Bibine et pisse d'âne !

Publié le 1er-Février-2014, par Christophe.

BD bière 1

BD bière 2

BD bière 3

Attention : l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, même si certaines recherches médicales semblent prouver que boire une bière de temps en temps pourrait être bénéfique pour la santé... Mais peut-être pas celles que je vais citer ?

USA : la «Budweiser», Canada : la «Molson export» ou la «Canadian», France : la «Kronenbourg»... Ces bières de grande consommation, pratiquement érigées en symboles nationaux, bues par des millions de personnes dans le monde, sont pourtant ... insipides ! Ce n'est pas par snobisme, c'est juste que je n'aime pas ces bières pourtant plébiscitées par les gosiers assoiffés. Je leur préfère de loin des bières produites par des petites brasseries, voire même des micro-brasseries, de diffusion restreinte à la brasserie, à la ville, au comté ou à une région... C'est bien plus amusant de goûter une bière locale que d'ingérer une bibine que l'on trouve partout dans le pays, voire sur la planète entière. Alors, partant pour une pinte ?

J'ai dis pinte ? Et oui, car le pays où j'ai le plus apprécié la bière est l'Ecosse, le pays des «ale». Le nombre de tireuses sur les comptoirs des pubs écossais est impressionnant, on n'a que l'embarras du choix et c'est vraiment ennuyeux car il est alors difficile de retrouver la même «ale» d'un pub à l'autre ! Celle que nous avons le plus souvent retrouvée (sans que ce soit systématique) est la «McEwan's» qui, ça serait trop simple autrement, se décline en plusieurs «degrés» : «McEwan's 60», «McEwan's 70» et «McEwan's 80»... Nous aimons l'Ecosse pour ses paysages, ses pubs, ses bières et ceux qui les boivent !

Passons maintenant au Canada (sans parler de la «Molson») avec les bières de Robert Charlebois (même s'il n'est qu'actionnaire dans la micro-brasserie) aux noms évocateurs : «Eau bénite», «Fin du monde» ou encore «Ephémère» (que l'on retrouve parfumée au cassis, à la pomme ou à la framboise, j'aime bien même si les puristes vont crier au blasphème). On les trouve en magasin spécialisé (au Québec mais aussi dans tout le Canada, l'alcool n'est vendu que dans des magasins spécialisés) en bouteille de 75 cl fermée avec un bouchon en liège. Lors de notre voyage en 2011 au travers des Rocheuses canadiennes, nous avions (presque) toujours une «Ephémère» au frigo, prête à être dégustée à l'arrivé au camping. Toutefois, celle qui nous a le plus marqué lors de ce voyage a été la «Calgary ale» : excellente !

Plus au sud (beaucoup plus au sud), nous arrivons alors au Mexique. Tout le monde connaît la «Corona» mais il y a bien meilleure (bien que produite par la même brasserie) : la «Negra Modelo» ! Une bière plus que brune (presque une «stout», même si elle n'est pas aussi épaisse que la «Guinness») qu'il faut absolument goûter lors d'un voyage au Mexique. Si jamais vous n'en trouvez pas (ce qui est peu probable mais possible), il y a aussi la «Bohemia», une bière assez comparable à la «Negra Modelo».

Revenons donc en Europe pour parler des «stouts» ! J'ai dit que je préférais la diversité et les micro-brasseries mais pourtant, dans toute règle, il y a bien sûr des exceptions et la «Guinness» en est une ! C'est la bière nationale irlandaise, celle qui rapproche le nord et le sud. Elle est bonne, heureusement car il est difficile de trouver d'autres bières dans les pubs irlandais (à part de la «Heineken» et même de la «Budweiser», Ô rage, Ô désespoir !). Il faut savoir que servir une «Guinness» est tout un art mais aussi tout un spectacle qui se déroule dans la pinte (voir la vidéo sur notre carnet de voyage en Irlande en 2012). Nous avons goûté en Irlande une autre «stout», la «Murphy's» mais nos avis divergent : Anne-Marie la préfère à la «Guinness» qu'elle trouve plus amère mais j'ai un avis inverse. Donc, à vous de voir ! Nous avons aussi goûté la «Kilkenny Ale», pas mauvaise (plutôt bonne) mais après 10 jours de «Guinness», je la trouvais un peu fade, ce qui ne doit pas être le cas, désolé !

L'île de la Réunion (le plus bel endroit sur Terre, en tous cas, la plus belle île du monde ;-)) et la «Dodo» (ou la «Bourbon» comme c'est inscrit sur l'étiquette mais son slogan est «la Dodo lé là !») : de base, c'est une bière blonde, pas mauvaise et par chauvinisme, je dirais même très bonne (pour une bière blonde). Mais comme je suis plus amateur de rhum que de bière blonde, je préfère donc commencer un repas avec un punch, boire de l'eau de Cilaos pendant le repas et le finir avec un petit rhum arrangé ;-). Mais la brasserie «Bourbon» produit aussi une bière blanche et une rousse : les deux sont très bonnes. Cependant, celle que nous préférons après une randonnée sur les sentiers de Mafate est la «Radler», une sorte de «panaché» avec du jus de citron, ce qui donne une boisson très rafraichissante et peu alcoolisée (1 ° d'alcool alors que la «Dodo» de base titre à 5 °). Nous n'avons pas goûté la «Metiss» mais elle semble très prometteuse : une bière très fruitée sans amertume avec une délicieuse saveur de litchi d'après la description.

Maintenant, faisons un tour très rapide du reste de la planète, bien évidemment limité aux pays où nous sommes allés et où nous avons bu et apprécié une bière (ce qui limite fortement la liste des pays). Commençons par Chili avec la «Cristal», une bière blonde pas mauvaise, meilleure qu'une «Kro» en tous cas. Et je vais finir avec la Croatie : la «Karlovačko» n'est pas une bière que nous avons appréciée mais la brasserie commercialise aussi une «Karlovačko Radler» qui n'était pas mauvaise du tout et très désaltérante pour supporter les températures estivales de la Croatie (servie, de plus, en bouteille de 50 cl).

En conclusion, je pense qu'il vaut mieux savourer une bonne pinte de temps en temps, plutôt que de boire de la pisse d'âne régulièrement ! Mais alors, qu'est-ce que je fais de la convivialité d'une «Kro» entre potes ? Une sortie dans un bar entre 5 ou 6 potes où chacun paye sa tournée, est sûrement conviviale mais elle a aussi un coût. Répétez cette sortie une fois par semaine et sur une année, l'argent dépensé en «Kro» correspondra au prix de deux billets d'avion aller-retour Paris - New-York (en classe éco.) : 100 % véridique ! Tout est question de choix et de priorités. Certains peuvent penser que nous avons beaucoup de chance car nous partons en voyage de l'autre côté de la planète mais en contrepartie, nous ne sortons pas beaucoup. En tout cas, rarement pour aller boire des bières dans un bar...

PS : Pour éviter de froisser les Belges avec leurs bières d'abbaye (qui entrent donc dans le critère «production limitée» et diversité) : je suis allé, il y a longtemps, en Belgique où j'ai goûté de bonnes bières. Mais ma mémoire n'est plus très fiable sur cette époque lointaine, Il m'est donc difficile d'en parler. Je peux toutefois évoquer la «Kriek» (cerise), «ça est très bon, ça» (désolé) !

Post-PS : Quant aux bières métropolitaines, il faut avouer que l'on trouve aussi de bonnes bières (rien que dans la chaine de restaurant les «Trois Brasseurs» par exemple), mais c'est un blog dédié aux voyages et aux découvertes faites à l'étranger. Les bières métropolitaines n'entrent donc pas dans ce critère !

-- Accueil du blog --
-- Article précédent du blog --
-- Article suivant du blog --
-- Carnet de voyage --
© 2018 AMVDD.FR