Alors Max, ça gaze ?

Publié le 5-Décembre-2015, par Christophe.

BD eau gazeuse 1

BD eau gazeuse 2

BD eau gazeuse 3

Pour une fois, vous pourrez boire sans modération le liquide à propos duquel je vais disserter ! Et encore mieux : même après en avoir bu des litres, vous pourrez reprendre le volant sans problème ! Il ne s'agit donc pas de rhum, de tequila ou de cachaça, ni de bière ou de vin mais d'eaux minérales gazeuses que je préfère de loin aux mauvaises bières et aux picrates ! Et plus, avec les fêtes de vin, euh pardon pour le lapsus, de fin d'année qui s'annoncent, elles sont excellentes pour la digestion !

D'abord, il faut savoir que ce goût prononcé pour les eaux gazeuses me vient de mon tout premier voyage, en Argentine (je sais, vous devez vous en foutre, mais rassurez-vous, ça ne sera pas trop long, je n'ai quand même pas écrit un article de 20 pages sur les eaux gazeuses). Dans ce magnifique pays, quand on commande de l'eau au restaurant, il faut obligatoirement préciser «con gas» ou «sin gas». Depuis, ça m'est resté et commander une bouteille d'eau gazeuse est devenu quasi obligatoire au restaurant !

Ensuite, je ne vais pas faire le tour de la planète des eaux gazeuses, seulement le tour des DOM (avec une incursion dans un TOM). Commençons par la Guadeloupe avec la «Capes Dolé» qui est très bonne, pas trop salée et bien gazeuse ! Ensuite, il y a la «Didier» en Martinique qui a le défaut d'être un peu trop salée à notre goût. Ils proposent aussi des eaux parfumées, mais les saveurs sucrées, que nous trouvons assez chimiques, ne vont pas très bien avec la «Didier». Sur l'île de la Réunion, nous avons la «Cilaos», très bonne, mais qui a parfois le défaut de ne pas avoir trop de bulles (surtout en bouteille en verre). Bref, encore une fois, nous ne savons pas quelle île choisir entre la Guadeloupe et l'île de la Réunion !

J'ai aussi dit que j'allais faire une incursion dans un TOM et le seul que nous connaissons est la Nouvelle Calédonie : là-bas, ils produisent de la «Mont-Doré». Mais par snobissime (car je ne vois pas d'autre raison), de la San Pellegrino vous sera plus souvent servie dans les restaurants de Nouméa, à la place de l'eau gazeuse locale (ce qui permet de noter que, dès que l'on parle de gastronomie, les Italiens répondent toujours présents). En Nouvelle Calédonie, dans la partie sud de la grande île, il semble y avoir une bouderie sur les produits locaux qui ne sont déjà pas très nombreux...

Et bien voilà, c'est déjà la fin de l'article... Oui, j'avais dit qu'il serait court car je manque de sujet en ce moment, donc je gratte comme je peux. J'aurais pu aussi parler des yaourts des DOM aux saveurs exotiques (sauf ceux de Nouvelle Calédonie qui arrivent par avion, sur ce point particulier, ce TOM est désespérant), mais voilà, je n'ai pas jugé utile de le faire (un jour, peut-être me faudra-t-il parler de ces yaourts ?). Alors, quel sera le sujet du prochain article de mi-janvier 2016 ? Mystère mais le 19 décembre, je vais encore faire la fête à Francisco & co. et le 2 janvier, les banquiers vont encore me détester, contrairement aux personnes vivant du tourisme dans les DOM ;-).

PS : N'oublions pas un grand avantage des eaux gazeuses : leur bouteille en plastique, à la fois légère et résistante, avec un bouchon qui ferme bien, idéale pour ramener sans risque de casse (et donc de perte) du rhum des Antilles dans les bagages en soute ;-).

-- Accueil du blog --
-- Article précédent du blog --
-- Article suivant du blog --
-- Carnet de voyage --
© 2018 AMVDD.FR