N'oubliez pas le guide !

Publié le 30-Août-2014, par Christophe.

BD guide voyage 1

BD guide voyage 2

BD guide voyage 3

«Quand on ne connaît pas un pays, c'est mieux de prendre un voyage (ou une excursion) organisé avec un guide !» Logique implacable, non ? Mais cela est totalement faux car beaucoup trop de guides touristiques ne sont d'aucune aide car ils se contentent de débiter des anecdotes scabreuses ou des informations que l'on peut lire dans des guides de voyage. Et encore, si certains se contentaient seulement de ces banalités, ça ne serait pas encore trop grave mais, parfois, ils se transforment en VRP pour des magasins de souvenirs où ils vous font passer beaucoup plus de temps que nécessaire ! Hormis les voyages où nous sortons vraiment des sentiers battus ou quand le style de conduite de l'autochtone ne nous permet pas de prendre le volant d'une voiture de manière sécuritaire, nous partons le moins souvent possible en voyage organisé avec un guide. Mais nous avons alors besoin d'un guide de voyage, c'est-à-dire un livre contenant des feuilles sur lesquelles sont inscrites des informations plus ou moins utiles pour le voyageur visitant le pays en question. Mais tous ces guides de voyage ne se valent pas ou, en tous cas, ne correspondent pas à nos attentes. Voici donc, une petite revue des guides que nous avons parfois achetés pour préparer un voyage !

Commençons par celui que nous utilisons le moins, le «Guide Vert», édité par Michelin : c'est le guide de l'automobiliste qui ne sait pas marcher plus de 50 mètres autour de sa voiture ! Les conseils de ce guide ne sortent jamais des sentiers goudronnés. Par exemple, leurs auteurs ne mentionnent pas des sites naturels extraordinaires auxquels on ne peut accéder qu'après quelques dizaine de minutes de marche alors qu'ils glorifient des sites médiocres comparés aux précédents, mais auxquels on peut y accéder directement en voiture ou en utilisant un quelconque véhicule équipé de pneus. C'est un peu caricatural comme critique mais on ne peut contredire le fait que Michelin vend d'abord des pneus (de très bonne facture) et qu'il veut qu'on les use (ce qui est le but du guide) ! Pourtant, c'est un guide qui a bonne réputation, ses informations sont fiables mais peu tournées vers les balades à pied ou les randonnées. Bref, il ne correspond pas ce que nous recherchons.

Le «Lonely Planet» : une bible ! C'est écrit en tout petit (totalement incompatible avec une presbytie) comme dans une bible (d'accord, j'ai très rarement ouvert une bible, mais bien plus souvent un «Lonely Planet»). Ce guide est certainement très exhaustif, c'est une mine d'information inépuisable, la référence pour de nombreux voyageurs, mais justement, trop d'information tue l'information ! Déjà que sa forme est très austère, vu la densité du contenu, c'est difficile de trouver rapidement une information, ce qui rend son utilisation assez rébarbative !

Le «Petit Futé» : son seul mérite, exister là où d'autres guides sont absents. Il n'est pas, de loin, aussi exhaustif que le «Lonely Planet» mais sa présentation est bien plus aérée, plus conviviale. Son gros défaut : les publicités, il y a en vraiment beaucoup (surtout sur certaines destinations où on a l'impression qu'ils ont rempli les pages avec des publicités pour les établissements du pays) et vu le nombre de publicités, il devrait être gratuit...

Le «Guide du Routard» : pour nous, c'est une très bonne référence, relativement fiable, mais uniquement pour la restauration (même si le gros risque est de se retrouver dans un restaurant où 90 % des clients sont des Français ayant déposé leur «GdR» sur le coin de la table pour avoir l'apéro ou le digo gratuit), voire pour l'hébergement. Pour les visites, ce guide est assez artistique ! Certes, leurs conseils valent le coup pour découvrir des endroits qui sortent un peu des chemins battus mais pour les commentaires, on a souvent droit à des anecdotes d'une certaine futilité ! Ce guide est une très bonne base mais qui il doit être obligatoirement complété par une autre guide aux commentaires moins anecdotiques.

Le guide Evasion : un très bon complément (quand il existe) au Guide du Routard, mais sans les informations pratiques du «GdR» sur les restaurants ou les hébergements. Présentation très conviviale, avec de la couleur, des photos, des schémas, des illustrations, ce guide est vraiment très pratique, assez synthétique mais très utile pour comprendre ce que vous allez visiter dans le pays, que ce soit monuments historiques ou sites naturels.

Le guide «National Geographic» : tout, tout, vous saurez tout sur les monuments historiques que vous allez visiter ! Presque chaque pierre du monument en question y est décrite... J'exagère un peu, la lecture de ce guide n'est pas totalement suffisante pour visiter seul le Vatican, par exemple, mais c'est tout de même un très bon guide culturel avec des illustrations claires et des belles photos. A noter aussi que c'est un guide qu'il faut absolument utiliser en complément d'un «GdR», par exemple, parce qu'il ne contient aucune bonne adresse de restaurant ou d'hôtel.

Le Géoguide : quand il existe pour la destination (il est loin de couvrir la planète), c'est le guide que nous privilégions. C'est un peu un mixte entre le «GdR» et le guide Evasion. Quelque bons conseils côté restauration (par exemple, pour Bouillante en Guadeloupe, j'ai eu l'impression qu'ils avaient recopié tous nos conseils), des commentaires utiles pour les visites touristiques ou les randonnées (mais aucun des guides présentés dans cet article ne peut remplacer un topoguide et une carte adéquate pour les randonnées), il est plutôt bien fait, avec de jolies photos.

Bien évidemment, ces appréciations ne valent que pour les guides que nous avons achetés et donc pour les destinations où nous sommes allés. Les auteurs de ces guides sont différents d'une destination à l'autre, la qualité de ces guides peut donc être légèrement différente, même si un directeur de publication doit veiller aux grains afin que la qualité soit équivalente pour toutes les destinations. Des fans du «Lonely Planet» vont juger sévères mes commentaires mais ils doivent être jeunes avec une bonne vue. D'autres vont trouver que je juge aussi de manière très sévère le «Guide Vert» mais ils doivent être vieux avec des jambes fatiguées ;-). Ces propos peuvent paraître ironiques mais ils ne sont là que pour souligner qu'il ne s'agit que de notre avis personnel sur ces guides, par rapport à nos attentes ! Cela dit, j'ai quand même essayé d'être factuel. Pour conclure, j'ajouterai qu'il est souvent pratique de partir avec deux guides différents, histoire de palier les imperfections d'un guide par les avantages de l'autre (ou vice-versa), histoire de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier comme dirait le dicton !

-- Accueil du blog --
-- Article précédent du blog --
-- Article suivant du blog --
-- Carnet de voyage --
© 2018 AMVDD.FR