et les médicaments administrés aux malades du Covid-19, sont-ils gratuits ? Certains doivent penser que oui car ils ne déboursent pas un centime pour leurs soins... Pire, certains internautes réunionnais se sont offusqués quand le ministre des Outre-mer a appelé à la responsabilité individuelle de chacun : «Si nous avons de nouveaux cas, c'est parce qu'il y a eu relâchement !». Certes, par manque de chance, l'oncle Rodrigue vivant à Marseille, qui avait bien été testé négatif avant l'embarquement de son vol pour St Denis, est arrivé à la Réunion avec le SARS-CoV-2 dans les narines, mais si 25 cas de Covid-19 se sont ensuite déclarés, c'est bien parce que toute la famille avait embrassé tonton Rodrigue lors du pique-nique dominical ! Les Réunionnais ont été les premiers à dégainer une pétition, mais ce discours anti-tourisme était partagé par bon nombre de Français résidant dans une région touristique...

Dessin requin

Le mardi 18 août, le nom de Kim Jong Un est réapparu dans les titres des journaux occidentaux car ce dictateur avait décrété en juillet dernier l'interdiction de posséder un chien comme animal de compagnie, symbole de décadence du capitalisme. Ainsi, les autorités nord-coréennes pouvaient confisquer de force les chiens pour les abattre et revendre leur viande dans les restaurants... Le Dr Trump aurait pu au moins aider son grand ami dictateur en lui envoyant de la viande d'ours polaires ! En effet, l'administration Trump venait d'autoriser le même jour, des forages pétroliers et gaziers dans la plus grande zone naturelle protégée des Etats-Unis, en Alaska, où vivent (ou vivaient) des ours polaires. Donc, au lieu d'attendre que ces animaux meurent d'une manière ou d'une autre, du fait de la dégradation de leur environnement naturel, l'administration américaine aurait mieux fait de les abattre rapidement pour nourrir les Nord-Coréens, ou du moins, l'élite nord-coréenne !

Dessin dîner Trump - Kim

Le 19 août, le maire de Toulouse et le préfet de Haute-Garonne ont décrété pour un mois, l'obligation du masque (antiprojection) en extérieur dans toute la ville de Toulouse, sans exception, pour toute personnes ne se déplaçant pas dans un véhicule (privé) dont l’habitacle est fermé ! Ou exprimé autrement, que l'on soit seul sur son vélo, en train de pédaler à vive allure sur un chemin désert de la coulée verte du Touch, ou que l'on soit en train de beugler en meute dans l'un des bars bondés de la place St Pierre, le châtiment était le même : 135 euros d’amende si on ne portait pas de masque, au détail près que l'alcoolique avait le droit d'enlever son masque pour siroter son breuvage ! «Il fallait une décision simple et intelligible» a déclaré le maire de la ville... Ca ne serait pas plutôt «simpliste et incompréhensible» ? Ce premier magistrat toulousain a aussi déclaré qu'il préférait anticiper la rentrée : «A Toulouse, il y a 115.000 étudiants. Il fallait que l'on prenne de nouvelles habitudes pour se protéger et protéger les autres !». Sans aucun doute, avant la rentrée universitaire, les étudiants allaient apprendre les bonnes manières prônées par le maire de Toulouse sur leurs lieux de villégiature estivale... Le pire était que l'obligation du port du masque en extérieur semblait bien peu efficace car cette mesure était en vigueur en Catalogne depuis le 9 juillet et plus d'un mois après, le nombre de nouveaux cas dans cette province ne cessait d'augmenter...

Dessin Aboud Dhidé, ministre de la santé

Le jeudi 20 août, le maire de Nice et le préfet des Alpes-Maritimes ont annoncé l’extension de l'obligation du port du masque en extérieur, à toute la ville de Nice ! «Le plus simple, c'est qu'il soit obligatoire de partout !» a déclaré le maire de la ville (le même qui avait autorisé un concert sur la promenade des Anglais, le samedi 11 juillet, concert pendant lequel les gestes barrières n'avaient pas été respectés) et «le lieu prévaut sur le mode de déplacement, que vous soyez piéton, à vélo (...) ou en voiture» a précisé le cabinet du préfet. Mais, c'est évident ! Le SARS-CoV-2 a découvert l'hyperpropulsion pour être capable de rentrer dans les habitacles (fermés) des voitures en moins de 10 microsecondes !!! Je cherche une explication car, en aucun cas, je n'oserai imaginer que le maire de Nice (testé positif au Covid-19 en mars dernier) et son acolyte aient abusé de l'hydroxychloroquine... Cela dit, si cette dernière hypothèse s'avérait exacte, cela permettrait de prouver que ce traitement provoque de graves séquelles neurologiques ! Mais, tant que j'y pense, les Wookies aux commandes d'un cargo corellien de type YT-1300, doivaient-ils aussi porter un masque à Nice ?

Dessin wookiee et le masque ?

Le jeudi 20 août, sur une plage de Sainte-Marie-la-Mer (Pyrénées-Orientales), ce n'est pas la bouche et le nez que deux gendarmes ont demandé à plusieurs femmes de masquer, mais les seins ! Elles bronzaient seins nus comme les autorise la loi française en l'absence d'arrêté municipal contredisant cette dernière, mais elles ont tout de même été priés de remettre leurs hauts de maillot de bain. D'après la mairie de Sainte-Marie-la-Mer, les deux gendarmes rhabilleurs avaient été alertés par une famille dont les enfants étaient choqués par la vue de seins nus sur la plage. Les militaires auraient dû rejeter la demande des parents mais les deux pandores pudibonds ont préféré prohiber ce qui n'est pas interdit ! Et dire que dans quelques années, ces pauv' p'tits n’enfants pourront, grâce à des vidéos très explicites trouvées facilement sur internet, se renseigner sur l'art et la manière de s'échanger le SARS-CoV-2 au Cap d'Agde... Mais en attendant, circulez, il n'y a rien à voir !

Dessin pandore pudibon

Le dimanche 23 août, l’ARS a alerté sur la circulation très préoccupante du Covid-19 dans le village naturiste (ou plutôt libertin, car certaines pratiques de ce village n'ont rien à voir avec le naturisme) du Cap d'Agde. Plusieurs bars et lieux festifs de la zone ont été fermés et le port du masque est devenu obligatoire à l'intérieur du village et sur les plages naturistes... Comment croire que le port du masque sur ces plages permettrait de limiter (efficacement) la propagation du virus, alors que certains «acrobates» y réalisent, avec divers et multiples partenaires, des figures très rapprochées, c'est-à-dire sans le moindre centimètre de distanciation sanitaire ? Comment ces mesures empêcheraient-elles les libertins de se retrouver dans leurs appartements et de s'échanger (entre autres) le SARS-CoV-2 ? Et pour le traçage des cas contact ? Les libertins, testés positifs dans leurs (petites) communes de résidence après leur retour du Cap d'Agde, n’allaient-ils pas nier s’être rendu dans ce village, en prétextant avoir plutôt randonné dans le massif du Néouvielle ? Le SARS-CoV-2 équipé de propulseurs ioniques seraient alors venus se nicher dans leurs narines à l'insu de leur plein gré et les autorités sanitaires en auraient conclu qu'il fallait porter un masque sur les sentiers de randonnée en montagne...

Dessin application Stop Covid Cap d

Le samedi 5 septembre, alors que le port du masque était obligatoire partout en extérieur dans Toulouse depuis le 21 août, un banquet de 1.200 personnes (organisé en 4 services) s'est déroulé sur la place du capitole. Inutile de préciser que pendant ce banquet, les convives ne portaient bien évidemment pas de masque pour ripailler. Le maire de Toulouse risquait-il alors d'être inculpé pour exercice illégal de la médecine ? Et oui, ce banquet ressemblait bien à un essai thérapeutique pour tester le cassoulet comme traitement contre le Covid-19... Cette étude était-elle randomisée (encore un mot franglais horrible) et contrôlée par placebo en double aveugle, la moitié des convives buvant du Gaillac et l'autre du Fronton ? Mais stoppons net toute polémique avant que cela ne dégénère : on trouve de très bons vins dans le frontonnais !

Dessin Le cassoulet, rémède au Covid-19 ?

Le mardi 8 septembre, l'IHME, institut financé par la fondation Gates, a déclaré qu'il devrait avoir un total de 73.743 décès en France à cause du coronavirus au 1er janvier 2021 et 1.363 morts sur la seule journée du 11 décembre (2020) ! Que des chiffres extrêmement précis (précision stupidement reprise par les médias), pour cette prédiction ubuesque issue d'un nième modèle informatique... Mais au fait, qui dit Bill Gates et informatique, dit bien évidemment Microsoft, non ? C'était donc certainement un problème de formule de calcul Excel ou d'affichage sous Powerpoint car d'autres modèles prédisaient un pic en octobre ou en novembre, de quoi nous donner des migraines, de passer des nuits blanches et de faire des «nervous breakdown» !

Dessin Les toubibs flingueurs !

Le dimanche 13 septembre, un collectif de médecins a signé une tribune intitulée «Sifflons la fin de la récré !». A cette occasion, ces médecins avaient déclaré que «Vous avez bien plus de chance d’attraper le Covid-19 dans ces réunions de famille ou d’amis qu’en allant chercher votre pain chez le boulanger.», ou encore que «Vous ne trouverez aucun spécialiste en épidémiologie (...) pour justifier d’un point de vue scientifique l’obligation du port du masque en extérieur. C’est une décision politique qui peut être défendue en tant que telle. Il a notamment été dit qu’il était plus simple de l’imposer partout. Mais dans la rue, tant que vous n’êtes pas statique et que vous ne faites que croiser des gens, le risque d’être contaminé au Covid-19 est infime»... Que dire alors des maires et préfets qui ont imposé le port masque généralisé en extérieur, sans restreindre les beuveries démasquées dans les bars bondés ? Ils me font penser à l'un des 7 nains de Blanche Neige, et ce n'est pas Prof !

Dessin Votez Simplet !

Le lundi 14 septembre, le Dr Trump a fait part de sa théorie fumeuse pour expliquer l'origine des grands incendies qui ravageait la Californie : «Quand des arbres tombent, après un peu de temps, 18 mois, ils deviennent très secs. Ils deviennent vraiment comme une allumette (...) Il n’y a plus d’eau qui passe, et ils deviennent très, très ... (silence conséquent) Ils explosent, Ils peuvent exploser !». Donald croit certainement que le «Seigneur des Anneaux» est un documentaire sur la vie de la forêt et que les Ents existent...

Dessin Trump et les feux de forêts !

Le vendredi 18 septembre, alors que le taux d'incidence du Covid-19 à Toulouse était de passé de 64,2 à 225,7 cas pour 100.000 habitants en l'espace d'un mois et ce, malgré l'obligation du port généralisé du masque en extérieur dans toute la commune, le préfet de Haute-Garonne a pourtant reconduit cette obligation qui ne semblait guère efficace, et annoncé de nouvelles mesure(tte)s pour tenter d'enrayer l’épidémie de coronavirus, indiquant que si la situation s’aggravait, d'autres mesures seraient prises et ce, dès le début de semaine suivante ! Et en effet, dès le lundi suivant, donc trois jours et un quart de finale de coupe d’Europe de rugby plus tard, alors que le taux d'incidence n'avait certainement pas pu être réévalué correctement durant le week-end, le préfet a annoncé de nouvelles mesures : fermeture des bars à 1 heure du matin et interdiction des rassemblements de plus de 1.000 personnes. A Toulouse, ville de rugby, on a quand-même eu beaucoup de chance avec ce coronavirus : il a attendu que le Stade Toulousain gagne son match (brillamment) contre l'Ulster, avant de repasser à l'attaque !

Dessin Le ballon ovale, retardateur avéré de Covid-19 !

Le mercredi 23 septembre, des chercheurs ont annoncé avoir mis au point un modèle utilisant la physique des particules (protons, électrons, neutrons...), pour prévoir la vitesse de propagation du Covid-19. D'après ces chercheurs, l’avantage de ce modèle résidait dans sa simplicité par rapport aux modèles mathématiques utilisés en épidémiologie : «Il y a bien moins de paramètres à intégrer dans l’équation pour effectuer les simulations (...) Pas la peine de prendre en compte des facteurs comme la distanciation sociale, le nombre moyen de personnes par foyer ou d’autres critères qui peuvent se retrouver dans certains modèles (...) Plus on intègre de paramètres, plus il y a de variations possibles dans chaque territoire, ce qui rend difficile les modélisations à grande échelle». Il y a quand-même un truc curieux : deux électrons, chargés négativement, se repoussent mais deux étudiants, chargés alcooliquement, ont plutôt tendance à s'attirer dans les bars ! Comment ce modèle pouvait-il fonctionner ?

Dessin Physique des particules !

Le samedi 26 septembre, deux économistes, prix Nobel d’économie, se sont pris pour des épidémiologistes en déclarant qu’«il fallait décréter un confinement du 1er au 20 décembre pour éviter une recrudescence catastrophique du Covid-19 chez les personnes âgées après Noël». Certes, cette prédiction était logique, contrairement aux nombreuses prophéties des accros aux modèles informatiques, mais cela signifiait vouloir enfermer tout le monde pendant trois semaines pour permettre à de nombreuses personnes d’honorer l’hérésie consumériste que représente Noël, au détriment des personnes qui ne voient dans cette fête qu’une frénésie mercantile... Quoi qu’il en soit, un confinement lors les réveillons de Noël et du Nouvel An, débutant le 21 décembre, aurait été une bien meilleure solution pour limiter les transmissions au sein des familles (et ça aurait fait un vrai électrochoc), mais aussi pour éviter que les mogwais mangent après minuit !

Dessin Gremlins !

Le vendredi 2 octobre, le CNRS a présenté une étude expliquant que «les flux d'airs générés en parlant ont une direction et une portée dépendante des sonorités produites. (...) Ainsi, l'accumulation de consonances plosives, comme le P de papa, produit un flux d'air conique pouvant aller jusqu'à 2 mètres en 30 secondes. Ces résultats soulignent également que le temps d'exposition lors d'une conversation influence tout autant le risque de contamination (au Covid-19) que la distance (...) Des filaments salivaires se forment, sur les lèvres pour les consonnes P et B par exemple (mais aussi le D, le K ou le T...), puis sont étirés, affinés et fragmentés sous forme de gouttelettes...». Je .om.rends le .ro.lème, je .om.rends... .u.ains .e .ordel, vous ne .ourrez .as .ire ..e je ne fais .as .out .our .lo..er la .ro.a.ation du .ovid-19 ! A.rès l’é.ri.ure in.lusive, voici l’é.ri.ure .ovi.ienne !

Dessin le SARS-CoV-2 et la musique (bis)

Le dimanche 11 octobre, alors que d'autres grandes métropoles comme Lyon venaient de passer le samedi précédent en zone d'alerte maximale face à l'épidémie de Covid19 et que Toulouse était resté miraculeusement en zone d'alerte renforcée, le préfet de Haute-Garonne a finalement annoncé que la ville rose allait passer en zone d'alerte maximale car le taux d'incidence global venait de dépasser, durant le week-end, le seuil fatidique de 250 cas par 100.000 habitants (les deux autres seuils retenus pour ce classement étant déjà dépassés depuis la semaine précédente). Mais que suis-je sot, voire même complétement con, moi qui croyait que les grands creux observables le lundi sur la courbe des nouveaux cas de Covid-19, étaient dû à la fermeture dominicale des laboratoires d'analyse médicale... C'était tout simplement le SARS-CoV-2 qui avait eu peur du 1er ministre et qui, en conséquence, avait retardé son offensive sur Toulouse, comme lors du match de rugby 3 semaines auparavant, pour permettre aux ministres de venir sereinement en visite officielle à Toulouse le vendredi précédent !

Dessin le SARS-CoV-2 et le repos dominical !

Le dimanche 11 octobre (bis), suite au classement de Toulouse en zone d'alerte maximale par le préfet de Haute-Garonne, monsieur le maire de la ville rose a fait savoir son mécontentement quant à la fermeture des bars, jugeant cette mesure inefficace ! C'est vrai que ce premier magistrat toulousain s'y connaissait en mesure inefficace, comme celle du port généralisé du masque en extérieur dans toute la commune, port bien évidemment facultatif lors de l'ingestion d'un quelconque liquide dans un bar bondé... Alors, fallait-il plutôt demander à ces établissements d'arrêter de vendre de la bière ou du vin, breuvages insuffisamment dosés en alcool, donc sans effet sur le SARS-CoV-2, pour n'autoriser que la vente d'alcools non dilués, titrant plus de 60 ° ? Le problème est que d'un point de vue sanitaire, ces alcools peuvent se révéler plus mortels que le Covid-19...

Dessin James Bond !

Le mercredi 14 octobre, le président de la république française a annoncé la mise en place pour au moins 4 semaines, d'un couvre-feu entre 21 heures et 6 heures du matin pour l'Ile de France et 8 grandes métropoles dont Toulouse qui venait de passer en zone d'alerte maximale le lundi précédent, alors que l'impact des mesures associées à ce classement n'avait pas pu être évalué, en particulier, le potentiel bénéfice du premier jeudi soir sans beuverie sur la place St Pierre. Pour la ville rose, ce couvre-feu ressemblait fort à une calembredaine, voire une carabistouille !

Dessin Halloween 2020 et citrouilles !

Le mardi 20 octobre, alors que depuis le 14 mars, en raison de la pandémie de Covid-19, les autorités américaines avaient pratiquement interdit l’entrée sur leur territoire aux résidents français et que bon nombre de passagers à destination des départements d'Outre-mer ne pouvaient pas embarquer à cause des longs délais d'obtention des résultats des tests RT-PCR pour le dépistage du SARS-CoV-2, le ministre des transports français a déclaré que «Les tests antigéniques (rapides) seront mis à la disposition des voyageurs (...) dans un centre de dépistage à l’aéroport Charles de Gaulle d’ici à la fin du mois (...) Dans un premier temps, ce sera réservé aux départs vers les États-Unis, l’Italie et les Outre-mer», excluant de ce fait, l'ouverture d'un centre à Orly d'où partaient exclusivement les vols à destination des DOM... En résumé : l'accès aux tests antigéniques était facilité pour les passagers ne pouvant se rendre aux Etats-Unis, alors que les passagers qui pouvaient se rendre dans les DOM, ne pouvaient pas avoir accès à ces tests dans l'aéroport où ils embarquaient ! Cela dit, 10 jours plus tard, la situation est devenue encore plus kafkaïenne avec le reconfinement : il était interdit de rejoindre un aéroport sans motif impérieux mais si on arrivait à déjouer les pandores et franchir les portes de l'aérogare d'Orly, il était possible d'embarquer dans un avion à destination de la Guadeloupe, pour ses vacances, à condition bien évidement de présenter à l'embarquement un résultat de test de dépistage négatif !

Dessin le château !

Le jeudi 22 octobre, lors de sa conférence de presse pour annoncer l'extension du couvre-feu à de nouveaux départements ainsi qu'à la Polynésie Française, le premier ministre a présenté la diapositive ci-dessous. Même pas besoin de faire un dessin pseudo-humoristique pour illustrer cette brève, les hauts-fonctionnaires de l'état français s'en sont chargés... On en revient donc au 19 avril, lorsque le premier ministre de l'époque avait présenté les cartes des DOM à l'envers ! Allez, courage messieurs des ministères, c'est difficile mais il ne manque plus qu'une rotation de 90 ° (dans le bon sens, c'est loin d'être gagné d'avance) pour la 3ième vague et les cartes seront enfin correctes... Blague à part, je ne sais pas ce qui me chagrine le plus dans ces erreurs cartographiques : l'incompétence de hauts fonctionnaires dotés d'un égo surdimensionné qui leur fait penser qu'ils ont la science infuse (y compris la géographie sans avoir ouvert un atlas ou consulté un site internet bourré de cartes des DOM comme https://www.amvdd.fr), ou le fait que c'était peut-être une blague qui aurait été très malvenue lors de l'annonce à de nombreux restaurateurs de la fermeture de leurs établissements à partir de 21 heures...

DOM penchés !

Le jeudi 29 octobre 2020, c'était reparti pour un tour ! Alors que la France allait juste re-rentrer en confinement le soir-même à minuit, les chefs de services hospitaliers, infectiologues et autres épidémiologistes se sont relancés derechef dans les prédictions de la 3ième vague. Et c'était au chef du service des maladies infectieuses et tropicales d'un grand hôpital parisien (auteur d'un livre paru le 13 octobre, mais aussi défenseur de la thèse de laisser les jeunes s'infecter entre eux début août), fanfaronnant sur le fait qu'il avait prédit la seconde (à l'automne ou au début de l'hiver, il ne risquait pas trop de se tromper), d'ouvrir le bal : «Oui, il faut s’attendre à une troisième vague au printemps prochain, il y en aura jusqu’à ce qu’il y ait ce qu’on appelle une immunité de troupeau, c’est-à-dire 60 à 70% de la population» (laissant au passage peu d'espoir dans un vaccin) ! Le troupeau s'en doutait bien (forcément, en confinant, donc en bloquant la diffusion du virus, on conserve un cheptel de futurs patients pour la vague suivante), mais cette prédiction (évasive) de ce Nostradamus du coronavirus ressemblait fort à la mise à mort de notre moral (le président de la république française ayant planté les banderilles la veille). Il fallait s'habituer à l'étable, à oublier l'herbe fraîche dans la nature... A ce rythme, l'encéphalopathie spongiforme bovine nous guettait... Meuhhhhhhhh !!!

Dessins la vache, on est prisonnier !

Le dimanche 1er novembre, 3ième jour du reconfinement, le ministre de l'intérieur a été vu en train de faire son jogging le long du canal de Roubaix, lieu est situé à plus d’un kilomètre de son domicile à Tourcoing (qui devait être sa résidence secondaire, car son appartement de fonction situé place Beauvau à Paris, devait logiquement être sa résidence principale). Le ministère invoquait des questions de sécurité, mais dans ce cas, un tapis de course, entre 4 murs, aurait été un lieu encore plus sécuritaire, non ? Les ministres n'avaient-ils pas prêché l'adaptation pour faire de l'exercice physique en ces temps troublés, pour raisonner des millions de français qui n'ont pas de forêt ou de cours d'eau à moins d'un kilomètre de chez eux, et qui n'avaient donc pas le droit de s'octroyer une petite balade dans un espace naturel qui leur aurait fait pourtant du bien au moral ? Le plus drôle, c’est que le 10 novembre, le ministre-jogger rédigeait une note pour demander aux préfets un renforcement des contrôles : «il faut désormais que chaque Français prenne conscience de la nécessité de respecter strictement les règles de confinement» ! Espérons tout de même pour le bien-être du ministre, que les riverains du canal ne préparaient pas de coucous, de colombo ou de nems, l'odeur de ces plats que l'on pourrait qualifier de communautaires, aurait pu irriter les cellules olfactives de ce cher ministre...

Dessin plats interdits !

Le mercredi 4 novembre, alors que les résultats de l'élection présidentiel aux USA étaient en attente, la conseillère spirituelle de la Maison-Blanche, une pasteure multimillionaire de 54 ans, a scandé lors d'une séance de prière sur les réseaux sociaux : «J'entends le son de la victoire. Le Seigneur dit que c'est fait. Car j'entends : victoire, victoire, victoire !», en annonçant l'arrivée d'anges envoyés d'Afrique et d'Amérique du Sud... Ces êtres ailés ont dû être bloqués par le mur du Dr Trump, ce fameux mur extraordinairement haut qu'on ne peut pas passer au dessus avec une échelle... On peut donc en conclure que l'altitude de croisière des anges est très basse... En tous cas, les délires de cette conseillère ne volaient pas très haut non plus !

Dessin ange sud-américain !

Le dimanche 15 novembre, des catholiques se sont réunis par centaines devant des églises du pays pour réclamer le retour des messes en public. «Recevoir l’eucharistie est un besoin essentiel pour un catholique, c’est la présence réelle du Christ, il ne peut s’en passer» ou «nous priver de l’eucharistie, c’est comme nous priver de nourriture» ont déclaré à la presse certains de ces manifestants... Justement, en parlant de privation de nourriture, des petits libraires, des coiffeurs ou des restaurateurs (le comble) risquaient réellement de devoir sauter des repas à cause du confinement qui leur privait de revenus, mais des neuneus voulaient se rassembler, et donc s'exposer au virus avec le risque d'engorger les hôpitaux et donc de prolonger le confinement, juste pour ingurgiter une pastille de farine agglomérée ! Franchement ? Ils auraient mieux fait de se convertir au pastafarisme et demander la réouverture des restaurants italiens pour pouvoir exercer leur culte devant une assiette de spaghetti !

Dessin pastafarien !

Le mardi 24 novembre, le président de la commission médicale d’établissement de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) a déclaré : «On coupe la bûche de Noël en deux et papy et mamie mangent dans la cuisine (avec les domestiques ?) et nous dans la salle à manger». Bien que je comprenne le but de cette déclaration choc (que les Français fassent très attention lors des fêtes de fin d'année), je ne sais pas ce qui me sidère le plus : la froideur de ce professeur de médecine, sûrement grand praticien mais piètre psychologue, ou sa naïveté de croire que les Français allaient majoritairement porter un masque dans leurs maisons lors de ces fêtes (d'où l'interêt d'envoyer les grands-parents s'isoler en cuisine quand le reste de la famille ne porte pas de masque lors du repas) ? Dommage qu'on ne trouve pas de combinaison NBC en pharmacie, ça aurait pu être une belle idée de cadeau de Noël pour papy-mamie et avec quelques ajustements, ils auraient pu manger la bûche avec tout le monde...

Dessin la bûche de Noël 2020 !

Le jeudi 26 novembre, le premier ministre a déclaré «Bien entendu, il sera loisible à chacun (...) de se rendre dans ces stations pour profiter de l'air pur de nos belles montagnes, des commerces - hors bars et restaurants - qui seront ouverts. Simplement, toutes les remontées mécaniques et les équipements collectifs seront fermés au public». Les loueurs de ski auraient dû être contents, ils allaient pouvoir ouvrir leurs magasins pour Noël... Non ? Bin, pourquoi ?

Dessin les solutions de Castex !

Le mardi 1er décembre, alors que le nombre de nouveaux cas de Covid-19 s’orientait vers une stagnation depuis plusieurs jours déjà, à cause, logiquement, de contaminations survenues bien avant l'allégement du confinement, une biostatisticienne française à la retraite nous a sorti du chapeau sa nième prophétie (ce n'était qu'une de ses nombreuses récidives médiatiques depuis mars) : «Ca va commencer à repartir dans 15 jours. Ca va arrêter de baisser car les gens se promènent, sont allés faire des courses dans les magasins, ils ont fait la queue chez Leroy-Merlin. Ils se sont fait plaisir donc le virus va recommencer à circuler». Je ne savais qu'on se faisait plaisir en faisant la queue dans ces magasins de bricolage... Moi, ce qui me fait vraiment plaisir (outre le fait que cette dame disparaisse des plateaux TV), c'est d'aller randonner en montagne par exemple, bien évidemment sans rencontrer personne, mais là encore, tout début novembre, cette extrémiste du papier logarithmique avait donné son avis sur la restriction de circulation à 1 km de son domicile : «C’est tout à fait suffisant pour aller acheter du pain...» ! Fallait-il en conclure que le coronavirus n’attaquait que lorsqu’on se faisait plaisir, même sans croiser âme qui vive ?

Dessin fini le plaisir !

Le mercredi 2 décembre, le premier ministre a déclaré : «la conclusion à en tirer, c'est que je ne vais pas en Suisse !». Ouf, il n'a pas de compte en Suisse, au moins, c'est rassurant sur ce point ! D'accord, l'idée principale de cette conclusion était d'envoyer un message potentiellement rassurant aux stations de ski françaises, et secondairement, de dissuader les Français d'aller se contaminer dans les stations de ski suisses ou espagnoles (on ne peut nier le fait que le gouvernement faisait tout pour notre santé, car «rire, c'est bon pour la santé !» selon un vieil adage suisse), mais cette déclaration soulevait une question cruciale : comment différencier un acheteur de gruyère suisse ou de manchego espagnol, d'un skieur français ? En tous cas, en Andorre, les vendeurs de pastis et de clopes ont vite réagi : les pistes de ski allaient être fermées pour Noël ! On attend toujours la réaction des banquiers suisses...

Dessin coronavirus et gruyere !

Le samedi 12 décembre, lors d'un petit shoot médiatique sur une chaîne d'information en continu avide de buzz, un professeur de médecine, chef des urgences d'un grand hôpital parisien, mais néanmoins maire d'une grande ville de la région parisienne et ancien député européen (membre d'un parti d'opposition), a déclaré en faisant référence à une étude britannique : «S’il n’y a pas de vaccin, (...) si personne ne se faisait vacciner, il faudrait imaginer qu'entre maintenant et, tenez-vous bien, mars 2022, on ait (...) un à dix épisodes de confinement/reconfinement» en faisant référence à une étude britannique. Voyons ça de plus près... Le premier confinement a duré 58 jours et le second 47 jours, soit une moyenne de 52 jours par confinement. Avec 444 jours entre le 12 décembre 2020 et le 1er mars 2022, ça ferait donc potentiellement 444 / 52 = 8,54 confinements, ou un seul et unique puisqu'ils seraient alors tous contigus... Monsieur le maire s'est visiblement contenté de répéter le résultat ubuesque d'un modèle informatique, sans aucune analyse, ni conversion des pounds en euros... Mieux, cet Ostrogoth, auquel le pragmatisme fait défaut, a aussi affirmé qu’on aurait pu laisser les théâtres et les cinémas ouverts en testant massivement les spectateurs ! Et pour les plus de 50 ans, avant une séance de cinéma, fallait-il aussi prescrire un toucher rectal ou une mammographie avec le test antigénique et les pop-corn ?

Dessin ticket de cinéma coronavirus !

Le dimanche 20 décembre, Le Dr Trump a fini l’année en beauté (ou disons, cet article car, bien qu’il y ait encore de la matière médiatique à exploiter, je m’arrête là et je promets de ne plus jamais me faire prendre au jeu en notant toutes les facéties médiatiques de l’année écoulée en guise de piqûre de rappel - de vaccin - pour la nouvelle année) en retwittant une vidéo où il est sous-entendu que la pandémie de coronavirus aurait été inventée pour le déloger du pouvoir ! Quoi qu’il en soit, le SARS-CoV-2 n’aura pas fait que du dégât, en nous (c’est-à-dire l’ensemble des habitants de la planète) évitant le Dr Trump 4 années de plus à la tête de la première puissance mondiale...

Dessin Bye-bye Trump !

-- Accueil du blog --
-- Article précédent du blog --
-- Article suivant du blog --
-- Carnet de voyage --
© 2021 AMVDD.FR