The Coca-Cola reference !

Publié le 19-Avril-2014, par Christophe.

BD Coca-Cola 1

BD Coca-Cola 2

BD Coca-Cola 3

Quand on arrive dans un pays étranger qui possède une monnaie différente de la sienne, on est souvent déboussolé à la descente d'avion : 2.000 pesos le sandwich, c'est cher ou pas ? Il faut alors sortir la calculette, entrer le taux de change et on pense alors qu'à 3 euros le sandwich, le prix semble raisonnable. Sauf qu'une fois sorti de l'aéroport et arrivé au centre-ville, on découvre que le menu complet dans un petit restaurant est aussi à 2.000 pesos. Le sandwich à 3 euros était donc trop cher et on aurait pu attendre une demi-heure pour faire un repas bien meilleur ! Bref, on perd tous ses repères et il faut un petit temps d'adaptation pour se refaire une échelle des valeurs... Alors comment essayer de s'en sortir rapidement ?

Déjà, tout voyageur français de plus de 25 ans est censé avoir fait (une partie de) cet exercice, lors du passage du franc à l'euro (s'il est resté au franc, voire pire à l'ancien franc, le voyageur en question ferait peut-être mieux de ne pas quitter les frontières de l'hexagone). L'exercice n'était pas forcément simple mais nous avons tous déjà fait l'exercice de la conversion de devises, par contre, sans avoir la difficulté du changement du coût de la vie (cf. la note en fin d'article) ! J'espère que tout le monde s'est alors rendu compte qu'il était plus simple de réfléchir en euro plutôt qu'essayer de faire sans arrêt la conversion vers le franc (la table de multiplication par 6,55 et des cacahouètes, n'étant pas spécialement facile). Il en est de même lors d'un voyage à l'étranger. Essayez de réfléchir en dollars, pesos ou kunas, plutôt que tenter de convertir les prix en euro. Mais il faut alors se faire une échelle de valeurs, dans la monnaie du pays visité, et pour cela, il faut avoir une idée du coût de la vie dans ce pays.

Il faut donc essayer de trouver une référence que l'on trouve partout sur Terre. La baguette de pain, par exemple, n'est pas une bonne référence puisque certains pays ont d'autres pains bien éloignés de la baguette française et certains ne mangent même que du riz avec des baguettes... Il fallait un produit qu'on puisse trouver très facilement partout dans le monde et qui soit produit de manière locale afin que son prix soit, le plus possible, indexé aux salaires locaux. J'ai donc trouvé le Coca-Cola ! Le sirop est fabriqué aux Etats-Unis mais le mélange avec l'eau gazeuse est effectué de manière locale (ce qui confère à cette boisson un goût très légèrement différent d'un pays à l'autre) par un embouteilleur local (son nom est indiqué sur la canette dont la forme varie légèrement ;-) d'un pays à l'autre) employant des travailleurs locaux (à noter que «Coca-Cola France» est le premier embouteilleur de France et donc, doit certainement être le premier employeur français dans ce secteur d'activité). C'est le produit que l'on trouve presque partout sur Terre, même dans le village le plus reculé du Botswana (même qu'au Kalahari, les bouteilles tombent du ciel ;-)). On peut donc facilement comparer les prix et se faire une idée du coût de la vie dans un pays donné, pour se bâtir une nouvelle échelle de valeur : par exemple, un repas pour le prix de 2 cannettes de Coca-Cola, ce n'est pas cher du tout, mais pour le prix de 100 cannettes, ça devient cher !

Exemples de prix (moyens et non officiellement relevés, donc indicatifs) pour une bouteille de deux litres de Coca-Cola, en euros (prix relevés en mars 2014) :

• Antananarivo (Madagascar) : 0,77 euros

• Amman (Jordanie) : 1,09 euros

• Windhoek (Namibie) : 1,13 euros

• Atlanta (USA) : 1,24 euros

• Malé (Maldives) : 1,27 euros

• Nairobi (Kenya) : 1,39 euros

• Montréal (Canada) : 1,39 euros

• Hanoi (Viêt Nam) : 1,41 euros

• Buenos Aires (Argentine) : 1,47 euros

• Santiago (Chili) : 1,59 euros

• Vancouver (Canada) : 1,65 euros

• Zagreb (Croatie) : 1,69 euros

• San Francisco (USA) : 1,82 euros

• Fort-de-France (Martinique) : 2,00 euros

• Amsterdam (USA) : 2,07 euros

• Toulouse (France) : 2,08 euros

• Rome (Italie) : 2,12 euros

• Edinburgh (Royaume Uni) : 2,12 euros

• Dublin (Irlande) : 2,40 euros

• Dakar (Sénégal) : 2,40 euros

• Nouméa (Nouvelle Calédonie) : 2,62 euros

Prix très surprenant pour Dakar, peut-être une erreur du site collaboratif www.expatistan.com où j'ai trouvé ces prix... Le prix pour Fort-de-France est d'ailleurs aussi un peu surprenant.

J'en entends râler certains : le Coca-Cola, ce n'est pas bon pour la santé car, la preuve, ils s'en servent pour décaper les chaines de vélo (quelle idée de mettre une chaine de vélo dans du Coca-Cola, ce n'est pas vraiment génial comme cocktail) et pire, il y a de la cocaïne dedans (ce qui n'est plus le cas depuis 1903 mais malgré cela, un des doyens supposés de l'humanité était un bolivien de 123 ans qui mâchait régulièrement des feuilles de coca). Mais la petite mousse, la «Kro» des pourfendeurs du Coca-Cola, qu'ils essaient de la trouver partout sur Terre, en particulier dans les pays musulmans, et on en reparlera ;-) ! Enfin, même sans parler de pays musulmans, une boisson alcoolisée ne pouvait pas convenir comme référence car certains pays (le Royaume Uni par exemple) taxent énormément l'alcool, produit qui lui est reconnu comme néfaste à la santé (la consommation de sucre en abondance - le réel défaut du Coca-Cola - n'est pas terrible non plus, mais moins nocive que celle d'alcool).

Que l'on aime ou pas le Coca-Cola, le prix d'une canette de cette boisson est pour moi une bonne référence pour se donner une idée du coût de la vie dans un pays donné. C'est avec cet indice que je vais, par exemple, me fixer le prix plancher pour un pourboire pour un guide : donner en pourboire moins que le prix d'une canette de Coca-Cola me semble être d'une radinerie la plus incroyable qui soit (donc, pour éviter de passer pour un radin, buvez un Coca-Cola ! Non, ce n'est pas de la pub pour Coca-Cola, car je ne touche aucunement de l'argent de la part de la firme d'Atlanta, mais avec un slogan comme ça, ils devraient peut-être me féliciter ;-)). Vous avez peut-être d'autres références, ça serait amusant de les comparer (mais, s'il vous plait, évitez le prix du «Big Mac») ?

Note : même si certains soutiennent que le coût de la vie a très fortement augmenté, du jour au lendemain, lors du passage à l'euro, la baguette de pain n'a pas augmenté de manière spectaculaire en très peu de temps ! Certes, il y a eu le problème de l'arrondi des prix mais on n'est pas passé à la baguette de 1 franc à 1 euro en une semaine ou en un mois. Premièrement, une bonne baguette de pain, qui coûte aujourd'hui 1 euro, ne valait déjà plus un franc en 2000, mais 4 ou 5 francs. Il s'est passé ensuite une dizaine d'années avec une inflation modérée et surtout, il y a eu une crise financière mondiale où les imbéciles de Wall Street, ou d'autres places boursières, ont spéculé sur les matières premières alimentaires dont la farine qui a vu son prix flamber. Si vous ne me croyez pas ou que vous ne croyez que les politiciens populistes qui se regardent le nombril, posez-vous la question suivante : est-ce à cause de l'euro que les prix ont augmenté ces dernières années au Canada, dont la monnaie est le dollar canadien ? Et oui, le prix de la canette de Coca-Cola a bien augmenté au Canada, sans que l'euro en soit responsable, entre 2005 et 2011, dates de nos derniers voyages dans ce pays ! Il vaudrait peut-être lire la rubrique «actualités étrangères» dans le journal ou lire directement les journaux canadiens (internet, ce n'est pas fait pour les chiens), plutôt que s'intéresser aux dernières frasques des «peoples» de bas-étage des téléréalités ! Tiens, je divague... Mais j'aimerais que les fans de ces stars de pacotille essaient de voter le plus contentieusement possible, plutôt que s'abstenir et se plaindre après ! Ce n'est pas certain qu'en votant, l'on puisse faire changer les choses mais il est certain qu'en ne faisant rien, on ne changera rien ! J'adore pisser dans des violons ces derniers temps :-$.

PS : il est utile de noter que le Coca-Cola peut avoir quelques vertus lorsqu'on a l'estomac un peu barbouillé, il peut donc se révéler d'un grand intérêt en voyage pour éviter de souffrir d'une tourista. Mais pour décaper vos chaines de vélo, ça ne marche pas ! Au contraire, le sucre abondant du soda va tout coller et agglutiner les poussières, ça sera pire...

-- Accueil du blog --
-- Article précédent du blog --
-- Article suivant du blog --
-- Carnet de voyage --
© 2018 AMVDD.FR