Les râleurs !

Article n° 186, publié le 4-Septembre-2021, par Christophe.

BD les râleurs - 1

BD les râleurs - 2

BD les râleurs - 3

Fin juillet 2020, suite à un article relatant le fait que la Catalogne voyait des cas de Covid-19 réapparaitre comme les hirondelles au printemps, Justin Khon, commentateur de journaux en ligne, a écrit (le nom a été changé, mais les fautes d'orthographe sont d'origine et le texte est resté dans son intégralité, même si c'est difficile à croire) : «Le tourisme de masse qui concentre les hommes au même endroit. Il faut éliminer le fléau que représente le tourisme, principale cause de la destruction de la planète. Macron a dit que le monde d'après serait différent. La première chose qu'il a faite, quant le covid s'est calmé, c'est de donner du fric à l'automobile, l'aviation et le tourisme qui sont les trois plaies de notre monde». Commentaire aussitôt complété par Jérémy Lequouvaire : «Il FAUT fermer la frontière franco-espagnole, c’est trop risqué de permettre cette mobilité frontalière ! La vie d’abord, le fric on s’en fout !!». Il me semble que Justin et Jérémy, certainement aigris retraités de leur état, et visiblement handicapés des fonctions cognitives, ne doutent pas un seul instant que leur paisible existence sans travailler, risque de voir son échéance raccourcie si on arrêtait du jour au lendemain, le tourisme, l'automobile et l'aéronautique, c'est-à-dire, si on supprimait brutalement l'emploi d'un grand nombre de personnes cotisant pour la retraite des plus âgés... Certes, je suis aussi râleur, je peste contre des comportements humains qui sont dangereux envers les autres (comme ceux de déficients en neurones qui écrivent un SMS d'une main et tiennent un volant de l'autre, à 130 km/h sur autoroute, générant maints écarts incontrôlés entre les rails de sécurité qu'ils aperçoivent à peine, tellement leur attention est accaparée par l'écran de leur téléphone) ! Je suis donc aussi français, mais j'estime que mes râleries sont légitimes ! Mais, est-ce le cas pour tous les Français ? Voilà un petit aperçu des sites internet où le commun des Français peut laisser un commentaire (j'ès lessait l'ortograffe d'aurigine, mais j'ai changé les noms ;-) et quelques annotations entre crochets pour mieux comprendre les propos parfois délirants de ces commentateurs) :

⇨ «Révolution !» par Lisette Mihan-Souerre : «Oser faire payer 5 € par personne l'accès à un SITE NATUREL [les Orgues d'Ille-sur-Têt dans les Pyrénées Orientales] est une arnaque d'autant plus scandaleuse qu'elle est commise par une collectivité locale. Rien ne justifie un tel tarif. Le maire d'Ille sur têt n'a semble-t-il pas encore compris qu'il s'agit là d'un bien commun à tous les citoyens de notre Terre et qu'il doit rester accessible à tous, comme il l'a toujours été jusqu'à il y a quelques années. Je comprendrais qu'on fasse payer le parking pour couvrir les quelques frais d'entretien du site, mais à ce niveau de 5 € par personne, c'est véritablement du vol... c'est priver les gens qui n'ont pas les moyens de visiter ce site et cela contribue à la fracture sociale et culturelle dont souffre gravement notre pays...Que la municipalité ne s'étonne pas si un jour, les [censuré] des P.O. décident de briser cette ségrégation par l'argent en venant occuper le lieu.»

Le site naturel des Orgues d'Ille-sur-Têt est extrêmement fragile et en tout état de cause, pour éviter que des sagouins grimpent sur ces magnifiques cheminées de fée et détruisent le site, il faut bien en contrôler l'accès, ce qui veut dire au minimum un ou deux gardiens qui surveillent la centaine de milliers de visiteurs annuels. Si on ne veut pas faire payer cette dépense aux résidents de la commune, sur les impôts locaux, ce qui me paraît légitime, il faut donc faire payer les visiteurs, et donc vendre des tickets, ce qui implique au moins un autre employé à l'accueil du site et cela sous-entend aussi un guichet, un abri pour ce guichet et par la même occasion, des toilettes mises à la disposition des visiteurs. Mais avant même de parler d'entretien, il a bien fallu les construire ces infrastructures. Par exemple, le parking fait environ 1.770 m² et à raison de 22 euros le m² de goudron, il a coûté, au bas mot, 39.000 euros, rien que pour le goudron (donc sans la main d'œuvre, sans le terrassement, etc, etc...). Finalement, si la mairie se fait un euro, voire un euro cinquante de bénéfices sur chaque ticket d'entrée, c'est le bout du monde ! Et cet argent ne va sûrement pas dans la poche du maire ou des élus, mais il fait vivre la commune, en finançant des équipements dans les écoles ou des animations pour les vieux râleurs des EPHAD, leur terrain de pétanque, etc...

⇨ «Garde-à-vous, présentez becs et plumes !» par Ella Monnard-Gend & Co. : «Ce n'est peut-être pas la bonne saison pour visiter ce site [la Réserve Ornithologique Du Teich en Gironde], par une belle promenade à 9 euros. Il faut peut être changer le nom du site car pour les oiseaux ils se font très rares», «Payer 9 € par personne pour voir des canards et des hérons, ça fait cher la promenade...La promenade en entière dure à peu prêt 2h30, ce qui fait long quand on voit toujours les mêmes oiseaux.Ils vous vendent du rêve à l'entrée pour au final pas grand chose à voir.», «Certes on fait une belle ballade dans le parc mais à préférer le sentier du delta est bien mieux pour le porte monnaie et on voit autant d'espèce d'oiseaux et GRATUITEMENT!» et «Deja il s'agit d'un parc payant dont le cadre est sympa neanmoins il faut s'equiper de patience afin d'appercevoir les oiseaux en questions».

Une réserve ornithologique n'est pas un zoo où les oiseaux sont enfermés dans une volière, mais une zone où peuvent nicher les oiseaux, même seulement quelques jours dans l’année pour les espèces migratoires, zone aménagée pour que l'homme puisse les observer sans perturber ces animaux vivant à l'état sauvage ! Ces oiseaux, c'est-à-dire des animaux pourvus d'ailes leur permettant pour certains de voyager loin, peuvent être présents, ou pas, en fonction de la période de l'année. Donc, ce n'est pas parce que le visiteur a payé (pour l'entretien des nombreuses cabanes d'observation) que des volatiles exotiques ont l'obligation d'être présents !!! Puis, si on ne sait pas marcher à plus de 100 mètres de sa voiture (2h30 pour parcourir 5 km de sentier, franchement, c'est à peine la vitesse d'un escargot au galop), il est grand temps de prendre un abonnement dans une salle de sport (qui coûtera bien plus de 9 euros la séance de 2h30).

⇨ «Dictat de l'anti-corformisme !» par Pélagie Pavrais-Mend et Juste Paquont-Pritout : «Les français n’ont pas la honte du voyage lointain en avion comme les suédois... Ils le clament sans hésitations. Maintenant, soyez aussi éco -responsable, n’allez pas chercher des plages, des sites .. qui existent en Europe !! Votre présence en Afrique, en Asie , en Amerique du Sud, coûte aussi beaucoup à leurs habitants: eau potable privilégièe pour les touristes (piscines,..), accès interdits à des plages, des hôtels 5 étoiles, investissements publics uniquement dans les zones touristiques, agriculture adaptée aux occidentaux, etc... N’ayez pas la prétention de dire : j’ai fait la .... pour jouer le fière devant les copains et les collègue mais pour s’enrichir d’une nouvelle culture. Bon voyage.» a commenté Pélagie à laquelle Juste a répondu : «Une écolo-bobo-urbaine déversant son flot d’absurdités apprises par coeur lors de la dernière réunion du parti, perdue sur un site dédié à l’aéronautique [Air Journal]. Elle nous sort même le refrain de l'éco-responsable, faite de cobalt et de lithium bien polluants (pour fabriquer les batteries de son vélo et de sa trottinette soi-disant écolo) et d’électricité au bon charbon pour recharger ses batteries éco-responsables (eh ! oui ! quand on ferme Fessenheim, on achète de l’électricité charbonnée à l’Allemagne).»

Un fameux débat sans fin où chacun accuse l'autre, à grands coups de mensonges ! Je plaide pour un tourisme responsable qui fréquente des petits établissements tenus par des locaux, où l'on mange local... En conséquence, réduire le tourisme à des grands hôtels 5 étoiles où l'on bouffe à profusion de la nourriture occidentale, pour défendre ses convictions écologiques, est tout simplement scandaleux ! Tout comme opposer à ces convictions, la pollution générée par les petites batteries des vélos à assistance électrique, qui pollueront pourtant moins qu'un gros SUV roulant au diesel, quel que soit le moyen utilisé lors de la production de l'électricité utilisée pour recharger les batteries du vélo... Puis, la découverte d'une autre culture n'est pas la seule raison de voyager, non ? Par exemple, il y a aussi l'observation de la faune sauvage (sans trop la perturber)... Certes, j'ai du mal à comprendre pourquoi quelqu'un part s'enfermer dans un club de vacances en République Dominicaine, pour se contenter de boire des cocktails au bord de la piscine, mais on ne va tout de même pas tomber dans la dictature bien-pensante, ou à l'inverse dans le beaufisme, pour dire aux gens où et comment voyager ? Certes, on peut traiter de grosses merdes ceux qui abandonnent des détritus partout, mais ils peuvent très bien le faire en prenant le train pour se rendre sur une plage européenne.

Je pourrais continuer à l'infini, c'est tellement facile de trouver des propos irréfléchis, voire délirants, souvent rédigés par des personnes jalouses (allez, une dernière pour la route ? «Je n'ai pas l'habitude de voyager dans les pays du Tiers-monde, donc l'Italie c'est sans moi. Moi je pars dans le plus beau pays au monde... la France !» par Jean Serrien). Beaucoup de commentaires tournent quand même autour de l'argent : le Français serait-il pingre, en plus d'être râleur ? Ah, non, il paraît qu'ils sont fauchés comme les blés par le gouvernement... Quoi qu'il en soit, je trouve tout cela désespérant car presque environ 80 à 90 % des commentaires des journaux en ligne ne reflètent pas d'un haut niveau de réflexion de la part de leurs rédacteurs (et dans les 10 à 20 % restants, on trouve parfois quelques commentaires réfléchis ou quelques traits d'humour qui me font bien rire, mais c'est rare). Cependant, la question reste posée : quel pourcentage de la population représentent les auteurs de ces commentaires absurdes ? Je n'en ai aucune idée, mais parfois, cela me fait bien peur de me dire que Justin Khon ou qu'Ella Monnard-Gend dispose aussi du droit de vote... En tous cas, c'est bien pourquoi, je ne laisse aucune possibilité de commenter mes articles ou carnets de voyage !

PS : Désolé, je ne peux pas résister à la tentation... Voici des commentaires d'un vieil article traitant sur le fait qu'Instagram a changé les habitudes des voyageurs (article évoquant au passage le tourisme de masse), ce qui a donné lieu à un délire total de la part de certaines personnes (commentaires auxquels j'ai ajouté les réponses que j'aurais bien aimé apporter dans un but humoristique, bien que parfois sarcastiques, mais ne voulant créer de tensions inutiles, je préfère délirer sur mon blog ;-)) :

⇨ «L'aventure n'est plus l'aventure, mon bon monsieur, tout se perd !» par Bruno Stallegy : «C'était mieux avant, quand seuls les VRAIS voyageurs-aventuriers vivaient des aventures hors-norme (un peu comme Sylvain Tesson) et que les hordes de touristes irrespectueux n'avaient pas encore les moyens financiers et techniques qui leur permettent aujourd'hui de venir gâcher les expériences de vraies vies des VRAIS voyageurs-aventuriers. Et c'est la même chose avec la photographie : seuls les VRAIS photographes-aventuriers devraient être autorisés à prendre des photos géniales à l'étranger.»

Bruno, auriez-vous l'obligeance de m'indiquer les cordonnées d'une université délivrant un master en VRAI photographe-aventurier ? Ne comptant pas m'arrêter de voyager et de prendre des photos à l'étranger, j'aimerais pouvoir passer ce diplôme dans les plus brefs délais. Mais au fait, si je ne prends pas de photos géniales, est-ce que je peux quand même en prendre sans détenir un master en VRAI photographe-aventurier ?

⇨ «Une tisane et au lit de bonne heure !» par Denis Cotine : «Et si on recommençait à voyager en réfléchissant à l’impact écologique considérable que représentent les voyages à l’étranger qui nécessitent de prendre l’avion en émettant du CO2 de façon non soutenable pour le climat ? La France, l’Europe ou des voyages au long court en train ou en bateau c’est tout de même autrement poétique que ces déplacements frénétiques en avion. Passons du "fast travel" au "slow travel" nous n’en serons que plus heureux en renouant avec nos rythmes fondamentaux.»

Denis, je m'interroge : quels sont donc nos rythmes fondamentaux en matière de voyage ?

⇨ «Toi, ma télé et moi ! (merci Bénébar)» par Géraud Nimault : «Abonnez vous aux chaînes "voyage" aux chaînes "nat GEO" vous allez découvrir le monde sans moustiques sans grelotter de froid, et au final vous en connaîtrez plus que si vous y était allé. Ce que je vous en dit...Certes revenir d'Egypte avec une diarrhée, revenir d'Afrique avec cent maladies...C'est votre droit mais parfaitement stupide.»

Géraud, je laisserais bien mon grand ami Forrest, Forrest Gump, répondre à ma place, mais vous risqueriez de ne pas comprendre car visiblement, votre existence cathodique (bien qu'il n'y ait plus de cathode dans les postes de télévision depuis fort longtemps) semble tout de même bien vous frustrer... Cela dit, si vos connaissances télévisuelles (mais néanmoins insuffisantes concernant les maladies africaines) comblent votre vie, laissez-moi la joie, sans me traiter de stupide, de narrer ma gastro dans les rizières vietnamiennes...

⇨ «Boot, Kaputt ! Flugzeug, Kaputt !» par Yann Vollemein-Leutenant : «Il faut interdire le tourisme de masse , envoyer les avions a la casse , interdire les HLM flottants et envoyer ces monstres a la casse . Tout le monde en Corrèze et en Dordogne et en vélo...»

Yann, vous oubliez la Creuse, si, si ! Le musée du lacet d'Argenton sur Creuse est remarquable, bien que les emplacements pour accrocher son vélo manquent cruellement devant le musée. Quant à Brive la Gaillarde, il convient de ne pas manquer la visite de son musée des arts ménagers, votre femme sera enchantée d'apprendre comment préparer la table du dîner pour vous accueillir comme il convient, après votre rude journée de labeur. Mais suis-je sot, il n'y a point de tels musées à Argenton, ni à Brive. Veuillez m'excuser cette terrible erreur ! Mais franchement, on n'est plus en 1939...

⇨ «Miroir aux alouettes !» par Tanguy Autinne : «Un arrêt du tourisme de masse, et pour ceux qui veulent voyager en avion les prix vont augmenter significativement ! Fini le low cost, mais les vrais voyageurs comme de tout temps partirons quelque soit le prix. Beaucoup nous font croire qu’ils aiment voyager mais c’est souvent pour imiter leurs voisins, leurs collègues, le contraire du voyageur !»

C'est bizarre, je voyage, mais très peu de mes voisins ou collègues en font de même ! Tanguy, êtes-vous certain de bien comprendre ce qu'est un voyageur et son contraire ? Parce que si une personne qui ne voyage pas, est bien le contraire du voyageur, imiter quelqu'un qui voyage, fait quand même de vous un voyageur, même si vous n'aimez pas cela...

-- Accueil du blog --
-- Article précédent du blog --
-- Article suivant du blog --
-- Carnet de voyage --
© 2022 AMVDD.FR