Baileys et Amarula !

Publié le 1er-Avril-2017, par Christophe.

BD baileys et amarula - 1

BD baileys et amarula - 2

BD baileys et amarula - 3

Important : tout d'abord, avant toute chose, il convient de rappeler que l'alcool doit être consommé avec modération, c'est à dire pas plus d'un verre à la fois et surtout, pas plus de deux verres, en tout, si vous devez conduire un véhicule automobile après ingestion de ces verres ! Notez aussi qu'avaler deux verres d'alcool tous les soirs n'est pas à proprement parler de la modération...

Tiens, il y a bien longtemps que je n'ai plus parlé d'alcool, au moins 6 mois ;-) ? Alors, ouvrons le bar : le rhum, j'ai déjà rédigé un article sur ce délicieux dérivé de la canne à sucre, donc, passons... La cachaça, pareil, sujet déjà abordé avec la tequila. Le (ou les) whisky, c'était en novembre dernier, le pisco, l'alcool chilo-péruvien, déjà abordé aussi... Il reste bien des liquides éthyliques anisés (mais pas de pastis) mais ça sera pour une autre fois ! Allons voir dans le frigo : j'ai du Baileys et de l'Amarula ! Voilà, parlons donc rapidement ces deux liqueurs, ça vous dit ?

D'abord, dissertons sur le Baileys, la liqueur irlandaise bien connue, fabriquée à base de crème et de whiskey irlandais (comme ça, je ne m'éloigne pas trop de mon dernier article éthylique)... Bin oui, parlons-en ! C'est bon, puis, euh, c'est bon ! D'accord, je n'ai rien de spécial à dire sur cette liqueur sauf qu'elle va me permettre de parler de la seconde liqueur : l'Amarula ! Cette liqueur, à base de crème et d'alcool du fruit du Marula, un arbre d'Afrique australe, a un goût très proche du Baileys pour les non-initiés. La particularité de la bouteille d'Amarula est son étiquette avec une tête d'éléphant (il y a un corps derrière cette tête mais passons ;-)) ! Certains pourraient dire que c'est dû au pays d'origine de cette liqueur, l'Afrique du Sud, le pays qui abrite le parc Kruger et ses éléphants... Oui, certes, mais ce n'est pas tout ! En fait, il y a un lien particulier entre les éléphants et le Marula : les premiers raffolent des fruits du second qui ont tendance à fermenter rapidement. En plus, pour les grosses bébêtes à défenses en ivoire, il leur en faut peu pour être fin saoul et une bestiole de 3 tonnes complètement saoule, ça fait des dégâts ! L'anecdote est amusante, non ? Les irlandais n'ont pas la même avec leurs moutons et leur Baileys, et c'est bien dommage, non ?

Autre détail amusant de l'Amarula : les Springboks ! Non, ces délicates gazelles n'abusent pas des fruits fermentés du Marula (ou on en parle moins, vu que ces gazelles ne font pas 3 tonnes sur la balance). Quant à l'équipe de rugby sud-africaine qui porte ce nom, il y a fort à parier que ses joueurs ne carburent pas non plus à l'Amarula. Mais pourtant on se rapproche de la solution de cette devinette : les couleurs du maillot des springboks (les joueurs de rugby, pas les gazelles, suivez un peu), vert et jaune foncé (très joli maillot) ! Le springbok est aussi un shooter (un cocktail qui se boit dans un petit verre) composé d'Amarula et de Get 27, la liqueur verte à base de menthe, ayant donc presque les mêmes couleurs que le maillot de rugby. Il faut verser d'abord l'Amarula, jusqu'à la moitié du verre, puis, tout doucement, le Get 27 qui doit descendre tout au fond du verre, sans se mélanger à l'Amarula. Et pour la dégustation, il faut poser le verre sur un bar assez haut, mettre ses mains de chaque côté de la tête pour faire les oreilles de la gazelle avec ses doigts, se placer à un mètre du bar, en tournant le tête, vérifier s'il n'y a pas un lion à gauche, vérifier à droite, secouer le popotin, faire un bon en avant pour atteindre le bar, revérifier à droite et à gauche, secouer à nouveau le popotin et boire cul sec le verre à shooter en conservant les mains de chaque côté de la tête (et sans renverser le cocktail, ce qui n'est pas évident sans les mains) ! Je crois que finalement, il est préférable d'oublier le cérémonial ;-).

Le milk-shake Amarula – crème glacée à la vanille est aussi une délicieuse manière de déguster cette liqueur sud-africaine, mais finalement ma préférée est nature avec des glaçons, à siroter doucement près d'un barbecue où les braises finissent de se consommer après y avoir fait cuire des côtelettes de springbok (ou autre viande), avec le rugissement des lions au loin... D'accord, les côtelettes de springbok et lions sont optionnels. Le truc chiant avec l'Amarula, est que c'est un peu difficile d'en trouver en magasin en France. On commence à en trouver dans les aéroports français, dans les magasins de Duty Free. Mais, quoiqu'il en soit, bonne dégustation (mais n'abusez pas des shooters) !

PS : Au fait, il y a l'Amurula tout court, la liqueur avec la crème et l'«Amarula Gold», l'alcool pur du fruit de Marula (alcool qui se déguste parfaitement bien en highball comme le whisky : relisez donc mon article sur le whisky dans ce même blog) ;-)).

-- Accueil du blog --
-- Article précédent du blog --
-- Article suivant du blog --
-- Carnet de voyage --
© 2018 AMVDD.FR