En 2022, c'est kir royal ou Suze-tonic ?

Article n° 191, publié le 5-Février-2022, par Christophe.

BD cocktail 1

BD cocktail 2

BD cocktail 3

BD suite

Important : tout d'abord, avant toute chose, il convient de rappeler que l'alcool doit être consommé avec modération, c'est-à-dire pas plus d'un verre à la fois et surtout, pas plus de deux verres si vous devez ensuite conduire un véhicule automobile ! Le but est de se faire plaisir, pas de mourir ou de tuer des gens dans un accident de la route. Notez aussi qu'avaler deux verres d'alcool tous les soirs n'est pas à proprement parler de la modération... De toute façon, quel que soit la quantité de molécules d'éthanol ingérée, ce n'est jamais la meilleure chose qui soit pour sa santé ! Enfin, notez aussi que le rhum (ou autres substances liquides composées d'anis étoilé), ne peut en aucun cas servir de traitement prophylactique pour le Covid-19, même avec du miel et du citron vert...

Noël vient de passer et en décembre, je m'en suis pris aux écolos des villes, alors que j'aurais mieux fait de présenter une liste de cocktails qui serait tombée à point nommé pour les fêtes de fin d'année... Mais qu'à cela ne tienne ! De toute façon, on boit toujours trop lors des fêtes de fin d'année et pour moi, le mot cocktail évoque surtout la plage de sable, les cocotiers, la mer à 24 °C, l'air à 28 °C et le rhum à 50 ° (d'accord, cette blague est usée jusqu'à la corde et ne doit plus faire rire grand monde). Franchement, c'est quand même bien mieux de siroter un cocktail devant un coucher de soleil tropical que devant un feu de cheminée, non ? D'accord, il va bien y avoir un petit malin (car il aura lu et mémorisé l'ensemble de nos carnets de voyage... mais à part moi, qui peut être capable de cet exploit ? ;-)) qui va me rétorquer que nous avons bien savouré un «pisco sour» devant un glacier (un truc qui se présente sous la forme d'une muraille de glace de plusieurs mètres de haut, à ne pas confondre avec un vendeur de sorbets et de crèmes glacées), en janvier qui plus est (mais mois qui correspond à l'été austral) et que les eaux du lac Grey ne devaient pas être bien chaudes... Oui, d'accord, mais c'est l'exception qui confirme la règle ! Quoi qu'il en soit, quels sont donc ces cocktails fabuleux (mais classiques pour la plupart) que nous avons découverts lors de nos voyages ?

➜ Les cocktails atypiques :

24- Le «Piscola» (découvert au Chili) : pisco (cf lien) et Coca-Cola. Mais pourquoi j'en parle ? Ce cocktail est infâme !

23- Le «Long Island iced tea» (découvert à Inuvik, Territoires du nord-ouest, au Canada) : vodka, gin, rhum blanc (surtout pas du bon rhum agricole antillais, ça serait gâcher : cf lien), triple sec (liqueur d'écorces d'orange comme le Cointreau), tequila, jus de citron et Cola-Cola. Ce cocktail est plutôt hard avec tous ces différents alcools (celui-ci a dû être inventé par un barman d'un bar en liquidation : il devait finir tous les fonds de bouteille) et il est très peu sucré car le Coca-Cola sert juste à colorer le mélange façon thé glacé.

22- Le B52 (découvert à Idra en Grèce) : liqueur de café, Baileys (cf lien) et triple sec. Ce n'est pas vraiment à proprement parler un cocktail mais ce shooter est bien le mélange de différents liquides, alcoolisés, ce qui est tout de même la définition d'un cocktail. Quoi qu'il en soit, le Baileys pur est quand même bien meilleur que ce shooter !

21- L'«Irish coffee» (redécouvert à Blackrock en Irlande) : café chaud, crème fraîche liquide, sucre et whiskey (forcément : cf lien). Il faut juste signaler que ce cocktail, chaud, ne se boit pas vraiment au bord d'une plage, sous les cocotiers (même si Blackrock est une station balnéaire située au bord d'une grande plage, mais il n'y a pas le moindre cocotier en vue sur cette plage).

20- Le «Mint julep» (découvert en Louisiane, sur un steamer naviguant sur le Mississippi) : feuilles de menthe, sirop de sucre de canne, bourbon et glaçons, c'est-à-dire un mojito où l'on a remplacé le rhum par du bourbon et supprimé l'eau pétillante ! Ce cocktail n'est pas mauvais mais il n'est pas inoubliable.

19- Le «Bloody Mary» (redécouvert à la Nouvelle-Orléans) : vodka, jus de tomate, jus de citron, tabasco, sel de céleri, poivre et une branche de céleri pour la décoration... Pas mauvais mais un peu hard !

18- Les «Arak atak», «Arak madu», «Arak asar» et «Bali mojito» (découverts à Bali, le seul endroit où l'on peut les boire sur la planète) : l'arak est un alcool fort de riz, distillé artisanalement à Bali (bien qu'il semble que cet alcool puisse aussi être distillé à partir de sève de palmier ou de noix de coco). Mélangé avec du miel (ou plus vraisemblablement, du sirop de sève de palmier) et du jus de citron, on obtient un délicieux «Arak atack» (mais la recette dépend fortement du bar où on le boit, parce que nous avons aussi bu un «Arak atak» avec du jus d'orange) et si on rajoute en plus du tonic, on obtient un «Arak madu». Pour l'«Arak asar», il faut mélanger arak, citronnelle, Coca-Cola et miel. Quant au dernier cocktail, c'est un mojito où l'arak remplace le rhum !

17- Le «Sake violet» (découvert à Kyoto) : saké (le vin de riz japonais, pas l'alcool proposé en fin de repas dans les restaurants chinois en France), sirop (Monin) de violette, sirop de noix de coco et eau gazeuse. Plutôt bon !

➜ Les cocktails aux effets secondaires :

16- Le Mojito (découvert quelque part sur la planète ;-)) : feuilles de menthe (même si beaucoup de barmen ne le font pas : ne surtout pas les découper en petits morceaux sinon la dégustation vire au cauchemar), citron vert, sirop sucre de canne, glace pilée, eau gazeuse et rhum blanc. Ce n'est pas notre cocktail préféré (même s'il y a du rhum) à cause des petits morceaux de feuilles de menthe qui passent dans la paille et se collent aux dents, mais il est tout de même très bon.

15- La Margarita (découvert à San Diego en Californie) : tequila, triple sec et jus de citron vert (on peut aussi ajouter d'autres jus, comme celui de pastèque)... Attention, ce délicieux cocktail est traître à cause de la forme du verre utilisé pour le servir (une coupe) : ne surtout pas aspirer à la paille la surface du cocktail, sous peine de sniffer une bonne dose d'alcool pur, sans s'en rendre compte !

14- Le Daïquiri (découvert aux Saintes, en Guadeloupe) : rhum blanc, jus de citron vert et sirop de sucre de canne ! Si la margarita peut être considérée comme ma kryptonite, provoquant immédiatement, en moins d'un verre, une gueule de bois m'empêchant de conduire un véhicule automobile, un seul verre de délicieux daïquiri transforme Anne-Marie en parolière et interprète de chansons à boire (paroles tout de même très basiques, avec beaucoup de tralala-lalère).

13- Le «Cuba libre» (redécouvert en Guadeloupe) : rhum blanc, Coca-Cola et jus de citron vert. Très basique mais pas mauvais du tout. Puis, ce cocktail a le mérite de redonner un peu de tonus à son consommateur !

➜ Les cocktails que nous préférons :

12- La Radler (découvert en Croatie) : bière et jus de citron (le prédicat de base de cet article est que tout mélange de différents liquides est un cocktail, même si c'est surprenant pour la radler). Très bon, pas trop alcoolisé et très rafraîchissant, à déguster sur les rives de la mer Adriatique, en bouteille de 50 cl bien évidemment !

11- Springbok (découvert sur les rives du fleuve Orange en Namibie) : Amarula (cf lien) flottant au-dessus de liqueur de menthe verte (Get 27). Ce shooter est vraiment très bon !

10- Le Shrubb (découvert en Guadeloupe) : écorces d'orange macérées plusieurs jours dans du rhum, avec du sucre de canne, de la cannelle et de la vanille. D'accord, on est limite avec la définition de cocktail mais je ne pouvais pas laisser un article mentionnant le rhum, sans parler du shrubb, des punchs antillais (c'est-à-dire des fruits macérés dans du rhum, avec de la vanille et de la cannelle) ou des rhums arrangés réunionnais (rhum avec différentes épices et/ou fruits macérés).

9- Le Planteur (redécouvert en Guadeloupe) : rhum agricole blanc, sirop de sucre de canne (grenadine acceptée mais avec parcimonie) et différents jus de fruits selon l'humeur du barman. Mon planteur préféré est à base de jus d'orange mélangé avec du jus d'ananas ou de goyave rose (ces deux jus masquent bien le goût du rhum, ce cocktail peut donc être assez traître).

8- Le Highball (découvert à Osaka) : whisky (japonais bas de gamme) et tonic (avec éventuellement, un trait de jus de citron vert). Basique mais très bon car le goût du whisky n'est pas dénaturé, contrairement au whisky-coca (je sais, je vais me faire trucider par les amateurs de whisky, mais tant pis).

7- La «Tequila sunrise» (découvert au Yucatan au Mexique) : tequila (cf lien), jus d'orange et sirop de grenadine (qui va faire le dégradé de couleurs du lever de soleil au fond du verre). Ce cocktail est certes basique (mais pas si facile à réaliser pour avoir le sunrise parfait) mais délicieux !

6- Le Spritz (découvert en Toscane) : glaçons (il faut le boire bien frais), prosecco (vin blanc pétillant italien), Aperol et eau gazeuse, servi avec une rondelle d'orange. Ce cocktail est absolument délicieux et très rafraîchissant (avec le highball, c'est l'un des rares cocktails pas trop sucrés que nous apprécions beaucoup).

5- Le Ti'punch (redécouvert en Guadeloupe) : rhum agricole blanc (de bonne qualité, donc Neisson ou Bielle) ou rhum paille, sirop de sucre de canne et citron vert. D'accord, c'est limite un cocktail mais c'est très bon ! En tous cas, c'est la meilleure façon de déguster un bon rhum agricole blanc (au fait, le nom vient de petit punch, il ne s'écrit donc pas T-punch comme dans T-shirt : ce cocktail n'a pas la forme d'un T, nom de Zeus !).

4- Le «Pisco sour» (découvert au Chili, mais redécouvert en mieux au Pérou) : pisco, jus de citron vert, sirop de sucre de canne, blanc d'œuf (pour former une mousse blanche à la surface du verre) et (pour la décoration qui me semble inutile) deux gouttes d'angostura. C'est le cocktail incontournable à l'apéritif au Chili (même à 10 heures du matin, sur un bateau naviguant devant un glacier) ou au Pérou !

3- Le Punch coco (redécouvert en Guadeloupe) : lait concentré sucré, lait de noix de coco, rhum agricole blanc, sucre de canne, cannelle, vanille (potentiellement anis étoilé, mais en quantité infime, ou d'autres épices). Là, on est sur du lourd de chez lourd car ce cocktail nous manque énormément entre chaque voyage en Guadeloupe ou en Martinique, bien que nous sachions le préparer à la maison (mais il est bien meilleur dégusté face à la Mer des Antilles).

2- La Caïpirinha (redécouvert au Brésil) : quartiers de citron vert écrasés au pilon, sucre de canne (brun : ça donne une petite couleur plaisante au cocktail), (beaucoup de) glace pilée et cachaça (cf lien). C'est vraiment, très, très bon, très rafraîchissant et la cachaça a l'avantage de titrer moins en alcool que le rhum agricole blanc (tout en étant aussi bonne que certains rhums agricoles des Antilles) !

1- La «Piña colada» (redécouvert en Guadeloupe) : ananas (normalement filtré, mais je pense que ce traitement est facultatif), crème de noix de coco et rhum blanc, à boire bien frais avec des glaçons... La meilleure «piña colada» que nous ayons bue (et donc le meilleur cocktail que nous ayons bu de notre vie, rien que ça), a été préparée par un barman dans un hôtel (en bord de plage, avec piscine d'eau de mer et cocotiers) à Zanzibar (donc sans rhum agricole blanc), mais avec un ananas tout frais qu'il a mixé devant nous : c'était divin !

Bien évidemment, le but principal de nos voyages n'est pas d'aller siroter des cocktails à longueur de journée au bord d'une piscine, sous les cocotiers, à 100 mètres d'une plage, mais d'observer des animaux sauvages, sans trop les déranger, ou de découvrir une culture par le biais de ces monuments historiques ou de sa cuisine. Mais si l'occasion s'offre à nous de boire un cocktail au bord d'une piscine, nous ne boudons tout de même pas ce petit plaisir car la dégustation (avec modération) d'un alcool local comme le saké ou l'arak, fait aussi partie de la découverte d'une population et de sa culture ! Alors, quelle sera la prochaine culture que nous allons découvrir par le biais d'un nouveau cocktail ? Je ne sais pas mais, même s'il faut se contenter d'un «Arak madu» ou d'un «Sake violet», nous serions tout de même partant, du moment que nous puissions voyager à nouveau sans contrainte. Puis, si nous pouvions enfin visiter l'Egypte, même sans boire la moindre goutte d'alcool, ça serait aussi très bien. Bref, espérons qu'en 2022, les vacances, ça sera autre chose qu'un kir (même royal), ou qu'une Suze-tonic, dans un bar ou un restaurant en France métropolitaine... En tous cas, à la vôtre !

-- Accueil du blog --
-- Article précédent du blog --
-- Article suivant du blog --
-- Carnet de voyage --
© 2022 AMVDD.FR