Pa kapab' lé mor san éséyé !

Publié le 23-Avril-2016, par Christophe.

BD Reunion partie 1 - 1

BD Reunion partie 1 - 2

BD Reunion partie 1 - 3

L'hiver vient de se terminer depuis un peu moins de quatre semaines et vous n'êtes pas partis en Guadeloupe ou en Martinique. Vous pensiez plutôt y partir cet été, au 15 août, car votre patron insiste pour que vous preniez vos congés en août (le pauvre a vraisemblablement été touché à la tête par une balle de golf sur le lieu de travail de son dernier séminaire et il souffre depuis d'un traumatise crânien l'empêchant de réfléchir de manière logique, mais respectons ici le secret de son dossier psychiatrique, cela ne nous regarde pas ! Humour, bien évidemment, je précise ;-)) mais un voyage aux Antilles en août serait une très mauvaise idée car ce sera alors le début de la saison cyclonique. Il vous reste cependant la possibilité découvrir la plus belle île au monde, rien que ça : l'île de la Réunion !

Tout d'abord, si vous devez vraiment y partir au 15 août, demandez une prime à votre patron car les billets d'avion à cette période de l'année sont exorbitants, alors qu'un mois plus tard, les billets d'avion redeviennent plus raisonnables (là aussi, c'est une blague pour indiquer que les prix des billets d'avion sont très chers en août ;-)). Si on vous rétorque qu'en septembre, c'est moins bien pour les vacances parce les jours deviennent plus courts, demander à votre interlocuteur s'il a eu son brevet des collèges ? La métropole est certes située dans l'hémisphère nord mais l'île de la Réunion est dans l'hémisphère sud et en plus, sous les tropiques. Il y fait jour, 12 heures par jour (à +/- 30 ou 40 minutes en fonction de la période de l'année). En plus, en septembre, les températures sur les hauts de l'île remontent mais il n'y fait pas encore trop chaud, ce qui est idéal pour la randonnée, activité phare de cette île merveilleuse !

Ensuite, voilà le programme que je conseille à toutes personnes désireuses de visiter l'île de la Réunion : se lever très tôt le matin (avant le lever du soleil), randonner (en commençant la randonnée au lever du soleil et en ayant pris de soin de prendre de quoi pique-niquer, il n'y a que l'embarras du choix à la Réunion) et de retour de randonnée, vers 4 heures le soir, aller profiter de la plage pour se relaxer (en évitant d'aller se baigner après la tombée du jour, à l'heure où les squales commencent leur chasse ; tout en sachant que nous avons fait plus d'une cinquantaine de plongées sur l'île, sans jamais voir le moindre aileron, sauf ceux de dauphins). Et bien évidemment, il faudra se coucher tôt après avoir terminé le repas avec un rhum arrangé. J'en entends râler : se lever tôt en vacances... Eh oui ! Si vous voulez voir quelque chose dans les hauts de l‘île, il faut y être avant que les nuages arrivent, souvent en début d'après-midi, mais parfois dès la fin de matinée (même si, parfois, les hauts restent dégagés des nuages toute la journée) ! Donc, soit vous faites la fiesta jusqu'à pas d'heure et vous comatez jusqu'en début d'après-midi et dans ce cas, je vous conseille de rester à Palavas-les-Flots pour économiser le prix d'un billet d'avion, ou soit vous vous couchez tôt, vous vous levez tôt et vous découvrez la plus merveilleuse île au monde !

Continuons donc par la randonnée qui est l'activité essentielle de l'île de la Réunion, et en particulier les randonnées que l'on peut faire sur une journée. La plus spectaculaire, à mon humble avis, est celle qui débute au Maïdo et qui se termine au Grand Bénare. Sur une grande partie du chemin, on longe le bord du rempart (nom donné à la falaise qui borde les cirques) qui surplombe le cirque de Mafate. Il faut bien évidemment se débrouiller pour être sur le parking du Maïdo au moment du lever de soleil qui ressort quasiment derrière le Piton des Neiges, le point culminant de l'île. Arrivé à la croix marquant le Grand Bénare (le troisième plus haut sommet de l'île), vous aurez sous vos pieds le Col du Taïbit qui sépare le cirque de Mafate (à gauche) du cirque de Cilaos (à droite). Pour le retour, les guides de randonnée indiquent que l'on peut passer par la Glacière, une grotte où était stockée de la glace au siècle dernier, mais ça n'a rien de spectaculaire.

Autre randonnée : celle qui part du parking (surveillé et donc payant) du Col de Bœufs (qui sépare le cirque de Salazie du cirque de Mafate) et qui va jusqu'au village de La Nouvelle dans le cirque de Mafate. On peut bien évidemment, continuer de randonner dans le cirque de Mafate mais si on veut revenir au col des Bœufs avant la fin de la journée, le village de la Nouvelle est l'endroit propice pour faire demi-tour. Le point fort de la cette randonnée est principalement la traversée de la Plaine des Tamarins : on a alors au sud-est, le Piton des Neiges, au sud-ouest, le Grand Bénare surplombant le col du Taïbit (identifiable au rocher en forme de tête de Pluto), et bien évidemment, plein ouest, s'étire le rempart entre le Grand Bénare et le Maïdo ! Le village de La Nouvelle offre un aperçu de la vie dans le cirque de Mafate qu'aucune route ne traverse : le cirque est totalement exempt de circulation routière et l'ambiance qui y règne est savoureuse, la vie y est comme ralentie, on profite du temps... Je conseille bien évidemment de passer une nuit dans un gîte à La Nouvelle (puisque le parking du col des Bœufs est surveillé, vous pouvez y laisser votre voiture sans crainte) pour vous imprégner de cette ambiance particulière (les ronchons disent que La Nouvelle n'est pas Mafate, car trop touristique : c'est peut-être vrai mais ne les écoutez pas !).

Bien évidemment, le tour des cratères du Piton de la Fournaise (même si on ne peut plus vraiment en faire le tour depuis l'éruption de 2007) est une randonnée incontournable de l'île de la Réunion ! Déjà, pour vous rendre en voiture jusqu'au parking du Pas de Bellecombe, après avoir traversé la Plaine de Sables, vous en prendrez plein les yeux, mais une fois descendu dans l'enclos, ça devient surnaturel ! A noter que cette randonnée, plus que d'autres, doit débuter très tôt le matin car les nuages recouvrent très vite le volcan. Autre désagrément : en cas d'éruption, l'accès à l'enclos est interdit pour raison de sécurité (même si cette frustrante interdiction pourrait évoluer dans les prochaines années), renseignez-vous donc avant de vous rendre au volcan (cela dit, il existe d'autres randonnées autour du volcan, en suivant les remparts vers l'est ou vers l'ouest, d'où vous pourrez peut-être voir l'éruption en cours).

Le Trou de Fer : deux solutions, soit partir de Hell Bourg et grimper tout le rempart du cirque de Salazie (d'où l'on a une superbe vue sur le cirque et le Piton d'Anchaing pendant l'ascension), ou soit on se rend au gîte de Bélouve en voiture, en passant par la forêt de Bébour depuis la RN3 (on peut aller jusqu'au gîte en voiture en semaine, mais il faut se stationner quelques kilomètres avant le week-end). Dans les deux cas, le passage par le gîte de Bélouve est nécessaire, pour profiter d'une magnifique vue sur le cirque de Salazie ! Ensuite, le sentier continue sans grand dénivelé jusqu'à la plateforme d'observation du tour de fer, avec ses grandes cascades qui semblent pourtant si petites vues de si haut ! Renseignez-vous bien sur la météo car dans les nuages, vous ne verrez rien ! Vous aurez juste le droit de vous prendre les pieds dans les racines des arbres sur le sentier boueux, juste avant d'arriver à la plateforme d'observation du tour de fer...

La Chapelle à Cilaos : la randonnée part de Cilaos et descend jusqu'à un étroit et impressionnant canyon, nommé La Chapelle, creusé par le Bras Rouge de la rivière Ste Etienne. Ce canyon est tellement impressionnant que je pense qu'il aurait dû être appelé la cathédrale ! A noter qu'une autre randonnée dans le cirque de Cilaos permet de voir la cascade de Bras Rouge qui se situe en amont du canyon. C'est moins impressionnant mais ça vaut le coup d'œil quand même (à noter que l'on peut terminer cette randonnée en continuant, après la cascade, en direction du col du Taïbit et en revenant en bus à Cilaos : il y un arrêt de bus sur la route de l'Ilet à Cordes, à l'intersection entre cette route et le chemin de randonnée).

Le refuge de la Caverne Dufour (aussi appelé «gîte du Piton des Neiges») par le coteau Kerveguen : cette randonnée qui part du cirque de Cilaos, sur la route de Bras Sec, 1 kilomètre et demi après le lieu-dit «Le Bloc», est assez éprouvante (il faut franchir un peu plus de 1000 mètres de dénivelé). De plus, elle est assez vertigineuse (il faut parfois emprunter des échelles, fixées à la roche ou aux racines des arbres, pour escalader par endroit le rempart) mais elle offre un point de vue unique sur le cirque de Cilaos et le Bonnet de Prêtre (un des sommets du cirque de Cilaos). Cela dit, pour se rendre au gîte du Piton des Neiges, il n'y a pas forcément besoin de passer par le coteau Kerveguen, on peut débuter cette randonnée à partir du lieu-dit «Le Bloc», en suivant le GR1/CG2, c'est un peu plus facile. Puis, vous pouvez aussi rester une nuit au gîte, pour repartir à 4 heures du matin pour monter au sommet du Piton des Neiges, à la lueur d'une lampe frontale...

Le Piton d'Anchaing : généralement, les guides de randonnée débutent cette randonnée à partir de Hell Bourg (cirque de Salazie) mais pour s'éviter une longue marche d'approche, il suffit de monter en voiture en direction de Grand-Ilet et de se garer au niveau du pont traversant la rivière des Fleurs Jaunes, sur l'aire de pique-nique «Fleurs jaunes». Au départ, le chemin n'est pas balisé mais il suffit de suivre la piste forestière qui rejoint, au pied du piton d'Anchaing, le sentier de randonnée balisé qui part de Hell Bourg (vous devrez acheter une carte de randonnée et savoir la lire et l'utiliser : c'est assez simple mais il faut repérer régulièrement sa position sur la carte pour ne pas se perdre, au moins à chaque intersection). Ensuite, ça grimpe, sec, très sec, la paroi est abrupte, parfois vertigineuse, mais du haut du piton, la vue sur tout le cirque de Salazie est extraordinaire !!!

Grand Bassin et la cascade du voile de la mariée depuis Bois Court : cette randonnée débute au belvédère de Bois Court et se termine 750 mètres plus bas, à côté de la cascade du voile de la mariée (à noter qu'à la Réunion, il existe aussi une autre cascade dite du voile de la mariée, dans le cirque de Salazie). Avant de descendre, prenez le temps d'admirer la cascade depuis le belvédère de Bois Court (avec son horloge à eau), car il y a de fortes chances que les nuages recouvrent le parking à votre retour...

Bien évidement, vous pouvez retrouver ces randonnées dans nos carnets de voyage sur http://amvdd.fr qui, je l'espère, vous donneront envie de faire ces randonnées offrant un spectacle unique au monde mais il vous faudra tout de même acheter un topoguide et les cartes de randonnée adéquates, ou faire confiance aux informations de sites internet spécialisés. Certains de ces sites semblent vraiment très bien faits et sont très bien documentés mais d'autres sont moins sérieux, notamment du fait qu'ils n'insistent pas assez sur le fait qu'il faut bien vérifier les conditions météorologiques avant de débuter une randonnée (en particulier, celles où il faut franchir des gués) ou qu'ils sous-estiment la forme physique de leurs lecteurs (on n'est pas tous des «iron men» capables de franchir 2.000 mètres de dénivelé dans la journée ;-)). La Réunion, ce sont d'énormes dénivelés qui offrent de magnifiques spectacles, mais il faut savoir marcher un peu, c'est-à-dire avoir l'habitude d'aller chercher très régulièrement le pain à 300 mètres d'où l'on habite, sans prendre la voiture (et encore moins la garer en triple file devant la boulangerie pour ne pas avoir à marcher plus de 5 mètres). Pour les randonnées que j'ai indiquées, il n'y a pas besoin d'être un athlète accompli mais il faut quand même être un minimum en forme, sans pour autant se dire qu'on n'est pas capable de les faire, sans avoir essayé comme l'indique le diction créole, en titre de cet article !

-- Accueil du blog --
-- Article précédent du blog --
-- Article suivant du blog --
-- Carnet de voyage --
© 2018 AMVDD.FR